Gasly et Giovinazzi "méritent" un volant en F1

partages
commentaires
Gasly et Giovinazzi
Par : Benjamin Vinel
18 déc. 2016 à 16:00

PDG du GP2 Series, Bruno Michel a évidemment observé cette saison d'un regard avisé, et ne cachera pas une pointe de déception qu'aucun pilote de la promotion 2016 n'atteigne la Formule 1 dès l'an prochain.

Bruno Michel
Antonio Giovinazzi, Prema Racing et Pierre Gasly, Prema Racing
Pierre Gasly, PREMA Racing et Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le Champion Pierre Gasly, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing et Pierre Gasly, PREMA Racing fêtent le titre 2016 de leur équipe
La lutte pour le titre GP2 Series : Antonio Giovinazzi et Pierre Gasly
Chase Carey, Liberty Media, avec Bruno Michel, GP2 Series
Antonio Giovinazzi, Prema Racing et Pierre Gasly, Prema Racing
Le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing félicite le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, Pierre Gasly, PREMA Racing, Raffaele Marciello, RUSSIAN TIME
Pierre Gasly, PREMA Racing; Sergey Sirotkin, ART Grand Prix et Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA Racing, Antonio Giovinazzi, PREMA Racing & Raffaele Marciello, RUSSIAN TIME

Pierre Gasly et Antonio Giovinazzi se sont montrés extrêmement dominateurs cette année au sein de la nouvelle équipe Prema, concluant la saison avec plus de 50 points d'avance sur tous leurs rivaux et un total de neuf victoires à eux deux.

Tous deux ont fait sensation. Gasly par une rapidité exceptionnelle lors des bons jours, avec pas moins de quatre victoires en course principale ; Giovinazzi par des performances et une constance quasiment inédites pour un rookie, dans un championnat où l'expérience est cruciale : jamais un débutant en GP2 n'avait lutté pour le titre depuis Nico Hülkenberg en 2009.

"Gasly et Giovinazzi ont fait un travail superbe", souligne Bruno Michel dans une interview accordée à Motorsport.com.

"Pierre… Il lui a fallu du temps pour commencer à vraiment impressionner. Ça lui a pris un temps fou de gagner une course. Mais une fois qu'il a gagné, c'était parti. Et ses qualifications ont toujours été exceptionnelles, il est très, très rapide sur un tour. Il a conservé son niveau en qualifications et a commencé à être très, très fort en course. C'est difficile de le battre quand il est à son meilleur niveau."

"Et Antonio a été exceptionnel. Parce qu'il a fait les courses les plus incroyables que l'on puisse imaginer. En partant dernier, il a dépassé tout le monde… Il a eu de la chance parfois, mais cela fait partie du job. Un pilote se doit d'avoir de la chance pour réaliser ce genre de performance."

L'arrivée en fanfare de Prema

L'aspect le plus étonnant de cette saison de GP2 est toutefois l'avènement de Prema Racing. Dominatrice depuis la création de la F3 Europe, l'équipe italienne a relevé ce nouveau défi avec réussite, plaçant ses pilotes loin devant les autres au championnat. Quel est son secret ?

"Ils ont fait du bon travail, c'est clair. Ils ont une bonne équipe, c'est clair. Ils ont de l'expérience en sport auto, c'est clair", énumère Bruno Michel. "Comment ont-ils fait du si bon travail ? Je pourrais dire que la raison numéro 1, c'est qu'ils sont une équipe de première qualité. Nous en avons beaucoup en GP2. C'est probablement cette équipe qui avait le meilleur duo de pilotes. Et quand on a deux pilotes qui se poussent l'un l'autre dans leurs retranchements, alors la confiance est là, la motivation est là. Et la performance est là. Et c'est vraiment quelque chose qui les a beaucoup aidés."

"Ils ont aussi la philosophie du travail. Ils poussent la voiture à la limite, ils ont été disqualifiés quelques fois, que ce soit pour la pression des pneus ou pour la hauteur de caisse, vraiment pour un rien… donc il sont vraiment à la limite. Ils ne prennent pas de marge. Cela peut payer, mais cela peut être dangereux aussi. Cela a payé pour eux cette année, donc je dirais que c'est entre les deux : c'est une bonne équipe qui avait de très bons pilotes, c'est clair."

La déception Sirotkin

La déception de l'année, en revanche, est peut-être Sergey Sirotkin. Le Russe ayant rejoint ART Grand Prix après une très bonne première campagne dans la discipline, il était probablement considéré comme le favori, mais n'a pas concrétisé en raison de plusieurs problèmes mécaniques ainsi que d'erreurs notables de sa part.

"Sergey faisait vraiment partie des favoris pour cette année, et en fin de compte, il a eu des hauts et des bas, il n'a pas été assez régulier", estime Michel. "Il est certainement rapide. Certainement. Mais il est difficile de comprendre précisément pourquoi il n'a pas été au rendez-vous à chaque fois. Parfois il était là, parfois non. Parfois il était impressionnant en qualifications mais pas si fort en course. Je ne sais pas, c'est assez difficile à dire."

"J'ai beaucoup d'estime pour lui et j'espère qu'il continuera sa carrière en monoplace. Parce qu'il le mérite. Je ne sais pas s'il va rester en GP2 ou non, je n'en ai aucune idée, mais c'est un pilote intéressant."

Gasly et Giovinazzi méritent la F1

Aucun pilote de la promotion 2016 ne devrait atteindre la catégorie reine du sport automobile l'an prochain. Faute de baquet chez Toro Rosso, Pierre Gasly se dirige vers la Super Formula ; les projets d'Antonio Giovinazzi demeurent incertains, tout comme ceux de Sergey Sirotkin, alors que Raffaele Marciello a abandonné tout espoir de courir en F1 un jour. Et ce ne sont là que les pilotes du top 4.

"Pierre n'ira pas chez Toro Rosso", commente Michel. "Je ne sais pas s'il fera autre chose, en Formule 1 ou non, mais de toute façon… Il est prêt pour la Formule 1. Je suis sûr qu'il y arrivera à un moment ou à un autre."

"Et c'est pareil pour Antonio. J'espère vraiment qu'il aura des opportunités, mais ce n'est pas facile. Il a prouvé en étant rookie au sein d'un plateau de GP2 Series très relevé, il a gagné des courses, donc il mérite un volant en Formule 1."

Propos recueillis par Oleg Karpov

Prochain article FIA F2
Top 10 - Les meilleurs pilotes GP2 en 2016

Previous article

Top 10 - Les meilleurs pilotes GP2 en 2016

Next article

Vice-champion F3.5, Louis Delétraz signe en GP2

Vice-champion F3.5, Louis Delétraz signe en GP2

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Sergey Sirotkin , Antonio Giovinazzi , Pierre Gasly
Équipes Prema Powerteam
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités