Les nouveaux pneus durs de F2 "plus compliqués à gérer"

Candidat au titre de Formule 2, Robert Shwartzman pense que le nouveau pneu dur de Pirelli sera "plus difficile à gérer". C'est le constat dressé après les essais de pré-saison à Bahreïn.

Les nouveaux pneus durs de F2 "plus compliqués à gérer"

Les équipes de Formule 2 étaient de retour sur la piste la semaine dernière. Elles ont pu essayer les nouvelles spécifications du pneu dur pour la première fois durant les essais de pré-saison sur le circuit de Sakhir. Robert Shwartzman, membre de la Ferrari Driver Academy et quatrième du championnat l'an passé, a terminé les tests à la huitième place toutes journées confondues sur sa monoplace préparée par l'équipe Prema Powerteam.

Lire aussi :

Il est revenu sur les défis proposés par les nouveaux pneus Pirelli par rapport aux gommes dures de l'an dernier. Chaque voiture s'est vue attribuer six trains de ces pneus Prime et deux jeux de pneus Option pour le test, la même allocation que celle que recevront les pilotes pour la manche d'ouverture de la saison sur le même circuit à la fin du mois.

Shwartzman était satisfait de sa prestation, mais a révélé que les nouveaux pneus offraient moins d'adhérence et entraînaient une adaptation bien plus difficile. "Le test s'est plutôt bien déroulé. La performance en simulation de qualifications n'était pas mauvaise et le potentiel est là. Nous devons encore améliorer certaines choses", a déclaré Shwartzman.

"J'étais globalement content de mes performances en simulation de course, bien que les nouveaux pneus durs soient beaucoup plus compliqués à gérer que les anciens. Nous avons moins d'adhérence et la dégradation est plus difficile à gérer. Quoi qu'il en soit, nous nous approchons de notre limite et nous allons tout donner ensemble. Nous savons sur quoi travailler. Je suis impatient de commencer la saison. Je serai aligné sur la grille tête reposée et avec une énergie positive pour essayer d'être au top dès le départ."

 

Vers des courses plus intéressantes ?

Une opinion dont se fait écho le pilote DAMS, Marcus Armstrong, qui a dominé la dernière séance et a terminé troisième au classement sur les trois jours derrière Christian Lundgaard d'ART Grand Prix et Bent Viscaal de Trident. Le Néo-Zélandais, qui se prépare pour sa deuxième année dans le championnat de F2, pense que ces nouveaux pneus durs rendront les courses plus intéressantes cette année.

Lire aussi :

"Les tours de ce matin se sont plutôt bien passés. Je pense qu'une étape plus logique a été franchie entre les gommes tendres et dures désormais", a déclaré Armstrong sur le site officiel du championnat de F2. "Ces gommes dures ont été légèrement modifiées et la différence entre les deux types de pneu est assez importante, donc les courses seront intéressantes quand nous y serons. En qualifications, il s'agira plutôt de s'adapter à l'adhérence. Dans l'ensemble, c'était une bonne journée avec beaucoup de tours effectués."

partages
commentaires
Alpine pourrait placer ses protégés dans d'autres écuries F1

Article précédent

Alpine pourrait placer ses protégés dans d'autres écuries F1

Article suivant

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Robert Shwartzman
Équipes Prema Powerteam
Auteur Tom Howard