GP2 - Pic engrange, Bianchi souffre en Hongrie

Charles Pic est monté sur son quatrième podium de l'année en Hongrie

Charles Pic est monté sur son quatrième podium de l'année en Hongrie. Le pilote de l’Équipe de France FFSA Circuit qui évolue en GP2 Séries aurait pu doubler la mise si un incident peu banal dont il ne porte aucunement la responsabilité n'avait ruiné sa deuxième course...

Les deux dernières courses des GP2 Séries avant la pause estivale ont réservé bien des surprises aux deux représentants de l’Équipe de France FFSA Circuit, Charles Pic et Jules Bianchi. En plus de la difficulté proverbiale de dépasser et de se frayer un chemin dans le trafic, le circuit du Hungaroring avait mitonné des conditions climatiques inhabituelles. A la fraîcheur relative des deux premiers jours ont succédé le froid et la pluie pour la course dominicale.

Samedi, le collège des commissaires sportifs a enregistré un record de dépôts de plainte à l'issue des qualifications que Charles Pic et Jules Bianchi ont conclu avec les 4ème et 6ème meilleurs temps respectifs. "Varhaug m'a bloqué dans mon meilleur tour et j'ai dû me qualifier dans mon ultime tour alors que le jus des pneus était passé," regrette le pilote originaire de Montélimar. Son voisin varois reconnaissait quant à lui que l'équilibre de sa monoplace de l'écurie Lotus ART était plus problématique que le trafic.

Le lendemain, Jules Bianchi perdait plusieurs places au départ, rançon des pilotes situés sur le côté sale du Hungaroring. Initialement quatrième, Charles perdait un temps précieux derrière des concurrents moins rapides mais dont la monoplace semblait deux fois plus large que la sienne dans les rares zones de dépassement. "J'ai réussi à remonter à la 2ème place mais Romain Grosjean était déjà loin et mes pneus avaient souffert dans les premiers tours." Charles a observé son pit stop obligatoire au bon moment pour ses pneus et vis-à-vis de ses adversaires directs. Mais, il se retrouvait englué dans un peloton de pilotes qui avaient choisi de changer leurs pneus dans les derniers tours de la fenêtre réservée aux arrêts aux stands. "C'était un peu frustrant mais j'ai réussi à me sortir de ce guêpier et j'étais très content de ma course car j'avais réduit de moitié l'écart qui me séparait de Romain ce qui démontrait que notre rythme de course était très bon." Deuxième sous le drapeau à damier, cinq rangs devant Jules, Charles se replaçait à 4 points du 2ème au championnat, son équipier Giedo Van der Garde.

Le Néerlandais faisait parler de lui dès les premiers kilomètres de l'épreuve dominicale en tassant Jules dans l'herbe. "La piste était mouillée du côté droit, quasiment sèche à gauche. Je savais que mon départ serait délicat mais je ne me suis pas affolé même si j'ai perdu quelques places en sortant du premier virage. J'ai entamé une bonne remontée et au 12ème tour j'étais à la hauteur de Van der Garde lorsqu'il m'a poussé dans l'herbe..." La Lotus ART partait dans une embardée dangereuse et dévastatrice pour son aileron avant ainsi que pour le classement du Français. "Lorsqu'il a de nouveau plu, j'ai changé de pneus et j'ai pu gagner des places en attaquant mais je savais que ma remontée serait limitée car le volant était tordu à la suite du contact avec Van der Garde. La 6ème place finale était un résultat inespéré, on peut s'en satisfaire."

Troisième dès l'amorce du premier relais, Charles profitait d'une neutralisation de la course pour troquer ses Pirelli pluie contre des slicks. Mais en ressortant des stands il butait sur un obstacle inattendu. "Le timing du pit stop était idéal mais en sortant des stands le pilote de la voiture de sécurité s'est trompé et m'a empêché de passer pendant plus de 40 secondes !" grimace le pilote Barwa Addax. Charles a chuté à la 15ème place mais plutôt que de bouillir il a froidement imaginé une nouvelle stratégie de course alors que l'horloge du Hungaroring indiquait qu'il restait 7 minutes de course. "Il recommençait à pleuvoir et je me suis dit qu'il fallait prendre le pari de ne pas changer de nouveau de pneus. Il y avait une nouvelle neutralisation et j'étais passé de la 15ème à la première place. Il fallait espérer que la course aille à son terme avec la voiture de sécurité, ou bien que l'averse ne soit pas trop marquée." Ni l'une ni l'autre des hypothèses et Charles s'est retrouvé subitement désarmé au restart pour lutter contre des pilotes qui avaient des pneus sculptés sur une piste détrempée. "C'est très frustrant mais il ne faut pas s'éparpiller. Je pense déjà aux courses de Spa où mon objectif sera un nouveau podium."

Charles et Jules pointent aux 3ème et 4ème places d’un championnat toujours dominé par l’ancien membre de l’Équipe de France FFSA Circuit, Romain Grosjean, qui a frôlé le sans-faute en Hongrie avec une cinquième victoire et un podium.

[Communiqué de la FFSA]

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Romain Grosjean , Charles Pic , Jules Bianchi
Type d'article Actualités