Cecotto Jr prend sa retraite, les pilotes vénézuéliens en danger?

Johnny Cecotto Jr a annoncé la fin de sa carrière en sport automobile, faute de budget.

Cecotto est le pilote qui a le plus couru en GP2 dans l'Histoire de la discipline, cumulant 111 courses pour 114 engagements entre 2009 et 2015. Dans ce laps de temps, il a signé trois pole positions, quatre victoires et huit podiums.

Le temps fort de la carrière de Cecotto aura été sa cinquième place au championnat en 2014, obtenue avec une équipe Trident habituée au fond de grille, grâce à deux victoires et à plusieurs autres podiums.

Cette année, le Vénézuélien a joué les remplaçants de luxe en GP2, courant pour Hilmer à Barcelone et à Monaco, pour Carlin à Silverstone et pour Trident à Monza, sans toutefois parvenir à marquer le moindre point.

Le début de la fin pour les Vénézuéliens?

Cette fin de carrière est significative dans la mesure où Cecotto était soutenu par le gouvernement vénézuélien, arborant le logo touristique du Venezuela pendant de nombreuses années. Il n'a toutefois pas reçu de réponse du président Nicolas Maduro, moins enthousiaste que son prédécesseur Hugo Chávez, quant au budget, d'où cette fin de carrière prématurée.

Or, depuis des années, le gouvernement vénézuélien dépense des dizaines de millions d'euros pour soutenir les jeunes pilotes, talentueux ou non, les sponsorisant via le pétrolier d'État PDVSA. De nombreux pilotes en ont profité : Giancarlo Serenelli, Rodolfo González, Samin Gómez, Ernesto Viso et évidemment, Pastor Maldonado en Formule 1.

Or, tandis que Serenelli a disparu du radar des sports mécaniques après des performances qui justifiaient difficilement ces dépenses, Viso ne court plus à haut niveau cette saison, et Gómez a perdu le soutien de PDVSA avant le meeting GP3 de Spa-Francorchamps.

La source serait-elle en train de se tarir pour les pilotes vénézuéliens, et Maldonado pourrait-il en pâtir?

A propos de cet article
Séries FIA F2 , Formule 1
Pilotes Johnny Cecotto
Type d'article Actualités
Tags budget, retraite, soutien, venezuela