Dossier

Louis Delétraz

Chronique Louis Delétraz - Pari manqué en Russie

partages
commentaires
Chronique Louis Delétraz - Pari manqué en Russie
Louis Delétraz
Par : Louis Delétraz
8 oct. 2018 à 22:04

Dans sa dernière chronique pour Motorsport.com Suisse, le pilote de Genève revient sur le meeting de Sotchi en Formule 2, où le pari des slicks lui a permis (malgré lui !) de jouer le podium en Course Sprint.

Louis Deletraz, Charouz Racing System
Lando Norris, Carlin, Dorian Boccolacci, MP Motorsport, Alexander Albon, DAMS, Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Roberto Merhi, Campos Racing, Alessio Lorandi, Trident, Louis Deletraz, Charouz Racing System, Nirei Fukuzumi, BWT Arden, au départ
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System,Nyck De Vries, PREMA Racing
Arjun Maini, Trident, Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System, Alessio Lorandi, Trident
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System, Roy Nissany, Campos Racing
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Lando Norris, Carlin And Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System
Louis Deletraz, Charouz Racing System

Chers lecteurs, ce premier week-end en Russie n'a pas été excellent pour moi. En tout cas, il a indéniablement été mouvementé !

L'unique défaut du circuit de Sotchi

Sotchi était une nouvelle piste à apprendre, similaire à un circuit urbain mais avec beaucoup de dégagements dans les virages. J'ai été agréablement surpris, j'ai pris un grand plaisir à rouler là-bas et j'ai hâte d'y retourner. Sur le simulateur, on se dit que c'est trop moderne et que l'on peut sortir large partout, mais à chaque sortie de virage, il y a un mètre d'astroturf, ce qui empêche vraiment d'en abuser.

La seule exception est le virage 2, où il faut vraiment trouver une solution : il n'y a que du goudron, et des lignes de peinture pour délimiter la piste. Sur l'ensemble des deux courses, il y a une quinzaine de pilotes qui ont freiné extrêmement tard à l'extérieur et qui ont simplement décidé de couper : pas de risque d'accident, et si l'on est au milieu du peloton, c'est clairement plus rapide ! 

 

La FIA et les commissaires nous ont dit qu'ils allaient être très sévères, mais on a vu qu'ils n'étaient pas très cohérents. J'ai reçu cinq secondes de pénalité en Course Principale pour avoir coupé le vibreur d'un mètre à la sortie du virage 2, alors qu'il n'y a même pas eu d'enquête sur ceux qui ont gagné trois ou quatre places au départ.

Forte dégradation en supertendres

Nos problèmes moteur de Spa-Francorchamps et de Monza ne se sont pas reproduits ici, même si j'ai subi quelques ratés qui m'ont handicapé en essais libres, où je souffrais par ailleurs d'un sous-virage détruisant les pneus avant. Nous étions néanmoins optimistes pour les qualifications, mais ni mon coéquipier Antonio Fuoco ni moi ne nous sommes qualifiés dans le top 10 – lui 11e et moi 14e. 

Lire aussi:

Pour la Course Principale, nous avons choisi la stratégie supertendres/tendres, mais la dégradation extrême que nous avons déjà connue auparavant sur les gommes à bandes rouges s'est réitérée. Ensuite, il a fallu rattraper le temps perdu. Dernier à mi-course, je suis remonté et je me suis battu avec Roberto Merhi pour une huitième place synonyme de pole position en Course Sprint, échouant à trois dixièmes de seconde près. 

 

J'ai découvert après être passé sous le drapeau à damier que Merhi était pénalisé… et moi aussi ! J'ai involontairement coupé la ligne blanche à l'entrée des stands et j'ai écopé d'une sanction de dix secondes, ce qui est très sévère, mais c'est le règlement. En revanche, les cinq secondes que j'évoquais plus tôt, je ne les comprends pas et je déplore le manque de cohérence des commissaires. Nous en discuterons au prochain briefing des pilotes.

Pari manqué le dimanche

En Course Sprint, la piste était sèche lors des premiers tours et je gérais très bien mes pneumatiques. C'est alors que des gouttes de pluie ont fait leur apparition ; j'adore ces conditions, en slicks sur le gras-mouillé ! J'ai dépassé Roberto Merhi, Luca Ghiotto et Tadasuke Makino, puis la voiture de sécurité virtuelle est intervenue suite à la sortie de piste de Niko Kari et de Jack Aitken.

Lire aussi:

En pneus slicks, même s'il pleut un peu, tant que l'on peut freiner tard et fort, on maintient la température dans le pneu. En revanche, dès que l'on doit freiner 50 ou 100 mètres plus tôt, les pneus et les freins se refroidissent et se bloquent en permanence. 

C'est donc le drapeau vert agité que nous nous sommes tous rendu compte que la piste était trop humide pour continuer en slicks, les gommes ayant perdu beaucoup en température pendant la neutralisation. Antonio avait la priorité pour la stratégie et souhaitait rentrer au stand mais il lui a finalement été demandé de rester en piste, et j'ai été obligé de faire de même, car mes pneus n'étaient pas prêts pour un arrêt. 

 

Dès le premier tour, j'ai laissé filer une dizaine de secondes par rapport aux pilotes en pneus pluie. Il a continué à pleuvoir pendant trois ou quatre tours, mais compte tenu du temps perdu, il n'était plus question de rentrer. Nous avons persisté, malgré le temps énorme qui nous échappait notamment dans l'interminable et très rapide virage 3, où le train arrière se dérobait tous les cinq mètres. 

 

J'ai donc fini 13e. Je n'en veux pas à l'équipe : la stratégie s'est avérée mauvaise, mais si la piste avait séché, nous aurions signé le doublé.

Objectif victoire à Abu Dhabi

Dans deux mois, à Abu Dhabi, nous aurons exactement les mêmes pneus, supertendres et tendres. Nous avons donc du pain sur la planche pour comprendre le composé à bandes rouges, qui nous a fait perdre dix à douze secondes au début de la Course Principale le week-end dernier. 

Lire aussi:

Abu Dhabi sera un meeting très important pour moi, car c'est la manche à domicile de mon sponsor principal, donc c'est un peu la mienne aussi. La dixième place du championnat est en jeu face à Jack Aitken – c'est l'objectif, ainsi que ma première victoire en Formule 2. J'ai encore deux courses pour y parvenir !

A+

Louis Delétraz

 

Prochain article FIA F2
Albon et Russell triomphent, calvaire pour Norris

Article précédent

Albon et Russell triomphent, calvaire pour Norris

Article suivant

Officiel - Russell signe chez Williams pour 2019

Officiel - Russell signe chez Williams pour 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Événement Chronique Louis Delétraz
Catégorie Chronique Louis Delétraz
Pilotes Louis Delétraz
Équipes Charouz Racing System
Auteur Louis Delétraz
Type d'article Chronique