GP2 - Quand la France brille en sport automobile

Jules Bianchi et Charles Pic ont mis un point final à leur saison de GP2 par de probantes 3ème et 4ème places au classement général

Jules Bianchi et Charles Pic ont mis un point final à leur saison de GP2 par de probantes 3ème et 4ème places au classement général. Pour parvenir à leurs fins, les deux membres de l'Equipe de France FFSA Circuit sont montés sur les 2ème (Charles) et 3ème (Jules) marches du podium de l'une des deux courses de Monza.

La vitalité du sport automobile hexagonal n'a pas été démentie par la finale des GP2 Main Séries, disputée le week-end dernier sur l'Autodromo Nazionale di Monza. Deux semaines après le sacre de l'ancien membre de l’Équipe de France FFSA Circuit, Romain Grosjean, Jules Bianchi et Charles Pic ont fait une belle moisson de points pour s'octroyer respectivement les 3ème et 4ème places du classement général final.

Sous le regard perçant du gratin de la F1, Charles Pic a conquis sa 3ème pole position de la saison, en 9 meetings de course. Avec un taux de réussite de 1/3, le natif de Montélimar est ainsi le tireur d'élite des qualifications de l'antichambre de la F1. "Il nous manquait deux dixièmes après les essais libres mais nous avons très bien travaillé pour les qualifications et nous avons trouvé une bonne solution technique," explique Charles. "Mais une bonne auto ne suffisait pas. Il y avait énormément de drapeaux jaunes et il fallait calculer au plus juste le timing de sortie des stands pour avoir un tour clair... et avoir un brin de réussite pour ne pas être coupé dans son élan."

Dans le garage voisin, le destin de Jules était diamétralement opposé à celui de son compatriote. "J’étais pourtant très confiant après les essais libres ! Mais j’ai vécu les pires qualifications de l’année avec une rafale de drapeaux jaunes et du trafic. Je n’ai pas eu un seul tour clair," souffle le pilote Lotus ART qui passe pour être l’un des spécialistes du périlleux exercice du tour lancé.

En course, le patinage dont souffrait Charles (" Mon embrayage a glissé juste avant le départ," déplore le Français) a déroulé le tapis rouge pour son adversaire d’un jour et d’une saison, Luca Filippi. Avec Charles et Jules, l’Italien briguait en effet le titre honorifique de vice-champion des GP2 Main Séries. Installé en 2ème position dès les premiers mètres de course, Charles ne quittera plus cette place tout au long des 30 tours. "Luca était de toute façon plus rapide et il n’y a rien à regretter. De mon côté, je ne craignais rien pour ma 2ème place, j’ai pu gérer mes pneus au mieux jusqu’au bout malgré la chaleur."

19ème sous la rampe des feux rouges, Jules mettait tous les voyants au vert dès le premier tour qu’il bouclait en 12ème position. 11ème après les pit stops obligatoires, il grignotait trois places supplémentaires et saluait le drapeau à damier en 8ème position, avec un point en poche et l’assurance de s’élancer depuis la pole position de la manche dominicale. "Mon seul impératif dans l’optique du championnat était de ne pas m’accrocher. Lorsque j’ai compris que la 8ème place était à ma portée j’ai tenté de marquer le point du tour le plus rapide mais je l’ai manqué pour quelques millièmes," explique Jules dont la mission le dimanche était de faire fructifier sa pole position et de la convertir en victoire ainsi qu’en 2ème place au classement général. "J’ai pris un assez bon départ mais les deux voitures qui me suivaient ont pris un envol incroyable. Malheureusement, on avait modifié un peu les réglages par rapport à la veille et on s’est rapidement rendu compte que ce n’était pas suffisant et je n’ai jamais été en position de revenir au contact des deux premiers."

Pour Charles, la désillusion était encore plus grande. Le piège du goulet d’étranglement de la première chicane de Monza se refermait sur lui et le pilote Barwa Addax déchirait son aileron avant sur l’arrière du nouveau champion de la discipline, Romain Grosjean. 1er, 3ème et 4ème de l’exercice 2011 : le bilan de la France en GP2 Main Séries et notamment des membres de son Équipe de France FFSA Circuit est ravageur pour leurs adversaires. Les écuries de Formule 1 ne s’y sont pas trompées. Romain et Jules ont la garantie de participer aux essais privés réservés aux jeunes pilotes en fin de saison et Charles a tous les atouts pour rejoindre ses frères d’armes.

[Communiqué de la FFSA]

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Luca Filippi , Romain Grosjean , Charles Pic , Jules Bianchi
Type d'article Actualités