Lynn - En 5 tours, j'ai perdu 5 kilos de gomme!

La dernière course de la saison 2015 de GP2 Series (outre la course sprint, qui a été annulée) a été particulièrement marquée par la dégradation pneumatique.

Lynn - En 5 tours, j'ai perdu 5 kilos de gomme!
Course 1, départ : Pierre Gasly, DAMS devant Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix et le reste du peloton
Alex Lynn, DAMS
Pierre Gasly, DAMS
Alex Lynn, DAMS devant Rio Haryanto, Campos Racing et Alexander Rossi, Racing Engineering
Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix devant Mitch Evans, RUSSIAN TIME et Alex Lynn, DAMS
Alex Lynn, DAMS
Alex Lynn, DAMS
Course 1, départ : Pierre Gasly, DAMS devant Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix et le reste du peloton

En GP2 comme en F1, les pilotes doivent passer les deux composés pneumatiques fournis par Pirelli lors de la course principale du weekend. En revanche, ils peuvent choisir les pneus de leur choix au départ de la course.

La plupart des concurrents qui s'élançaient de l'avant de la grille ont opté pour les pneus supertendres, à l'image de Pierre Gasly, auteur de la pole position, et de Stoffel Vandoorne, Mitch Evans et Alex Lynn, qui le suivaient sur la grille de départ. Quelques-uns, en revanche, ont tenté le pari des mediums, à l'image de Raffaele Marciello, cinquième des qualifications.

Il n'est cependant pas autorisé, en GP2, d'effectuer son arrêt au stand obligatoire lors des cinq premiers tours de course, et la dégradation des pneus supertendres s'est avérée plus forte que prévu. Tandis que Vandoorne et Evans tenaient bon en tête de la course, les deux pilotes DAMS perdu des secondes par poignées dans les tours qui précédaient leur arrêt!

Gasly et Lynn n'étaient pas les seuls pilotes à la peine, les Racing Engineering rétrogradant également rapidement au classement, à l'image d'Alexander Rossi notamment.

"Le départ de la course semblait assez routinier," relate Alex Lynn. "Le top 4 sur la grille, dont je faisais partie, était en pneus Pirelli supertendres et nous sommes restés dans cette position au début de la course."

"Mais ensuite, les pneus se sont complètement détruits et c'était incroyablement facile pour ceux qui étaient partis en mediums de nous dépasser. En cinq tours, nous avons perdu 1,2kg de gomme par pneu! C'étaient principalement les pneus avant qui souffraient."

"Nous savions que l'usure des pneus allait être difficile en supertendres mais nous ne nous doutions pas du tout qu'elle le serait à ce point."

La plupart des pilotes partis en pneus medium ont profité de leur stratégie à l'image de Marciello, deuxième de la course, qui n'est toutefois pas parvenu à vaincre un Stoffel Vandoorne intouchable pour sa dernière en GP2.

partages
commentaires
Latifi au top, Rosenqvist dans le mur

Article précédent

Latifi au top, Rosenqvist dans le mur

Article suivant

Racing Engineering - Rossi est au niveau de Vettel

Racing Engineering - Rossi est au niveau de Vettel
Charger les commentaires