GP2 - Plus que prometteur pour les Français à Barcelone

Les trois pilotes de l’Equipe de France FFSA Circuit présents à Barcelone ont brillé : Jules Bianchi a signé la pole en GP2, Charles Pic a gagné dans le même championnat et Jean-Eric Vergne a été performant dans une GP3 qu’il découvrait

Les trois pilotes de l’Equipe de France FFSA Circuit présents à Barcelone ont brillé : Jules Bianchi a signé la pole en GP2, Charles Pic a gagné dans le même championnat et Jean-Eric Vergne a été performant dans une GP3 qu’il découvrait.

Le week-end dernier, Barcelone était l’épicentre de l’activité des pilotes de l’Equipe de France FFSA Circuit. Trois des cinq membres de l’effectif 2010 s’y sont retrouvés pour participer à l’ouverture de la 6ème édition des GP2 Series (Jules Bianchi et Charles Pic) et à une première historique, l’inauguration des GP3 Series (Jean-Eric Vergne).

En GP2 , Jules Bianchi ouvrait ses statistiques par une pole position convaincante. Las, le membre de l’Equipe de France FFSA Circuit était mis hors course dès le premier virage de Barcelone où Christian Vietoris venait semer le trouble après un freinage trop optimiste. "On ne pouvait pas imaginer pire début car cet abandon a ruiné tout mon week-end, mais ce sont les aléas de la course et il faut savoir composer avec et se remettre en selle," observe Bianchi.

Dans la deuxième course, le membre de la Ferrari Driver Academy remontait du 22ème au 12ème rang dès le premier tour, puis butait sur Giedo Van Der Garde. "Giedo était le plus rapide en piste avec moi et je ne me rapprochais pas assez de lui pour porter une attaque qui puisse faire la différence. C’est un pilote qui a une grosse expérience et il a su user de toutes les ficelles du métier pour que je ne sois jamais en mesure de l’attaquer. A deux tours de l’arrivée, j’ai tenté ma chance mais on s’est touchés. Peu importe, les points étaient hors de notre portée et il faut surtout retenir de ce week-end la compétitivité dont ART Grand Prix et moi-même avons fait preuve."

A Barcelone, la Marseillaise a retenti grâce à Charles Pic, auteur du 6ème meilleur temps des qualifications et formidable opportuniste du premier tour qui le voyait grimper à la 2ème place qu’il convertissait en leadership après le pit stop obligatoire. "C’est une première victoire essentielle pour mon écurie, Arden, ainsi que pour moi," reconnaît le pilote de Montélimar. "Elle démontre que le travail effectué cet hiver porte ses fruits."

"J’en suis d’autant plus fier que nous sommes allés dans la mauvaise direction en qualifications et que la 6ème place ne me satisfaisait pas. Nous avons parfaitement bien réglé l’auto pour la course et c’est très encourageant pour la suite même si nous devons encore nous perfectionner pour éviter quelques petites erreurs comme par exemple le pit stop où je n’ai pas été très performant en ne me positionnant pas bien devant le garage. Il faut également mieux gérer l’usure des pneus car ART Grand Prix était au-dessus du lot à Barcelone et j’ai dû composer avec des pneus très usés à la fin de la première course."

Jules Bianchi et Charles Pic remettront en jeu leur pole position et victoire à Monaco dès le week-end prochain. "Monaco se dispute dans la foulée de Barcelone et c’est une bonne chose," observe Jules. "A Monaco, il faut essayer de réunir tous les morceaux du puzzle en qualifications puis dans la première course mais je suis confiant."

"C’est un circuit où il faut de tout pour que ça rigole," renchérit Charles, qui avait dominé la course de Formula Renault 3.5 Series sur ce tracé il y a deux ans. "Il faut prendre des risques en qualifications et surtout bénéficier d’un tour clair. Il faut également avoir un peu de chance pour éviter le trafic, et enfin il faut une concentration de tous les instants et une voiture idéalement réglée pour ne jamais avoir à tutoyer les rails."

Pour Jean Eric Vergne, le voyage catalan est venu se greffer à son programme à la dernière minute. Sorti par la fenêtre de la Formula Renault 3.5 à la suite de la liquidation de son écurie SG Formula, le pilote de Pontoise, également vu en F3 britannique, est rentré par la grande porte du GP3.

"Tech 1 Racing avait un baquet à pourvoir et Red Bull [qui le sponsorise] m’a proposé de m’engager dans ce championnat," explique Jean-Eric Vergne. "Tout s’est fait très vite, du moulage du baquet à la finalisation du projet et j’ai découvert la monoplace lors des essais libres car je n’avais pas participé aux tests hivernaux."

Vergne s’est rapidement adapté à sa nouvelle monture au point de briguer la pole position dans une séance de trente minutes dont la dernière a été fatale à ses espoirs. "J’étais quasiment constamment dans les trois premiers de la grille mais la piste séchait et j’ai eu le malheur de couper la ligne de chronométrage le premier. Les autres ont amélioré leurs temps plus que moi et je suis tombé à la 8ème place de la grille. L’objectif de la première course était de ramener l’auto à bon port et d’engranger le maximum de données pour permettre à l’équipe de travailler sur les réglages. La 5ème place était donc un beau résultat qui me permettait en outre d’être bien placé pour la seconde manche."

Vergne prenait un départ probant et venait croiser le fer avec le poleman mais il se déportait vers l’intérieur de la piste à l’abord du premier virage et tassait involontairement un adversaire. La manœuvre lui valait une pénalité drive through qui le faisait dégringoler d’un podium qui lui tendait les bras. "J’étais moi-même poussé vers un bas-côté et j’ai donc pris mes distances sans voir qu’un concurrent tentait de se porter à ma hauteur. Il était au niveau de mes roues arrière et je ne pouvais pas le voir. La pénalité est dure car dans d’autres championnats une règle simple est appliquée : le pilote qui est derrière doit lever le pied. C’est très frustrant mais le bilan global est très positif car c’est un beau championnat, Tech 1 Racing est une écurie très professionnelle et je pense que nous avons les moyens de faire quelque chose de bien dès les prochaines courses."

[Communiqué de la FFSA]

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Christian Vietoris , Charles Pic , Jules Bianchi , Jean-Éric Vergne
Équipes ART Grand Prix
Type d'article Actualités