Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2015 (1/2)

partages
commentaires
Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2015 (1/2)
Par :
24 déc. 2015 à 12:01

La saison 2015 de GP3 Series restera certainement dans l'Histoire comme un millésime d'exception, une saison où trois pilotes ont raflé 12 des 18 victoires malgré la grille inversée, mais où le champion ne s'est imposé qu'une fois!

Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Pal Varhaug, Jenzer Motorsport & Matthew Parry, Koiranen GP
Antonio Fuoco, Carlin
Ralph Boschung, Jenzer Motorsport
Le vainqueur Oscar Tunjo, Trident fête sa victoire dans le Parc Fermé
Jann Mardenborough, Carlin
Jann Mardenborough, Carlin
Jann Mardenborough, Carlin
Jann Mardenborough, Carlin
Jann Mardenborough, Carlin
Kevin Ceccon, Arden International
Kevin Ceccon, Arden International
Kevin Ceccon, Arden International
Le vainqueur Kevin Ceccon, Arden International
Kevin Ceccon, Arden International
Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Le vainqueur de la Course 2, Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Jimmy Eriksson, Koiranen GP
Antonio Fuoco, Carlin
Antonio Fuoco, Carlin
Le deuxième, Antonio Fuoco, Carlin
Antonio Fuoco, Carlin
Antonio Fuoco, Carlin
Matthew Parry, Koiranen GP
Matthew Parry, Koiranen GP
Matthew Parry, Koiranen GP
Matthew Parry, Koiranen GP
Matthew Parry, Koiranen GP
Matthew Parry, Koiranen GP

Ces quatre hommes ont largement dominé la saison d'un point de vue comptable, mais étaient-ils réellement les quatre pilotes les plus performants? Qu'en est-il du reste du plateau? Certains concurrents se sont-ils démarqués davantage que ne le laisse penser leur classement au championnat?

C'est à ces questions que nous allons tenter de répondre avec ce top 10. Avant toute chose, il convient d'adresser quelques mentions honorables. La première à Ralph Boschung, qui était le meilleur des pilotes Jenzer pour sa première saison en GP3, finissant plus de la moitié des courses dans les points avec un podium à Silverstone en point d'orgue.

La deuxième à Óscar Tunjo, auteur de l'une des performances les plus exceptionnelles avec sa victoire depuis la neuvième place de la grille de départ lors de la deuxième course au Red Bull Ring. Il n'a malheureusement participé qu'aux trois premiers meetings de la saison, quittant Trident ensuite.

10.  Jann Mardenborough

Carlin

9e, 58 points

Pourcentage du nombre de points de l'équipe : 39,5%

Sans le moindre doute, Jann Mardenborough sera très déçu de sa saison 2015. Après une première campagne convaincante en GP3 l’an passé, le Britannique est passé d’Arden à Carlin, qui a sacré Alex Lynn l’an passé.

Mardenborough échoue finalement à la neuvième place du championnat, comme l’an dernier, mais en ayant manqué deux meetings : Monza, où il s’est substitué à Sean Gelael en GP2, et Abu Dhabi, à cause d’essais prévus en GT.

Le Britannique n’a jamais été en mesure de jouer la victoire cette saison, la faute principalement à des performances faiblardes en qualifications : deux top 10 seulement en sept séances. Mardenborough est quand même parvenu à signer deux podiums en course sprint.

Le pilote Carlin n’a pas toujours été chanceux non plus, percuté par Ashkanani lors de la première course à Budapest (mais il était en fond de peloton) et piégé par les nouveaux vibreurs du raidillon, sur lesquels sa monoplace a décollé lors de la première course à Spa.

Quant à la pige en GP2 de Mardenborough, elle ne s’est pas concrétisée par des résultats – ce qui est normal pour un débutant en cours de saison – et sa participation aux 24 Heures du Mans au volant d’une Nissan GT-R LM NISMO lente et à la fiabilité catastrophique n’a pas été concluante non plus.

9.  Kevin Ceccon

Arden International

7e, 77 points

Victoires : 2 ( Silverstone C2,  Hungaroring C2)

Pourcentage du nombre de points de l'équipe : 28%

Voilà cinq ans que Kevin Ceccon arpente tantôt GP2, tantôt GP3, la plupart du temps pour des campagnes partielles, faute de budget.

En 2015, Ceccon a enfin pu disputer une saison complète, sa première depuis ses débuts en GP3 en 2012, et a obtenu des résultats probants, avec deux victoires en course sprint : à Silverstone et au Hungaroring, à chaque fois en résistant à la pression d’Esteban Ocon!

Le pilote Arden a obtenu quelques autres places d’honneur, mais aurait pu faire bien mieux sans des accrochages intervenus en Course 1 qui ont gâché plusieurs de ses weekends, comme à Sotchi, à Spa, ou encore au Red Bull Ring, où il a percuté une voiture qui avait calé au départ.

Son plus grand regret sera d’avoir rencontré un problème mécanique alors qu’il était bien parti pour s'imposer à Abu Dhabi. Quoi qu’il en soit, c’est une saison fort convaincante.

