Actualités

Un traitement de faveur pour Räikkönen après son crash ?

Le crash de Kimi Räikkönen dès le premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne aura été l’un des faits marquants du week-end dernier

Le crash de Kimi Räikkönen dès le premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne aura été l’un des faits marquants du week-end dernier. En partant trop large, le Finlandais était revenu sur la piste sans ralentir avant d’être déséquilibré par une bosse dans l’herbe. Felipe Massa et Max Chilton avaient évité le pire, tandis que le pilote Ferrari s’en est tiré avec une cheville et un genou endoloris.

Ancien coordinateur puis team manager chez McLaren, avant de se retirer en 2001, Jo Ramirez n’a pas vraiment apprécié le comportement de Räikkönen. Il partage l’avis de Niki Lauda et de beaucoup d’autres quant à la responsabilité d'Iceman dans cet accident.

« OK, il a fait une erreur et il est sorti de la piste. On peut revenir en faisant attention, mais bien sûr il ne voulait pas perdre de temps et n’a pas ralenti, il a perdu le contrôle et il y a eu un gros accident », constate Ramirez dans les colonnes de Formel1.de. « Il aurait pu se faire mal ou heurter Massa plus fort et lui briser les jambes, voire pire, mais il a échappé à une sanction. »

Ce qui le fâche considérablement, c’est justement le fait que Räikkönen ait échappé à toute forme de sanction. Pourtant, le règlement sportif de la Formule 1 est clair. Si l’on se réfère à l’article 20.2, il est écrit noir sur blanc : « Si une voiture quitte la piste, le pilote peut la rejoindre. Néanmoins, cela peut être fait uniquement de manière sûre et sans en tirer aucun avantage durable. »

Selon les révélations d’Autosport, la FIA s’est bien penchée sur l’incident, qui a d’ailleurs entraîné un report d’une heure du second départ pour réparer le rail de sécurité. Mais les commissaires sportifs auraient décidé de ne pas sévir en estimant que tout autre pilote aurait agi de la même manière.

« J’ai pensé que le commissaire pilote était Derek Warwick et je lui ai écrit, mais en fait c’était Nigel Mansell. Warwick m’a répondu : ‘Tu as raison, Räikkönen aurait dû être sanctionné.’ », poursuit Ramirez. Le Mexicain estime quant à lui que c’est le statut du pilote Ferrari qui lui a permis d’éviter la sanction.

« C’est le manque de constance des pénalités. Räikkönen est un pilote Ferrari et a fait une erreur catastrophique mais il s’en est tiré. Si c’était Maldonado ou Grosjean, ils auraient été suspendus pour le Grand Prix d’Allemagne. »

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent De la Rosa : "Comme un tennisman privé d'entraînement..."
Article suivant Ferrari assure ne pas renoncer à sa saison 2014

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse