Introduction du DRS en GP2 pour la saison 2015

Les organisateurs du GP2 ont annoncé ce mercredi l'introduction du DRS dès la saison prochaine

Introduction du DRS en GP2 pour la saison 2015

Les organisateurs du GP2 ont annoncé ce mercredi l'introduction du DRS dès la saison prochaine. Bruno Michel, directeur de la série, s'explique sur ce choix, et justifie l'entrée en jeu de cet artifice par le fait que la série se veut une rampe d'accès à la F1.

"Nous avons toujours dit que le GP2 était capable de produire des courses incroyables sans l’ajout du DRS ou d’autres systèmes, et une fois de plus, la saison 2014 l’a prouvé avec des courses et des batailles passionnantes sur la piste", souligne le Français. "Toutefois, nous devons également nous assurer que nous restons en ligne avec notre mission : préparer les pilotes pour la prochaine étape, la F1".

L'an prochain, le GP2 proposera toutefois encore un format bien éloigné de celui de la F1 : pour des raisons d'économies pour les teams, il n'est pas d'actualité de revoir le package Dallara/Renault/Pirelli et d'impacter le plus grand changement connu par la F1 depuis plusieurs décennies : celle des motorisations V6 Turbo hybrides. DRS ou non, la F1 restera en 2015 un challenge de pilotage unique en son genre, auquel les rookies ne seront réellement préparés grâce aux disciplines d'accès.

Economies, et différence technique flagrante avec la F1

Depuis sa création en 2005, chaque voiture est utilisée pour un cycle de trois ans. Il a été décidé cet été que

la GP2/11

, qui aurait dû tirer sa révérence cette saison, sera conservée pour trois années de plus. La prochaine GP2 sera donc mise en place en 2017. Comme le souligne le directeur de la série, la F1 est un sport en constante évolution, surtout dans le domaine technique.

"Notre châssis actuel a déjà quatre ans. Mais, il est important de continuer d'ajouter des modifications - à un coût raisonnable - qui peuvent modifier les caractéristiques techniques de notre voiture", déclare Bruno Michel. "Il est impossible pour le GP2 de rester avec la même voiture sur une longue période quand la philosophie est de préparer les pilotes à la F1. Gardant cela à l'esprit, nous avons pensé que le DRS était le meilleur développement technique à introduire et nous en avons discuté avec les équipes, il y a plus d'un an".

"Elles étaient toutes en faveur de celui-ci car elles estimaient que cela rendrait le GP2 encore plus attrayant pour les pilotes, à condition uniquement qu'il s'agisse d'un système identique à celui utilisé en F1. Enfin, il est bien connu que certains circuits du calendrier sont réputés pour être difficiles en termes de possibilités de dépassement - même pour les GP2. Le DRS sera une valeur ajoutée sur ces pistes".

Le GP2 se distingue de la F1 en attribuant des points au poleman et à l'auteur du meilleur tour, ainsi qu'en imposant des grilles inversées pour le top 8 de la course longue.

Comment fonctionnera le DRS en GP2

Pour le DRS, la règle d'activation et les zones d'utilisation seront exactement les mêmes qu'en F1. Le DRS aurait pu être introduit la saison passée mais cela avait été repoussé pour des raisons économiques.

"Nous avons pris le temps d'étudier les moyens de l'introduire avec un coût minime, car notre objectif reste de continuer à soutenir nos équipes", indique Bruno Michel. "Le plan de réduction des coûts mis en place cette année se poursuivra la saison prochaine, afin de s'assurer que l'introduction du DRS n'affecte pas les équipes".

Le DRS sera testé sur une GP2/11 fin octobre en Europe, puis en décembre au Moyen-Orient, avant que les équipes ne reçoivent un kit en janvier 2015.

partages
commentaires
GP2 - Palmer sauve son week-end italien

Article précédent

GP2 - Palmer sauve son week-end italien

Article suivant

GP2 - Vandoorne et Pic font jeu égal en Russie

GP2 - Vandoorne et Pic font jeu égal en Russie
Charger les commentaires