Arthur Pic chez Rapax - "Montrer ce dont je suis capable"

partages
commentaires
Arthur Pic chez Rapax -
Par :
29 janv. 2016 à 10:00

Après deux saisons chez Campos, Arthur Pic rejoint Rapax pour une troisième campagne en GP2 Series. Avec, évidemment, le titre pour objectif.

Robert Visoiu, Rapax dépasse Arthur Pic, Campos Racing
Arthur Pic, Campos Racing
Arthur Pic, Campos Racing
Arthur Pic, Campos Racing
Arthur Pic, Campos Racing
Sergey Sirotkin, Rapax devant Rio Haryanto, Campos Racing
Le deuxième, Arthur Pic, Campos Racing
Conférence de presse des qualifications : le deuxième, Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix, le poleman Alex Lynn, DAMS et le troisième, Arthur Pic, Campos Racing
Arthur Pic, Campos Racing devant Sergey Sirotkin, Rapax et Nobuharu Matsushita, ART Grand Prix
Le poleman Alexander Rossi, Racing Engineering avec Raffaele Marciello, Trident et Arthur Pic, Campos Racing

Après une première année prometteuse dans la discipline et la septième place du championnat, Pic n'a pas obtenu les résultats espérés, échouant à la onzième place du championnat sans victoire. Il en fallait toutefois davantage pour le décourager.

"2014 a été une année très positive, et après, 2015, c’était une année assez compliquée, sans trop de raisons apparentes pour ma part", déclare Pic pour Motorsport.com. "La performance n’était pas là, je n’ai pas trop compris pourquoi, l’écurie non plus. J’avais l’impression de partir un peu sur quelque chose d’inachevé, donc j’avais à cœur de refaire une année pour montrer ce dont j’étais capable."

Partir d'une feuille blanche

Dans cette optique, il était essentiel de partir d'une feuille blanche. Mais quelle équipe rejoindre ? Le choix de Pic s'est porté sur l'écurie italienne Rapax, qui a mené Sergey Sirotkin à la troisième place du championnat 2015, après des discussions menées avec plusieurs structures.

"Bien sûr, le fait que Rapax a fait des résultats l’année dernière avec un rookie, qu’ils finissent troisième du championnat avec un rookie, c’est quand même très bien en GP2, le niveau était très relevé", souligne le Français. "Après, quand je leur ai rendu visite, l’atmosphère m’a bien plu."

"C’est une écurie qui ne fait que du GP2. Toutes les personnes sont focalisées à 100% sur le GP2. J’ai trouvé ça plutôt positif : maintenant, il y a quand même beaucoup d’écuries qui sont un peu touche-à-tout et au final, une personne qui est ingénieur GP2 est amenée à faire autre chose que du GP2. Là, c’était bien, parce qu’eux, ils consacrent vraiment tout leur temps au GP2." 

Tout ne sera pas facile pour autant : Pic va devoir s'intégrer rapidement dans sa nouvelle écurie, même si rares seront les pilotes qui auront l'avantage de la continuité la saison prochaine. Les seuls à rester dans la même équipe que l'an passé sont pour l'instant Alex Lynn chez DAMS, Jordan King chez Racing Engineering et Artem Markelov chez Russian Time.

"C’est ce qui est compliqué quand tu rejoins une nouvelle écurie", explique le nouveau pilote Rapax. "Il faut trouver l’alchimie entre l’ingénieur et le pilote, travailler ensemble et trouver une voiture qui me convient dans ce team-là parce que les voitures sont quand même tout à fait différentes. Les six jours de tests vont être vraiment primordiaux pour trouver la bonne alchimie entre l’écurie et moi."

Qui pour le titre ?

Pic va évidemment viser le titre : c'était déjà son objectif l'an dernier. Le natif de Montélimar est toutefois bien conscient que la concurrence sera forte, une fois encore.

"Mon objectif, c’est clairement de se battre pour le titre. Je pense que Rapax a montré l’année dernière avoir une voiture performante pour gagner des courses. Je pense qu’avec mon expérience en GP2 et la leur, nous pouvons vraiment faire un bon package."

"Après, c’est sûr que ça va être encore une année où il y aura beaucoup de monde. Il y aura Sirotkin et Matsushita chez ART, donc ce sera une équipe qui sera forte ; il y aura Lynn chez DAMS avec Latifi qui a fait des bons tests, ce sera fort aussi ; je pense que Gasly chez Prema sera bien aussi, Racing Engineering va avoir un bon duo, Marciello qui repart… Ce sera une belle année", conclut-il.

Article suivant
Calendrier GP2/GP3 - Ni Bahreïn, ni Sotchi, mais retour en Malaisie ?

Article précédent

Calendrier GP2/GP3 - Ni Bahreïn, ni Sotchi, mais retour en Malaisie ?

Article suivant

Interview - Arthur Pic, déception chez Campos, ambition avec Rapax

Interview - Arthur Pic, déception chez Campos, ambition avec Rapax
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Arthur Pic
Équipes Rapax
Auteur Benjamin Vinel
Be first to get
breaking news