Ricciardo et Sainz étaient abasourdis par le crash en F3

partages
commentaires
Par :
9 sept. 2019 à 11:00

Certains pilotes F1 ont avoué qu'ils n'avaient même pas envisagé le danger potentiel du vibreur responsable du terrifiant accident vu en F3 samedi, lorsque la monoplace d'Alex Peroni a dramatiquement décollé dans les airs.

À Monza, le spectaculaire accident d'Alex Peroni en F3, dont la Campos a littéralement décollé dans les airs après un passage sur un vibreur à l'extérieur de la Parabolica avant de s'écraser à l'envers contre les barrières de limite de la piste, a offert des images à la fois terrifiantes et rassurantes. L'issue de l'accident a été heureuse, le jeune pilote australien n'ayant finalement souffert que d'une fracture d'une vertèbre, une semaine après le choc du décès d'Anthoine Hubert à Spa-Francorchamps, lors d'une course de F2.

La direction de course, menée par Michael Masi, n'a pas tardé à réagir, dès le samedi matin, ne laissant pas les pilotes F1 prendre la piste pour les Essais Libres 3 avant que des modifications ne soient faites sur la piste de Monza et que le vibreur en question ne soit totalement retiré. Même si certains pilotes et membres du paddock se sont fait très critiques du placement d'un tel dispositif à cet endroit, d'autres, comme Daniel Ricciardo, admettent qu'ils n'avaient pas envisagé la présence de ce vibreur comme un tel risque pour leur sécurité.

Lire aussi :

"C'est étrange et on ne penserait jamais que ce vibreur puisse avoir un tel impact", confie-t-il, incrédule. "Malheureusement, parfois, il faut que quelque chose se produise pour qu'on en réalise les conséquences. Je n'ai jamais regardé ce vibreur en pensant qu'il pouvait être un danger ou une menace… J'ai eu du mal à croire ce que je voyais. Mais finalement, j'étais content de voir ça, car ça voulait aussi dire que s'ils le montraient, c'est que le pilote allait bien."

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team

"Alex est Australien et j'étais assez excité à l'idée de lui envoyer un message car je regardais la course et il était remonté jusqu'à la sixième place ou quelque chose comme ça, puis j'ai vu cela... J'ai été un peu en contact avec lui et il va bien ; il est même allé sur Instagram pour dire qu'il avait une vertèbre cassée, mais je suis content qu'il aille bien. C'est fou. C'est une autre leçon pour nous tous. À ces vitesses, on peut juste prendre de petites turbulences sous la voiture et décoller."

Même état de stupéfaction du côté de Carlos Sainz, qui admet qu'il n'avait ni envisagé une telle chose possible, ni qu'une auto d'une série junior puisse réaliser de telles figures libres.

"Je pense que c'était un accident vraiment malchanceux, des images incroyables", commente-t-il, visiblement impressionné. "Je ne m'attendais pas à ce qu'une F3 puisse faire ça et partir à cinq mètres de haut depuis ce vibreur et tourner trois fois sur elle-même. C'était une scène incroyable. Je ne m'attendais pas à ce qu'une voiture puisse faire ça sur un vibreur, mais c'est quelque chose que l'on prendra en compte dans le futur."

"Ce vibreur était juste destiné à placer des limites de piste, pas à créer une situation dangereuse. C'est encore une leçon d'apprise pour la famille de la F1 : un vibreur peut créer ce genre de pirouette. Dieu merci, il n'est rien arrivé à ce pilote et il est sorti en marchant. Je pense que le Halo a de nouveau eu un effet de protection du pilote lors de l'atterrissage à l'envers. C'était de nouveau un coup de chance et quelque chose qu'il faudra suivre sur les prochaines courses pour voir si ce genre de vibreurs peut créer ce genre d'accidents dans le futur."

Lire aussi :

"Heureusement que le gars va bien"

Plus qu'à l'incident en lui-même, Daniil Kvyat pense aux enseignements qui pourront être tirés d'un tel coup de chaud. C'est l'ensemble du paddock qui doit tirer une leçon de ceci et éventuellement adopter des mesures correctives sur différents circuits. "Je pense que c'était une bonne décision de retirer ce vibreur", juge le Russe. "Il faudrait juste implémenter des limites de piste. C'est suffisant. Il y a cinq ans, je crois qu'il y avait du gravier là-bas. C'était bien aussi. Mais si l'on peut mettre des limites de piste, alors il n'y a plus besoin de vibreur."

Il ne s'agit pas de la première fois que Kvyat s'exprime contre ce type de vibreurs, dont il n'a jamais été un fan. "En effet ! Je pense que ce qui s'est passé est que ces vibreurs étaient là en 2005 ou 2006 dans la première et la seconde chicane et qu'ils étaient très bons, très bien ; mais je pense qu'il faudrait expérimenter un peu plus en F1 avec les vibreurs. C'est un peu différent [d'autres catégories]. Je ne sais pas ce qu'ils feront de [cet enseignement], pour être honnête. Je ne sais pas, on le découvrira. C'est à eux de voir quelle allure doit avoir la sécurité. Il est évident que nous avons connu une mauvaise semaine. Maintenant il y a ça, ici… Heureusement que le gars va bien, mais ça a eu l'air encore plus…encore plus irréel. Donc oui, on verra quelles décisions seront prises."

"Je pense qu'il y a de nombreux vibreurs autour de la piste qui pourraient créer un gros accident, mais seulement si quelque chose de rare se produit. Le vibreur du virage 1-2 pourrait aussi voir un sale accident si un gars passait à reculons dessus ou quelque chose comme ça. Il était là l'an dernier et bien entendu, on essaie d’éviter son contact à tout prix, mais cette fois, c'était inévitable. Je pense donc que c'est une bonne chose de l'avoir retiré", souffle de son côté Lando Norris.

Lire aussi :

Article suivant
Peroni s'est fracturé une vertèbre dans son terrible crash

Article précédent

Peroni s'est fracturé une vertèbre dans son terrible crash

Article suivant

Fabio Scherer: des points et une première Pole Position à Monza

Fabio Scherer: des points et une première Pole Position à Monza
Charger les commentaires