FIA F3
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé

Charles Leclerc "ira loin", selon le patron du GP3

partages
commentaires
Charles Leclerc "ira loin", selon le patron du GP3
Par :
19 déc. 2016 à 15:00

PDG du GP3 Series, Bruno Michel est très optimiste quant à l'avenir de Charles Leclerc, champion 2016, en sport automobile. Le Français revient également sur la décision d'ajouter le DRS à la GP3/16.

Bruno Michel
Charles Leclerc, ART Grand Prix
Charles Leclerc, ART Grand Prix
Les Champions en GP2 et GP3: Pierre Gasly, PREMA Racing et Charles Leclerc, ART Grand Prix
Charles Leclerc, ART Grand Prix
Charles Leclerc, ART Grand Prix devance Alexander Albon, ART Grand Prix
Le vainqueur Alexander Albon, ART Grand Prix et le deuxième Charles Leclerc, ART Grand Prix
Charles Leclerc, PREMA Racing
Charles Leclerc, PREMA Racing
Charles Leclerc, PREMA Racing
Charles Leclerc, pilote d'essais Haas VF-16
Chase Carey, Liberty Media, avec Bruno Michel, GP2 Series
Max Defourny, Arden International
Leonardo Pulcini, Campos Racing
Tarun Reddy, Koiranen GP
Tatiana Calderon, DAMS
Tatiana Calderon, Jenzer Motorsport

Pour sa première campagne dans l'antichambre du GP2 Series, Charles Leclerc a réalisé des performances remarquables, auteur de quatre pole positions et huit podiums dont trois victoires. Le pilote de la Ferrari Driver Academy a certainement convaincu en remportant le titre GP3 à une course du terme de la saison.

"Il a fait une très bonne saison", estime Bruno Michel pour Motorsport.com. "Il mérite son titre. Il a été performant toute la saison. Régulier. Il a gagné quelques courses, il a toujours été présent pour arriver à remporter le championnat en abandonnant… C'est un champion très, très méritant, et je suis sûr qu'il ira loin."

La domination d'ART

ART Grand Prix, qui a remporté trois titres des pilotes et cinq titres par équipes lors des six premières saisons de l'Histoire du GP3, a maintenu sa domination cette année en remportant les deux championnats avec Leclerc et en plaçant ses quatre pilotes dans le top 7 du classement général. Huit pole positions (sur neuf !), neuf victoires et 23 podiums en une saison : comment l'écurie française obtient-elle de tels résultats ?

"Ils font du meilleur travail que les autres", analyse Bruno Michel. "Que puis-je dire ? Vous savez, c'est différent des catégories où une équipe domine parce que la réglementation lui permet de dominer en ayant plus de ressources. Nous n'avons pas du tout ce système en GP3, c'est une catégorie complètement monotype et tout le monde a le même nombre de journées d'essais, tout est pareil."

"Certes, certaines équipes sont meilleures que d'autres. Mais la grande différence entre les équipes, c'est que quand elles sont dans une spirale positive, elles attirent de bons pilotes. Ce qui fait la différence, au final, ce sont les pilotes. ART a toujours été capable de les attirer, parce qu'ils ont toujours été dans une spirale positive. Tout le monde veut aller chez ART. C'est beaucoup plus facile de remporter le championnat avec les quatre pilotes qu'ils avaient là. Quand on a [Alexander] Albon, [Nyck] de Vries, Charles [Leclerc] et [Nirei] Fukuzumi, on a forcément de bons résultats."

"Mais je ne m'inquiète pas. Ça changera. Comme en GP2 : ART a dominé, DAMS pendant quelques années, et Prema est arrivé et a fait un travail fantastique, comme Russian Time par le passé. Donc ça change. Mais c'est question de pilotes."

Leclerc rookie en GP2

C'est en GP2 Series que Leclerc courra l'an prochain avec l'écurie Prema Racing. Ce championnat a la réputation de donner la prime à l'expérience, le meilleur exemple étant la neuvième place d'Alexander Rossi, meilleur rookie en 2013. Cependant, les dernières saisons en date tordent le cou à cette tendance, d'autant qu'Antonio Giovinazzi a joué le titre 2016 pour sa première campagne dans la discipline.

"Giovinazzi en est un excellent exemple", confirme Bruno Michel. "Rookie de l'année, et à chaque fois que nous avons eu un rookie exceptionnel, comme Hamilton, comme Hülkenberg, il peut faire le travail. Regardez ce qu'a fait Vandoorne, je sais qu'il a gagné dans sa deuxième année, mais la première année, à la fin de la saison, il était absolument incroyable."

"Quand on a un pilote de ce niveau, et il n'y en a pas tant, on peut gagner le GP2 en tant que rookie. Et nous verrons l'an prochain si Charles en est capable. Ce sera intéressant."

Pourquoi le DRS ?

Enfin, Bruno Michel est revenu sur la décision d'ajouter le DRS sur la nouvelle monoplace, la GP3/16. Était-ce vraiment nécessaire ?

"L'idée, c'est que le GP3 doit préparer les pilotes pour le GP2 et que le GP2 doit les préparer pour la Formule 1", explique Michel. "Le DRS est un aspect assez important de la Formule 1, ainsi que de la GP2 désormais. Nous nous sommes demandé si c'était trop tôt pour l'introduire en GP3 ou non. Et nous avons décidé que nos pilotes seraient très contents d'avoir ça. Et il faut attirer des pilotes dans notre championnat, c'est clair. Car c'est important. Et nous savions que ce serait un concept plus attirant pour eux."

"Nous savons que cela va pimenter le spectacle, mais ce n'est pas la raison principale. Quand nous avons mis le DRS en GP2, nous n'en avions pas besoin pour pimenter le spectacle. Nous avions besoin du DRS pour aider les pilotes pour l'avenir. Nous pouvons toujours nous demander si le GP3 est un peu trop tôt pour le faire. Mon point de vue actuel est que c'est le bon moment, dans la progression des pilotes, pour l'introduire."

Le GP3 Series effectue actuellement un programme d'essais intensif avec Pirelli à Abu Dhabi pour travailler sur la dégradation des pneus, dans le but d'offrir des courses plus spectaculaires et toujours formatrices pour les jeunes pilotes.  Bruno Michel se félicite d'ailleurs de l'approche "proactive" du manufacturier italien. Reste à voir ce que cela donnera l'an prochain !

Propos recueillis par Oleg Karpov

Article suivant
Jake Dennis - "Il est temps de devenir pilote professionnel"

Article précédent

Jake Dennis - "Il est temps de devenir pilote professionnel"

Article suivant

Le DRS fait ses premiers tours de piste en GP3

Le DRS fait ses premiers tours de piste en GP3
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F3
Pilotes Charles Leclerc
Équipes ART Grand Prix
Auteur Benjamin Vinel