Carlin - Gelael probable en GP2 pour 2016

Carlin Motorsport est une référence des formules de promotion.

L'équipe britannique est engagée sur tous les fronts en 2015 : GP2, GP3, Formule Renault 3.5, F3 Europe, MSA Formula et IndyLights. Nombreux sont les pilotes qui sont passés par les rangs de l'équipe du Surrey, y compris Sebastian Vettel, Daniil Kvyat, Jean-Eric Vergne et Kevin Magnussen.

Carlin connaît toutefois une saison très difficile dans l'antichambre de la Formule 1 qu'est le GP2, ainsi que la discipline d'accès à celui-ci, à savoir le GP3.

GP2 - Une année "d'apprentissage"

Carlin pouvait légitimement entretenir de grands espoirs pour la saison 2015 de GP2, après avoir été vice-champion des équipes les deux années précédentes, notamment grâce à un Felipe Nasr particulièrement régulier aux avant-postes.

Nasr parti, Carlin a recruté Marco Sørensen pour faire équipe avec Julián Leal. Ce choix avait du sens : Sørensen avait fait ses débuts en GP2 en cours de saison 2014, et malgré son manque d'expérience au volant de cette voiture, avait marqué des points régulièrement et même remporté une victoire à Sotchi grâce à la grille de départ inversée.

En 2015 cependant, c'est la descente aux enfers : Leal fait moins bien que l'année passée, chose rare en GP2 où l'expérience est précieuse, tandis que Sørensen n'a pas décollé du fond de grille. Après quatre meetings lors desquels le Danois n'a jamais fait mieux que dix-huitième en qualifications et seizième en course, Sørensen a décidé de jeter l'éponge pour se concentrer sur ses activités en endurance.

Carlin a fait appel à l'expérimenté Johnny Cecotto Jr pour faire l'intérim avant l'arrivée de Sean Gelael, qui court déjà pour l'équipe en Formule Renault 3.5. Forcément, les résultats ne sont pas plus un rendez-vous pour un débutant qui n'a jamais vraiment montré un talent débordant.

"Le GP2 est un défi cette année car nous avons changé de pilote et nous avons un rookie, donc tout ne se passe pas comme prévu," reconnaît Trevor Carlin, fondateur de l'écurie, dans une interview accordée à Motorsport.com. "Mais je pense vraiment que nous construisons pour l'avenir. Il nous faut juste utiliser cette année comme une année d'apprentissage."

C'était mieux que nous nous séparions

Trevor Carlin au sujet de Marco Sørensen

Pourquoi l'association Carlin/Sørensen n'a-t-elle pas fonctionné?

"Le plateau est très relevé cette année avec des pilotes expérimentés," répond Carlin. "Je pense qu'il nous manquait quelque chose avec la voiture ; il n'a pas pu nous donner la direction dont nous avions besoin pour avancer et nous ne pouvions pas lui donner la voiture qu'il voulait. Je pense qu'au final, c'était mieux que nous nous séparions."

C'est don Sean Gelael qui a pris le relais. Carlin prend l'apprentissage de l'Indonésien très au sérieux - Tom Dillmann, son expérimenté coéquipier de Formule Renault 3.5, a même profité d'une venue à Spa pour le coacher - et révèle à Motorsport.com que Gelael devrait rester chez Carlin pour la saison 2016 de GP2.

"Sean apprend et il a fait du très bon travail à Budapest. Il ne fait pas d'erreurs, il engrange les tours. Il n'a jamais piloté de GP2 avant de venir à Budapest. C'est de la préparation pour la saison prochaine."

GP3 - Un mystère!

La déception est également présente en GP3 Series, moins d'un an après une campagne 2014 qui a sacré Carlin chez les équipes ainsi qu'Alex Lynn chez les pilotes. Le trio de pilotes était toutefois prometteur, avec Jann Mardenborough et Antonio Fuoco notamment, et les tests de pré-saison ont été très positifs.

Or, après cinq meetings, Carlin attend toujours sa première victoire de la saison, et aucun de ses pilotes n'est en lutte pour le titre ; de façon réaliste, Fuoco et Mardenborough peuvent au mieux viser le top 5 du championnat. Comment se fait-il que Carlin soit en difficulté à ce point?

"Je ne sais pas, honnêtement!" répond un Trevor Carlin sincèrement perplexe. "Je ne sais pas pourquoi. Nous avons trois pilotes rapides. En essais libres, tout ça, nous sommes super compétitifs."

"Lors des essais de pré-saison, nous étions super compétitifs, mais pour une raison que nous ignorons, il nous manque un petit peu en qualifications, et nous n'avons pas encore mis le doigt dessus. Ce sont juste les qualifications que nous devons réparer."

A propos de cet article
Séries FIA F2 , GP3
Équipes Carlin
Type d'article Actualités
Tags qualifications