GP2 - L’As de Pic double la mise

Charles Pic a doublé la mise et doublé ses gains à Barcelone où il a remporté le week-end dernier son deuxième succès de GP2 Main Series, un an après son bizutage qui s’était conclu par une victoire en Catalogne

Charles Pic a doublé la mise et doublé ses gains à Barcelone où il a remporté le week-end dernier son deuxième succès de GP2 Main Series, un an après son bizutage qui s’était conclu par une victoire en Catalogne.

C’est l’histoire d’une victoire qui tombe à pic. Charles Pic n’avait plus fait retentir la Marseillaise dans le championnat GP2 Main Series depuis un an. Le pilote de l’Equipe de France FFSA Circuit a mis un terme au jeûne par un arrosage au champagne depuis la plus haute marche du Circuit de Catalunya, celle-là même sur laquelle il avait posé sa bottine de course il y a un an lors de son intronisation dans l’antichambre de la F1. Barcelone, un circuit fétiche ? " C’est vrai, j’apprécie ce circuit, mais quand on gagne, un circuit est toujours agréable," tempère le Français en plantant le décor. Le premier plan n’intéresse guère le locataire de la 3ème place du championnat. Il se tourne vers des horizons plus vastes, ceux du championnat. "Je retiens surtout de cette victoire le fait qu’on a réagi très vite et très bien après Istanbul où nous n’étions pas parti du bon pied. Nous étions vulnérables en qualifications et donc en course également, alors qu’à Barcelone nous avons pu concrétiser notre potentiel le samedi matin et il s’est traduit par un doublé de notre équipe dans l’après-midi" souligne le pilote Barwa Addax.

Le samedi matin, Charles se positionnait sur la quatrième place de la grille de départ virtuelle avant d’être promu troisième grâce à la pénalité qui frappait son partenaire de l’Equipe de France FFSA Circuit, Jules Bianchi. Le collège des commissaires de Barcelone reprochait au Français de n’avoir pas suffisamment levé le pied devant les drapeaux jaunes. "Honnêtement, je suis allé la chercher cette pole ! C’est vrai, je ne lève pas totalement le pied mais il faut savoir que mon temps de référence dans ce secteur, celui sur lequel les commissaires se sont basés pour me pénaliser, correspond à celui d’un tour de lancement. En plus, ce n’est pas dans le tour qui m’est reproché que j’ai signé la pole position," regrette le pilote Lotus ART. Rejeté sur la sixième ligne de la grille, Jules est remonté à la 7ème place de la première course et a été propulsé vers les rails, et l’abandon, dès les premiers mètres de la seconde épreuve. "Cette pénalité a eu l’effet d’une double peine pour moi car elle a ruiné mes qualifications mais aussi mes courses. Mais il faut accepter le règlement, même dans son interprétation la plus dure. Heureusement, Monaco arrive vite et j’espère que ce sera l’occasion de tourner la page de Barcelone."

Spirale de l’infortune pour l’un, du succès pour l’autre. Les pilotes de l’Equipe de France FFSA Circuit engagés dans les GP2 Main Series ont connu le pire et le meilleur en Catalogne. Depuis sa 3ème position sous la rampe des feux, Charles s’est mis en situation de pouvoir briguer la victoire avant les pit stops obligatoires. "J’étais plus rapide que Bird mais j’avais peur de tuer mes pneus. L’équipe a eu le bon réflexe en me faisant m’arrêter le premier. J’ai fait deux très bons tours après mon arrêt aux stands et ça m’a permis de passer devant Bird." Non seulement l’oiseau Bird ne s’était-il pas envolé mais Charles dépossédait Giedo Van der Garde du commandement lorsque le Néerlandais menaçait de caler au moment de s’arracher de son box. "C’est une sensation très agréable," sourit Charles. "J’étais en tête et confiant. Je n’étais pas inquiet lorsque la voiture de sécurité est entrée en piste. Je savais que Giedo aurait du mal à me suivre dans le dernier virage avant la ligne droite et qu’il fallait simplement que je ne fasse pas d’erreur."

Le dimanche, Charles était un dégât collatéral de l’accrochage entre Jules et Giedo au freinage du premier virage. Son aileron avant partiellement arraché par un débris, il devait passer par la case stands pour en changer. Probant, son meilleur tour en course restera anecdotique car, enregistré alors qu’il ne pouvait prétendre à une arrivée dans le top 10, Charles n’a pas bénéficié du point accordé à l’auteur du meilleur tour.

[Communiqué de la FFSA]

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Charles Pic , Jules Bianchi
Type d'article Actualités