Carlin : Après l'effet Schumacher, l'effet Norris !

Trevor Carlin compare la cohésion que crée Lando Norris autour de lui à celle qui unissait Michael Schumacher à la Scuderia Ferrari dans les années 2000.

Lando Norris et Carlin, c'est (déjà) une longue histoire. Le jeune Anglais a remporté deux de ses cinq titres en monoplace avec l'écurie britannique, dont le plus prestigieux, celui de F3 Europe. Ensemble, ils comptent 44 podiums dont 21 victoires dans les 78 courses qu'ils ont disputées au sein de divers championnats de niveau Formule 4 ou Formule 3. De sacrées statistiques !

Carlin fait partie des équipes qui ont rencontré le plus de succès en formules de promotion, voyant passer dans ses rangs des futures stars telles que Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo. Il est toutefois difficile pour son fondateur Trevor Carlin de comparer Lando Norris aux autres pilotes qui ont couru pour le team en Formule 3.

"C'est toujours subjectif, parce que ce sont différentes années, différentes voitures et différentes performances", répond-il pour Motorsport.com. "Mais évidemment, pour nous, il y a Narain [Karthikeyan, deux victoires en British F3 1999], qui était notre premier vainqueur – il était capable de choses incroyables quand il le voulait."

"Taku [Sato, Champion British F3 2001] était du genre 'pas d'attaque, aucune chance'. Il courait pour Diamond Racing quand nous l'avons vu pour la première fois, et nous avons dit qu'il fallait qu'il soit notre prochain pilote, car c'était Narain 2.0, et il s'est avéré encore meilleur que Narain."

"Notre liste est infinie. Jusqu'à Lando, notre meilleur pilote en qualifications était James Courtney, qui a signé 12 pole positions en 14 courses en 2002. Malheureusement, il n'en a transformé que quatre en victoires. Nous aimons bien rejeter la faute sur son daltonisme au départ ! Álvaro Parente [Champion British F3 2005], il se pointait, pas d'histoires, pas de problèmes. Puis on arrive aux gros calibres, avec Daniel [Ricciardo, Champion 2009], JEV [Jean-Éric Vergne, Champion 2010], et Lando."

Lando Norris, pire détracteur... de Lando Norris

Lorsque nous lui demandons si les qualités de Norris sont comparables à celles de Ricciardo, Vergne ou Sato, Carlin répond : "Oh oui, des qualités identiques. On peut compter sur eux, à chaque fois qu'ils font un tour, pour qu'ils soient premier ou deuxième. À chaque fois, à chaque séance, sur tous les circuits, dans toutes les conditions. Et si la piste est humide, c'est juste la première place garantie. Pour une équipe, c'est une manne tombée du ciel. On sait que ce qu'on fait n'a pas d'importance, car quoi qu'il fasse, il va trouver la clé. Seul le temps dira où il se situe dans le classement global du sport auto mondial, mais il est en haut de mon classement à moi, aucun doute là-dessus."

Carlin est tout particulièrement impressionné par la faculté qu'a Norris à se remettre en question et à ne pas se satisfaire du minimum syndical.

"Le pauvre gosse est son propre pire détracteur, et vu le nombre de gens qui veulent le débiner, qu'il soit son pire détracteur, ça en dit long", estime le Britannique. "Il n'est pas satisfait quand il n'est pas premier, il n'est satisfait ni de lui-même, ni de nous. Mais il ne se plaint pas, il ne pleurniche pas, il souligne juste ce qui peut être amélioré – on le fait et il va plus vite."

Déjà 57 pole positions

Dans un entretien accordé au magazine MotorSport, Trevor Carlin insiste plus particulièrement sur le talent pur de Norris, avec une impressionnante statistique de 57 pole positions en 140 séances qualificatives depuis le début de sa carrière en sport auto, soit un remarquable taux de réussite de 40,7% !

"Il faut que les gens observent ses résultats en qualifications depuis le début de sa carrière en sport auto, c'est absolument hallucinant", affirme Carlin. "Si l'on regarde son pourcentage de premières lignes, je ne connais pas la moyenne, je n'ai pas calculé, mais ça doit faire 90%."

Et selon Carlin, ce sont ces performances époustouflantes qui poussent l'écurie à donner le meilleur d'elle-même. "Quand on a un pilote qui gagne, l'équipe s'améliore. L'effet Schumacher, il y a longtemps – ce qu'il a fait avec Ferrari a fait ses preuves. Nous vivons désormais l'effet Norris."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2 , F3 Europe , Formule 3
Pilotes Lando Norris
Équipes Carlin
Type d'article Actualités