Portrait - Alexander Rossi, de retour aux avant-postes en 2015 (5/5)

Alexander Rossi, en lutte pour le titre GP2, est l'Américain le plus proche de la F1. Dans ce dernier volet de notre interview, Rossi évoque son retour en GP2 avec Racing Engineering. Le Californien nous parle également de ses perspectives d'avenir.

Motorsport.com : Comment l’opportunité de courir pour Racing Engineering s’est-elle présentée?

Alexander Rossi : 2014 a été une année très dure pour moi, et il semblait que je n'avais pas d'options en GP2 avec une équipe compétitive. Je ne voulais pas connaître une autre année comme 2013 ou 2014 où je me battais tout le temps pour être au top. Si je devais revenir en GP2, il fallait que ce soit avec une équipe que je savais être capable de gagner.

Quand j'ai vraiment pensé n'avoir aucune option, je me suis vraiment focalisé sur l'IndyCar, j'étais très proche d'un accord en IndyCar, puis j'ai reçu un coup de fil de Racing Engineering, et il y avait de l'intérêt. Et Racing Engineering m'intéressait aussi, c'est l'équipe pour laquelle j'ai plus ou moins toujours voulu courir depuis que j'ai testé pour elle en 2010. Tous les ans, nous avons essayé de trouver un accord, mais cela n'a jamais fonctionné. Mais ils avaient un baquet, et je me suis dit : 'Vous savez quoi? Je pense que j'ai quelque chose à prouver en GP2. Je sais que je peux le faire avec cette équipe'. Donc j'ai foncé.

Je pense que j'ai quelque chose à prouver en GP2

Alexander Rossi

Et pour être honnête, je suis vraiment content de l'avoir fait! Je suis très, très fier de faire partie de cette équipe. Je pense que c'est un groupe de personnes exceptionnel. Nous nous battons pour la victoire de la course principale à chaque weekend. Ce n'est pas encore arrivé ; j'espère changer cela. Mais c'est très agréable de faire partie d'une équipe en GP2 où chaque fois que l'on prend la piste, on sait qu'on va être rapide, on sait à quoi s'attendre.

Comment avez-vous trouvé un tel niveau de performance?

L'équipe fait toute la différence, pour être honnête. L'équipe fait une différence énorme dans ce championnat. Au-delà des réglages de la voitures, avoir la confiance en la voiture, prendre la piste à chaque circuit en sachant qu'on va être rapide, cela apporte énormément de confiance en soi. On sait que la voiture est bonne, on sait qu'on n'est pas mal non plus, donc bam, on fait le tour et c'est bon. C'est vraiment à ça que cela se résume, savoir que la voiture va être bonne.

Êtes-vous en contact avec Haas pour l’an prochain?

Oui. Mais c’est une de ces choses dont les gens pensent qu’elles vont se faire de façon automatique, et ce n’est pas le cas. Ils se sont montrés très clairs : ils veulent voir des résultats. C’est normal, c’est ce à quoi je m’attends, et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’ils voient des résultats en GP2 cette année. Je n’ai pas de problème avec le fait de gagner mon baquet en Formule 1.

Êtes-vous en contact avec d’autres équipes, suite à ce bon début de saison?

Oui. Je pense qu’on est toujours en contact avec d’autres équipes, ce serait stupide de ne pas l’être. On ne met pas tous ses œufs dans le même panier, donc c’est bien d’avoir des plans B, C et D.

Cet hiver, vous avez visité des entreprises californiennes telles qu'Airbnb et vous avez écrit à ce sujet. L’entrepreneuriat vous intéresse-t-il?

Énormément! Venant du nord de la Californie, je suis très intéressé par la Silicon Valley. Pour moi, c’est un peu le centre de l’univers en termes de technologie de pointe et d’entreprises qui repoussent les limites de ce qui a été fait auparavant et qui utilisent Internet comme plate-forme pour le faire.

Galerie - Toutes les photos d'Alexander Rossi

Nous avons déjà eu l’ère d’Internet, mais je pense que cela revient, car il y a beaucoup de choses qui se passent en ce moment, vraiment créatives, avec les applications et avec des entreprises comme Uber, Airbnb, Tesla ; il y a énormément d’entreprises très créatives qui viennent du nord de la Californie, donc vu que j’en suis originaire, j’ai envie de les montrer au monde entier pour les présenter.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour l’avenir?

Mon objectif a toujours été d’être en Formule 1. C’est pour ça que je suis là, c’est pour ça que je suis en GP2, c’est pour ça que j’ai pris le risque de revenir au lieu d’aller en IndyCar. Je veux montrer que je suis capable d’être en Formule 1, d’être un Américain qui connaît le succès en Formule 1, et cet objectif n’a jamais changé.

Comme nous l’avons évoqué, il y a eu des temps difficiles, mais j’ai le sentiment de les avoir traversés en travaillant, d’avoir montré que je pouvais les surmonter et que je pouvais obtenir les résultats. Cela a montré beaucoup de choses à beaucoup de gens. C’est une autre raison pour laquelle je suis encore là aujourd’hui : je n’abandonnerai pas, je continuerai à me battre, et c’est pareil avec ce championnat. J’ai bien l’intention de me battre pour le remporter jusqu’à ce que cela ne soit plus possible mathématiquement.

A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Alexander Rossi
Équipes Racing Engineering
Type d'article Interview
Tags portrait, rossi