Pourchaire espère gagner en F2 mais sait que ce sera "vraiment dur"

Théo Pourchaire est ambitieux mais réaliste à l'aube de sa première saison complète en Formule 2.

Pourchaire espère gagner en F2 mais sait que ce sera "vraiment dur"

Théo Pourchaire continue son ascension météorique des formules de promotion. Champion d'Allemagne de F4 en 2019, puis impressionnant deuxième de FIA F3 malgré son manque d'expérience l'an passé, Pourchaire fait déjà ses débuts à temps plein dans l'antichambre de la Formule 1. Il a effectivement renouvelé sa collaboration avec ART Grand Prix, très fructueuse à l'échelon inférieur en 2020.

Lire aussi :

Les rookies sont nombreux sur la grille de la Formule 2 cette saison : seuls 11 des 22 pilotes ont déjà effectué une saison complète dans la discipline, tandis que l'on note l'arrivée de six concurrents classés dans le top 10 de la FIA F3 l'an passé. Malgré tout, Pourchaire a pour priorité l'apprentissage lors de cette première campagne en F2.

"Je pense que j'apprends vite, oui", déclare le Français de 17 ans au site officiel de la Formule 2. "Il y a peut-être des domaines où j'apprends plus vite que d'autres pilotes, mais je sais que dans d'autres domaines, beaucoup de pilotes apprennent plus vite que moi. Il y a des domaines où j'ai beaucoup de difficultés, et je sais que je dois travailler sur celles-ci, je sais que je dois progresser. Les premières courses en F2 seront difficiles, mais comme l'an dernier, il faut que je prenne les choses pas à pas. J'espère pouvoir gagner des courses."

"J'ai travaillé dur pour me préparer cet hiver. En plus de tout mon travail scolaire, j'ai fait beaucoup de sport et d'entraînement, j'ai essayé de me préparer du mieux possible à la fois physiquement et mentalement. Je sais que cette année va être vraiment dure, mais elle sera vraiment importante."

Théo Pourchaire, ART Grand Prix

Pourchaire a toutefois un atout par rapport à la plupart des autres débutants : sa participation aux deux meetings de Bahreïn avec HWA Racelab en fin de saison dernière, peu fructueuse en termes de résultats mais très utile en matière d'expérience… Surtout en vue d'un premier rendez-vous qui aura lui aussi lieu sur la piste de Sakhir.

"En 2019 j'étais en F4, et maintenant en 2021 je suis déjà en F2", ajoute le protégé de Sauber, qui n'en revient manifestement pas. "C'est incroyable. C'est la dernière étape avant la F1, et j'espère faire une saison vraiment bonne."

"J'ai roulé dans cette voiture plus que les autres rookies en F2, et je pense que cela va m'aider. Mes débuts [fin 2020] ont été vraiment difficiles, mais le plus important était que j'apprenne à connaître la voiture. Cette expérience m'a aidé à apprendre comment fonctionne la F2 : les courses, les arrêts au stand, toutes ces petites choses importantes qui vont m'aider cette année. C'était une expérience vraiment cool et je pense qu'elle peut être super importante pour moi cette saison et porter ses fruits."

"Je sais que je peux réussir. Je sais que je peux être intelligent, et je sais que je peux être rapide, mais il faut que je travaille beaucoup. Ce sera vraiment, vraiment difficile, je le comprends, mais je suis super content et vraiment reconnaissant envers ART et la Sauber Academy pour cette opportunité."

partages
commentaires
La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

Article précédent

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

Article suivant

Mohammed ben Sulayem est candidat à la présidence de la FIA

Mohammed ben Sulayem est candidat à la présidence de la FIA
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Theo Pourchaire
Équipes ART Grand Prix
Auteur Benjamin Vinel