Mattiacci a mené un audit méticuleux chez Ferrari

Discret et parfois silencieux, Marco Mattiacci n’en a pas été moins actif depuis son arrivée à la tête de la Scuderia Ferrari, où il a remplacé Stefano Domenicali

Discret et parfois silencieux, Marco Mattiacci n’en a pas été moins actif depuis son arrivée à la tête de la Scuderia Ferrari, où il a remplacé Stefano Domenicali. Nouveau-venu dans l’univers de la Formule 1, l’Italien a beaucoup observé et analysé, tout en conservant un retrait naturel sur les trois premiers Grand Prix où il a été présent.

Lors de sa nommination, son président Luca di Montezemolo avait annoncé la nécessité de restructurer la manière de travailler au sein de la Scuderia, notamment pour accélérer les choix à faire pour progresser. Avant de mettre en place de réels changements, Mattiacci s’est livré à un audit précis de la situation de l’écurie.

Faciliter les prises de décisions rapides

« Lors des six dernières semaines, nous avons fait une évaluation très approfondie sur ce que sont les opportunités de progresser à court terme, et pour savoir quels sont les domaines qui méritent une approche à moyen ou long terme pour ramener Ferrari au plus haut niveau de compétitivité », a-t-il expliqué à Autosport.

« Pour des raisons évidentes je ne vais pas révéler publiquement quels sont les domaines sur lesquels nous devons travailler. Mais il est clair que nous devons aller vers une amélioration de la méthodologie de travail, l’organisation globale, le fait de rendre la Scuderia plus rapide pas seulement sur le circuit mais aussi en termes de processus de décisions. »

Dans le même temps, Ferrari a vu de nombreux noms prestigieux dans le domaine technique circuler sous la forme de rumeur. C’est le cas pour Adrian Newey, qui a récemment répété son attachement à Red Bull à court terme, mais aussi pour Ross Brawn. Sans confirmer aucune piste, Mattiacci ne cache pas une réalité : Ferrari recrutera pour se remettre en ordre de marche.

« Je pense que nous avons beaucoup d’atouts, beaucoup de bonnes personnes, et je crois que s’il y a sur le marché des gens qui peuvent apporter une forte valeur ajoutée à l’équipe, nous le ferons », a-t-il annoncé. « Il n’existe pas d’entité qui peut rester la même si elle veut progresser. Le changement d’organisation, le fait d’amener des gens de l’extérieur, c’est normal : tout le monde le fait, pas seulement Ferrari. »

Räikkönen professionnel et "super cool"

En marge du Grand Prix de Monaco, di Montezemolo avait communiqué officiellement pour vanter les qualités de Fernando Alonso et assurer le pilote espagnol de toute sa confiance et de tout son soutien. Au plus proche de l’action, Mattiacci n’oublie pas d’en faire autant avec Kimi Räikkönen, avec qui il semble apprécier les relations de travail.

« J’ai travaillé en Finlande pendant plusieurs mois et je connais bien les Finlandais », rappelle Mattiacci. « Kimi est Finlandais, mais il a grandi de manière internationale avec la Formule 1. C’est un gars super cool et je l’aime beaucoup. Il a toujours été ouvert et franc dans les discussions et il est professionnel. C’est une personne formidable avec laquelle travailler. »

« Nous sommes tous différents, alors parfois il faut ajuster le niveau de communication et la manière dont nous discutons afin d’être sur la même longueur d’ondes. Je ne vois aucun problème avec Kimi, au contraire. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Luca di Montezemolo , Ross Brawn , Adrian Newey
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités