Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2017

partages
commentaires
Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2017
Par :
22 déc. 2017 à 18:02

Qui ont été les meilleurs pilotes du championnat 2017 de GP3 Series ? Nous analysons la saison de chaque membre de notre top 10.

Diapo
Liste

10.  Niko Kari, Arden International

<p>10. <img src="https://cdn-4.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/74/s3/finland-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Niko Kari, Arden International</p>
1/10

Photo de: GP3 Series Media Service

10e, 63 points, 1 victoire

Red Bull a maintenu sa confiance au Champion de SMP F4 2015 pour cette saison, mais après une dixième place en F3 Europe, le géant des boissons énergisantes attendait des performances sortant davantage de l’ordinaire de la part de Kari.

Ces performances, on ne les a pas vraiment vues. La saison a très mal commencé pour le jeune Finlandais, exclu des qualifications à Barcelone pour ne pas s’être rendu à la pesée, ce qui a forcément impacté son week-end entier, et percuté par Julien Falchero au premier virage en Autriche. Dans les deux cas, la grille inversée lui coûtait cher, même si le rythme n’était pas forcément celui attendu.

Par la suite, les performances se sont améliorées et Kari a enchaîné les arrivées dans le top 10. Insuffisant pour Red Bull, qui lui a signifié après deux neuvièmes places spadoises qu’il quitterait le Red Bull Junior Team à la fin de la saison… ce à quoi Kari a répondu de la plus belle des manières en devenant le seul pilote non-ART à remporter une Course 1, à Abu Dhabi.

9.  Arjun Maini, Jenzer Motorsport

<p>9. <img src="https://cdn-2.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/100/102/s3/india-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Arjun Maini, Jenzer Motorsport</p>
2/10

Photo de: GP3 Series Media Service

9e, 72 points, 1 victoire

La saison pouvait difficilement mieux commencer pour Arjun Maini, dont la septième place lors de la course d’ouverture à Barcelone s’est transformée en victoire le lendemain grâce à la grille inversée, après une bataille face à Dorian Boccolacci.

Par la suite, l’Indien a confirmé les belles promesses entrevues lors de ses piges de l’an passé, pourtant au sein d’une écurie Jenzer dont on sait qu’elle n’est pas forcément la meilleure structure du plateau. Maini a notamment signé un podium lors de la première course d’Abu Dhabi, et une remontée du fond de grille à la huitième place au Hungaroring après un problème technique en Course 1.

Rien d’exceptionnel, mais c’est une saison honorable de la part du pilote de développement Haas, même s’il faudra peut-être faire mieux en qualifications à l’avenir.

8.  Alessio Lorandi, Jenzer Motorsport

<p>8. <img src="https://cdn-8.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/100/108/s3/italy-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Alessio Lorandi, Jenzer Motorsport</p>
3/10

Photo de: GP3 Series Media Service

7e, 92 points, 1 victoire

Pour ce prodige du karting, le pari de rejoindre directement la F3 Europe "à la Verstappen" n’a pas porté ses fruits, malgré une victoire au Grand Prix de Pau l’an dernier. Mais Lorandi s’est véritablement relancé en GP3 avec une série de résultats convaincants chez Jenzer. En point d’orgue, une victoire incontestée lors de la Course 2 à Jerez.

C’est peut-être à Barcelone que l’Italien s’est le plus distingué, montant sur le podium des deux manches avec des dépassements sur Maini, Boccolacci, Aitken, Russell, Hyman, Hubert… Excusez du peu !

7.  Giuliano Alesi, Trident

<p>7. <img src="https://cdn-5.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/75/s3/france-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Giuliano Alesi, Trident</p>
4/10

Photo de: GP3 Series Media Service

5e, 99 points, 3 victoires

Placer Giuliano Alesi à la septième place de ce classement peut paraître un peu sévère. Après tout, la cinquième place du championnat est un résultat honorable pour ce qui n’est que sa troisième campagne en monoplace. Mais on n’a jamais vu Alesi dans le top 5 en Course 1, le pilote Trident profitant au contraire des grilles inversées pour signer quatre podiums dont trois victoires le dimanche.

