Retour dans la douleur mais porteur d'espoir pour Juan Manuel Correa

Grièvement blessé dans le drame de Spa-Francorchamps, en 2019, Juan Manuel Correa a fait un pas vers son retour à la compétition en reprenant le volant en F3.

Retour dans la douleur mais porteur d'espoir pour Juan Manuel Correa

Juan Manuel Correa a jugé ses performances encourageantes pour son retour au volant, la semaine dernière. L'Américain admet toutefois qu'il souffre toujours, à l'aube de son incroyable retour en Formule 3.

L'Américain de 21 ans s'apprête à effectuer un retour sensationnel en course cette saison, un an et demi après avoir été impliqué dans le terrible crash de Formule 2 à Spa-Francorchamps, en 2019, qui a coûté la vie à Anthoine Hubert. Victime de blessures sérieuses aux jambes, Correa a suivi une très longue convalescence et passé plus d'un an en fauteuil roulant. Il est désormais capable de marcher, mais seulement avec l'aide de béquilles.

S'il admet souffrir chaque jour, à cause de "blessures irréversibles", il a repris le volant d'une F3 au Paul-Ricard il y a deux semaines, afin de préparer sa campagne à venir avec ART Grand Prix. Il s'agissait de sa première fois dans une monoplace depuis la tragédie de Spa, 533 jours après l'accident, et s'il a révélé qu'il lui reste beaucoup à faire, il s'est dit encouragé par ses performances.

"Le test s'est bien déroulé. Physiquement, il me faut encore travailler un peu sur ma préparation, surtout sur les muscles des jambes, car ils me font souffrir. Mais j'ai été surpris de pouvoir pousser à fond, sans aucun changement sur la voiture. C'était ce qui m'inquiétait le plus", a déclaré Juan Manuel Correa à Motorsport.com.

Lire aussi :

"Revenir après un an et demi s'est avéré difficile. Ce sera une saison pleine de défis, mais j'ai choisi de courir en Formule 3 précisément car le championnat commencera en mai et cela me permettra d'être prêt physiquement pour la première manche. Je veux être compétitif. Évoluer à l'arrière du peloton sur la première moitié de la saison ne m'intéresse pas. Évidemment, ce sera une année de transition, car je dois aussi continuer ma rééducation pour améliorer la qualité de ma vie. J'espère être bientôt capable de marcher sans l'aide de béquilles."

Juan Manuel Correa

Correa a aussi évoqué son lourd travail mental et physique pour revenir dans le cockpit, dans l'espoir que son histoire soit un exemple pour d'autres personnes qui pourraient connaître une situation similaire.

"Après tout ce que j'ai vécu, je comprends ce que c'est que de ne pas être capable de faire beaucoup de choses", a-t-il ajouté. "On se sent isolé. J'ai passé plus d'un an en fauteuil roulant et maintenant je marche avec l'aide de béquilles. Je souffre à chaque pas et je sais que certains dégâts sur mon corps sont irréversibles. Peut-être que quand je serai plus âgé, je serai obligé de me faire amputer de la jambe, c'est une possibilité réelle."

"Pour autant, il faut accepter cette réalité et essayer d'en tirer le meilleur. Bien sûr, on est conscient qu'on ne remarchera plus jamais, mais on peut aussi trouver de la joie dans le simple fait d'être avec sa famille. Ce que j'ai réalisé durant cette année et demie, c'est qu'on n'a pas besoin d'être à 100% heureux physiquement, il faut être heureux mentalement pour apprécier ce que la vie a à offrir."

"J'espère être un exemple pour toutes ces personnes qui traversent une situation difficile ou récupèrent d'une situation similaire. Je suis sûr qu'il y a de nombreuses personnes dans le monde qui vivent avec des blessures permanentes, comme moi, et ont vu leur vie chamboulée."

Une victoire personnelle pour objectif

Correa effectuera son retour à la compétition lors de la manche d'ouverture de la Formule 3, en marge du Grand Prix d'Espagne de F1, du 7 au 9 mai. À l'approche de ce rendez-vous, il ne se fixe pas d'objectif, mais avoue que réussir une première course sans problème serait une "victoire" en soi. Il refuse également de faire une croix sur un possible retour en F2 dans le futur.

"Pour moi, réussir à disputer la première course sans rencontrer de problèmes particuliers serait déjà une victoire", déclare-t-il ainsi. "Je ne veux pas faire les habituelles annonces préformatées, mais je suis un pilote, un compétiteur, et comme tout le monde, je vise des poles et des victoires."

"Cette saison me servira de préparation pour la prochaine, mais je n'exclus pas de viser un retour en Formule 2. Il faudra voir aussi si j'ai le soutien financier pour pouvoir courir, étant donné que de gros budgets sont requis. On verra, on ne sait jamais ce qui peut arriver."

partages
commentaires
De retour dans l'Alpine Academy, Victor Martins est ambitieux

Article précédent

De retour dans l'Alpine Academy, Victor Martins est ambitieux

Article suivant

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants

La F2 et la F3 songent à l'hybride et aux biocarburants
Charger les commentaires