GP2 - Déjà 18 points d'avance pour Grosjean

Romain Grosjean a remporté tous les championnats dans lesquels il s’est battu, et le GP2 Main Series pourrait prochainement s’ajouter à son palmarès

Romain Grosjean a remporté tous les championnats dans lesquels il s’est battu, et le GP2 Main Series pourrait prochainement s’ajouter à son palmarès. Après une 4ème victoire décrochée dimanche au Nurburgring (Allemagne), le pilote Dams se rend cette semaine sur le circuit du Hungaroring (Hongrie) avec 18 points d’avance au classement général.

Romain, pouvez-vous revenir sur ce week-end allemand où vous avez réalisé des courses splendides ?

"C’est vrai que le week-end s’est fantastiquement bien terminé, même si vendredi, j’étais un peu déçu de signer le 3ème chrono des qualifs, car la pole position était possible. J’ai été gêné dans un tour lancé mais la voiture était très performante. Samedi en revanche, nous n’avions pas le meilleur set-up pour la course longue, mais je termine 3ème et prends de bons points pour le championnat."

"Puis, dimanche, avec la grille inversée, je m’élance 6ème et ma priorité au premier freinage est d’éviter toutes les embuches ! Clos et Van Der Garde s’accrochent devant, et Bird part à la faute car les conditions étaient particulièrement difficiles, il avait plu tôt dans la matinée. Quand la piste a commencé à sécher, il a fallu être capable de prendre la bonne décision au bon moment pour s’arrêter mettre des pneus slicks, et pour cela, l’échange avec l’équipe a été impeccable !"

"J’étais alors 2ème derrière Jules Bianchi, je savais que j’étais plus rapide que lui mais qu’il n’y avait qu’une seule ligne sèche, donc les dépassements étaient quasiment impossibles. Finalement, j’essaie de me montrer le plus possible dans ses rétros sans prendre de risques inconsidérés. Il commet plusieurs petites fautes de pilotage qui me permettent de tenter une manœuvre, et je gagne la course !"

Justement, vous n’avez pas fait la moindre erreur malgré les conditions. Or, on vous a reproché dans le passé d’être trop impulsif en piste. Est-ce que vous avez changé ? Est-ce qu’avec 18 points d’avance, vous êtes plus calculateur ?

"Bien sûr, je pense que la maturité va de paire avec l’expérience. La catégorie GP2 est extrêmement relevée et pour gagner le titre, il faut rallier l’arrivée de toutes les courses et compter les points ! Je suis très exigeant envers moi-même et les 2ème ou 3ème places ne me satisfont pas ! Je veux être l’homme de la pole position et de la victoire, c’est pour cela que je n’ai pas hésité à attaquer dans la course dimanche."

"Maintenant, je savais aussi que j’étais en tête du championnat et que mes principaux adversaires avaient abandonné, alors il était hors de question de tenter quoi que ce soit sans être sûr que ça passe. C’est une question de feeling dans la voiture, j’ai appris à saisir ma chance, à faire la différence entre un dépassement imparable et une attaque qui risque de finir dans le mur !"

Pas de repos puisque vous enchaînez directement avec l’épreuve de Hongrie. Impossible d’y envisager un autre résultat qu’une nouvelle victoire pour vous ?

"Je l’espère ! Le tourniquet du Hungaroring est un circuit où il est compliqué de dépasser, alors mieux vaut partir de la pole position. Et puis, c’est marrant, en 2009, j’ai participé au championnat GP2 jusqu’à l’épreuve de Hongrie. Dans cette première moitié de saison, j’ai signé 2 victoires, à Barcelone et à Monaco. Cette année, ce sont les seules qui m’ont échappé ! J’ai gagné à Istanbul, à Valencia, à Silverstone et au Nurburgring, alors ce serait génial de m’imposer aussi à Budapest ! Joli revers de l’histoire… Je sais que j’ai la voiture et l’équipe pour y arriver, alors pourquoi pas ?"

[Communiqué de Com'On Racing]

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Romain Grosjean , Jules Bianchi
Type d'article Actualités