8.  Jimmy Eriksson

Koiranen GP

5e, 118 points

Victoire : 1 ( Sotchi C2)

Pourcentage du nombre de points de l'équipe : 60,1%

Les deux premières campagnes de Jimmy Eriksson en GP3 ont été diamétralement différentes l'une de l'autre. En 2013, chez Status, l’apprentissage a été difficile et le Suédois n’a pas décollé du fond de grille ; l’an dernier, déjà chez Koiranen, il a pris une nouvelle dimension en se battant aux avant-postes constamment et en signant la quatrième place du championnat.

On s’attendait donc à ce qu’Eriksson soit en mesure de jouer le titre, mais il s’est avéré incapable de passer à un palier supérieur. Jamais qualifié sur les deux premières lignes, le pilote Koiranen était néanmoins régulier, avec des points à chaque course sauf au Red Bull Ring, à cause d’une erreur de pilotage, et à Spa-Francorchamps, du fait d’un départ volé et d’un drive through effectué sous le régime de la voiture de sécurité virtuelle.

Privé de la victoire à Monza suite à un problème technique, Eriksson s’est bien rattrapé à Sotchi en convertissant la pole position de la course sprint en victoire à l’arrivée.

Présent dans le top 5 lors de la moitié des courses, Eriksson était indéniablement régulier, mais on attendait certainement un peu mieux de lui.

7.  Antonio Fuoco

Carlin

6e, 88 points

Pourcentage du nombre de points de l'équipe : 59,9%

Antonio Fuoco est l’un des plus grands espoirs du sport automobile italien et de la Scuderia Ferrari, et a confirmé ce statut avec la sixième place du classement général. La cinquième aurait même été à sa portée sans un pilotage extrêmement brouillon en peloton.

Quand tout se passait bien pour Fuoco, il était au rendez-vous, toujours dans les points, avec une superbe deuxième place dans la première course du Red Bull Ring en point d’orgue, alors qu’il n’était que huitième sur la grille de départ.

Le lendemain, sa course a pris fin avec un accrochage au premier virage. C’était similaire au Hungaroring, où il était en pole position, mais a provoqué un accrochage avec Bernstorff à la chicane. Cinquième sur la grille de départ de la course sprint de Spa-Francorchamps, Fuoco s’est accroché avec Kirchhöfer, alors que son weekend à domicile a été gâché par un abandon en course 1, provoqué par un tête-à-queue qui s’est achevé dans le rail de sécurité.

L’Italien aura en tout cas la déception de voir Esteban Ocon, également débutant en provenance de F3 Europe, s’être montré beaucoup plus performant.

S’il rempile en GP3 et parvient à se montrer plus sage en piste, Fuoco sera toutefois un candidat sérieux au titre la saison prochaine.

6.  Matt Parry

Koiranen GP

8e, 67 points

Pourcentage du nombre de points de l'équipe : 34,4%

Champion d‘Intersteps en 2012 et de Formule Renault 2.0 NEC en 2013, Matt Parry a connu une saison 2014 compliquée avec un niveau de performance décevant en Eurocup.

Il était donc difficile de prédire ce dont il allait être capable en GP3 pour sa première saison, mais Parry s’est illustré malgré des circonstances qui ont souvent joué contre lui.

Le pilote Koiranen a pris un nombre de départs catastrophiques assez ahurissant, ce qui l’a grandement handicapé. C’est notamment ce qui a gâché sa deuxième course du meeting de Sotchi, alors qu’il partait en première ligne.

Les problèmes techniques n’ont pas épargné Parry non plus, avec divers problèmes de moteur au Red Bull Ring, à Spa-Francorchamps et à Monza... où il a d'ailleurs été disqualifié de la première course pour une monoplace 600g trop légère. Il avait alors perdu sa quatrième place.

Parry regrettera également les incidents de course dont il a été victime, dont un assez effrayant à Spa-Francorchamps où il a percuté une roue en perdition. À Abu Dhabi, troisième sur la grille de départ de la dernière course de la saison, il a (pour une fois) réussi son départ mais a vu son pneu crevé par un Ocon un peu trop optimiste.

Malgré tout, l'ancien jeune pilote Caterham a signé un certain nombre de bons résultats quand les circonstances le lui permettaient et quand il réussissait ses départs, avec trois podiums à la clé. Le temps fort de sa saison restera le meeting de Bahreïn, où il est remonté de la 18e place à la 11e en course 1, puis de la 11e à la 3e en course 2.

Parry sera certainement un candidat sérieux au titre, d'autant que la continuité sera présente avec Koiranen.

Article suivant
Matt Parry reste chez Koiranen et vise le titre 2016

Article précédent

Matt Parry reste chez Koiranen et vise le titre 2016

Article suivant

Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2015 (2/2)

Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2015 (2/2)
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F3
Pilotes Antonio Fuoco , Jimmy Eriksson , Kevin Ceccon , Matt Parry , Alex Palou
Équipes Carlin , Campos Racing , Koiranen GP
Auteur Benjamin Vinel