Pour Gasly, il est "primordial" de faire mieux en qualifications

Pierre Gasly a indéniablement connu l'un des pires weekends de sa carrière à Spa-Francorchamps, mais reste motivé pour retourner la situation à son avantage.

Rien ne s'est passé comme prévu pour Gasly, qui est rentré de Belgique les mains vides alors que le potentiel était présent. Comment est-ce arrivé?

"Cela a été un weekend très difficile," confie-t-il à Motorsport.com. "Rien ne s'est passé comme on l'espérait ou comme on l'avait prévu, dès les essais libres où nous avons eu des petits soucis et où nous n'étions pas trop calés."

"En qualifications, cela a été le même souci, nous avons eu du trafic et nous avons dû faire le temps sur le deuxième tour rapide sur les pneus tendres alors que l'on sait très bien que c'est sur le premier tour, donc nous n'avions pas le jus optimum du pneu pour faire le tour. Nous faisons septième, nous sauvons les meubles, mais nous avions le potentiel pour faire troisième ou quatrième. C'est toujours frustrant de ne pas pouvoir délivrer la performance quand il y a le potentiel."

La course principale du weekend a été catastrophique pour Gasly. Un contact avec son compatriote Norman Nato au premier virage l'a mis en difficulté, avant que le pilote DAMS ne provoque un terrible accident avec Daniiel de Jong. Les conséquences ont été graves pour le Néerlandais, qui souffre d'une vertèbre facturée, mais c'est bel et bien la touchette avec Nato qui a gâché le weekend de Gasly.

"Le contact avec Nato a coupé le pneu et la jante," nous explique le Normand. "Du coup, nous avons mis les pneus de la course 2 au drapeau rouge, et nous n'avions plus de pneus pour cette course."

"Nous avons testé des choses pour les prochaines fois, rouler un peu avec les pneus tendres pour voir comment ils se comportaient, mais nous savions très bien que nous n'allions pas pouvoir finir la course."

Un bilan décevant

Aussi le bilan de ces sept premiers meetings est-il décevant. Malgré trois podiums, Gasly ne s'est toujours pas imposé, et il est quasiment hors-course pour le titre avec 172 points de retard sur Vandoorne, leader du championnat.

"C'est sûr que comparé à Stoffel avec ART... à l'heure d'aujourd'hui, ils sont au-dessus de nous," reconnaît le Français. "Il faut continuer de travailler. Je pense que ce sont surtout des petits éléments qui ont des grosses conséquences : dès qu'il y a un petit truc qui ne va pas, pour nous, cela a des grosses conséquences."

"Au lieu de faire P2 ou P3 comme Stoffel peut le faire quand ça ne va pas parfaitement, nous, c'est tout de suite P7, P8, ou même plus. C'est plutôt ça qu'il faut essayer de résoudre, c'est d'avoir plus de constance dans nos résultats."

Mieux construire le weekend

Dans cette optique, la clé sera de faire mieux en qualifications. Avec une position moyenne de 6,5 sur la grille, Gasly part avec un handicap tous les samedis dans la lutte pour la victoire, d'autant qu'il ne s'est encore jamais placé en première ligne.

"Même si on sait que le jour où tout va bien, nous avons la performance pour pouvoir faire une pole, pour gagner, il faut que nous essayions de mieux construire mieux nos weekends. Je pense que déjà, cela va être important de mieux réussir nos qualifs, nous avons le potentiel pour faire beaucoup mieux que ce que nous avons fait ce weekend."

"Quand on part devant, la course est beaucoup plus simple. Dès qu'on est dans le paquet, on est obligé de se bagarrer, il y a plus de risques d'accrochages et on tue nos pneus plus facilement, donc c'est primordial de partir devant," conclut Gasly, qui peut toujours viser un bon résultat au championnat : il n'est qu'à 48 points du top 3. Reste à appliquer ces bonnes résolutions dans les quatre meetings à venir pour obtenir, peut-être, une première victoire en GP2.

A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Pierre Gasly
Équipes DAMS
Type d'article Actualités
Tags déclaration, interview, qualifications