La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

La F2 et la F3 entament une réflexion autour de l'adoption de motorisations plus respectueuses de l'environnement, mais les monoplaces des deux catégories n'évolueront pas dans les trois prochaines saisons.

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

La Formule 1 a entamé l'hybridation de ses moteurs en 2009, avec le KERS, avant de la renforcer en 2014 avec les unités de puissance toujours en vigueur, et le championnat a déjà annoncé sa volonté de continuer à associer un moteur thermique à des systèmes hybrides lorsque la nouvelle génération sera lancée, en 2025. L'Endurance a suivi cette tendance et d'autres catégories s’apprêtent à adopter des technologies hybrides, à l'image du WRC en 2022 et de l'IndyCar en 2023. La Formule 2 et la Formule 3, qui utilisent actuellement des V6 atmosphériques, songent à se lancer à leur tour dans cette transition vers une motorisation plus verte.

Les deux catégories qui accompagnent la F1 sur les week-ends de Grands Prix vont conserver les mêmes monoplaces au cours des trois prochaines saisons, afin d'éviter une hausse des coûts sur fond de contexte économique difficile en raison de la pandémie de COVID-19, mais Bruno Michel, directeur général des deux championnats, souhaite qu'une réflexion soit menée sur une hybridation ou l'utilisation d'un biocarburant.

"Nous avons pris la décision de ne pas changer la voiture de la F2 pour les trois prochaines années et nous allons faire la même chose pour la F3 à l'avenir, parce que personne ne veut acheter une nouvelle voiture en ce moment", a déclaré Michel à Motorsport.com. "Les monoplaces actuelles font le travail en ce qui concerne les performances et l'apprentissage des pilotes pour passer à la catégorie supérieure. Elles font le travail pour le spectacle parce que les courses sont incroyables en F2 et en F3 et que nous ne voulons pas changer ça."

"Après ça, à un moment nous devrons nous poser des questions sur l'environnement, peut-être l'hybride, peut-être un biocarburant, donc ce sont des choses dont nous discutons actuellement. Mais ça ne sera pas à court terme parce que nous ne voulons pas ajouter des coûts pour les équipes en faisant une nouvelle voiture dans un avenir proche. Nous allons évidemment y penser et nous y réfléchissons déjà."

Lire aussi :

Les seuls changements à court terme seront donc sportifs, comme l'illustre le nouveau format des meetings, avec désormais trois courses par week-end. Bruno Michel n'exclut cependant pas des modifications mineures sur les monoplaces dans les prochaines saisons : "Nous avons toujours la possibilité de faire ce que nous appelons un kit d'évolutions, comme nous l'avons fait l'an dernier en F2 avec les pneus 18 pouces. Il ne s'agissait pas de changer seulement les pneus et les roues, il y avait beaucoup de changements sur la voiture elle-même. C'est pour ça que nous ne faisons aucune modification maintenant, parce que nous avons fait ce gros changement l'an dernier, que nous étions censés faire un an avant la F1, mais finalement ce sera deux [ans]."

"On a toujours la possibilité de faire évoluer la voiture sans avoir à la redessiner. Peut-être que dans un an ou deux, ce sera possible, mais il n'y aura pas de changement complet de voitures dans les trois prochaines années."

Propos recueillis par Tom Howard

partages
commentaires
Les nouveaux pneus durs de F2 "plus compliqués à gérer"
Article précédent

Les nouveaux pneus durs de F2 "plus compliqués à gérer"

Article suivant

Pourchaire espère gagner en F2 mais sait que ce sera "vraiment dur"

Pourchaire espère gagner en F2 mais sait que ce sera "vraiment dur"
Charger les commentaires