Cependant, rendons à César ce qui est à César. Premièrement, une pole position en Course 2 n’est aucunement synonyme de victoire ; encore faut-il concrétiser. Deuxièmement, Alesi s’est fréquemment classé sixième et septième le samedi, ce qui signifie qu’il n’était jamais en pole position pour la deuxième manche du week-end, plutôt deuxième ou troisième sur la grille. Ces victoires, il a fallu aller les chercher.

Pour faire mieux lors de la course principale, il aurait fallu trouver davantage de performance en qualifications. La position moyenne d’Alesi sur la grille est 10,37 ; son retard moyen sur la pole position culmine à 0,963 seconde, un gouffre qu’il faudra réduire pour être un candidat sérieux au titre si le tricolore rempile en GP3.

6.  Dorian Boccolacci, Trident

<p>6. <img src="https://cdn-5.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/75/s3/france-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Dorian Boccolacci, Trident</p>
5/10

Photo de: GP3 Series Media Service

6e, 93 points, 1 victoire

Boccolacci méritait mieux lors de cette saison. Le pilote Trident a montré une rapidité remarquable en qualifications, où il n’a jamais été plus loin que la septième place. La moitié du temps, il était le premier pilote non-ART sur la grille, et il s'est immanquablement qualifié devant son coéquipier Giuliano Alesi !

Malheureusement, il a parfois été difficile de concrétiser. On se rappelle évidemment les tonneaux à la fin de la Course 2 en Autriche, Boccolacci ayant commis une erreur de jugement dans sa bataille avec Lorandi, alors qu’à Silverstone, en pole position grâce à la grille inversée, un problème mécanique l’empêchait de prendre le départ. Sans oublier un coûteux accrochage avec Jack Aitken à Spa-Francorchamps, alors que les deux hommes jouaient la quatrième place.

Le potentiel est présent, comme l'a d'ailleurs démontré une récente victoire à Abu Dhabi, et Boccolacci serait un candidat évident au titre s’il venait à redoubler en GP3.

5.  Dan Ticktum, DAMS

<p>5. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Dan Ticktum, DAMS</p>
6/10

Photo de: GP3 Series Media Service

11e, 36 points

La présence dans ce classement d’un pilote qui n’a participé qu’à cinq courses cette saison peut paraître quelque peu incongrue. Mais les débuts de Ticktum en GP3 en cours de saison ont été époustouflants, en toute indépendance de sa septième place en Formule Renault Eurocup et de sa victoire au Grand Prix de Macao.

Forcément, son arrivée à Monza s’est avérée un peu difficile, sans connaissance préalable de la GP3/16. En revanche, à Jerez et Abu Dhabi, l’Anglais a fait sensation, avec deux quatrièmes places et un podium, sachant qu’un deuxième top 3 lui a échappé en Andalousie lorsqu’il a été expédié dans les graviers par… Niko Kari, un autre membre du Red Bull Junior Team.

Compte tenu des performances de DAMS, ce sont des résultats remarquables. Ticktum a marqué 75% des points de l’équipe cette saison…

4.  Anthoine Hubert, ART Grand Prix

<p>4. <img src="https://cdn-5.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/75/s3/france-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Anthoine Hubert, ART Grand Prix</p>
7/10

Photo de: GP3 Series Media Service

4e, 123 points

Par rapport à ses coéquipiers chez ART Grand Prix, Hubert est resté plutôt discret. Il était le seul à ne pas être soutenu par un constructeur de F1 (si l’on compte Honda pour Fukuzumi), le seul à ne pas gagner une course…

Hubert manquait peut-être un peu de performance pure pour rivaliser, d’où son absence de victoire. Il n’a été qu’une fois cette saison parmi les deux meilleurs pilotes ART en qualifications, se retrouvant parfois très loin sur la grille, avec un retard moyen de 0"450 sur la pole position (sans compter les trois secondes de déficit à Spa-Francorchamps, qui sont plus une exception qu'autre chose). Dans ces conditions, difficile de rivaliser.

Sa constance, en revanche, était remarquable. Hubert sait se tenir à l’écart des ennuis en course et a fini dans les points à chaque fois, à part lors de la première course de Spa, où il a abandonné à cause d’un radiateur bloqué, et celle d’Abu Dhabi, où il était huitième mais a été pénalisé pour une infraction sous VSC.

3.  Nirei Fukuzumi, ART Grand Prix

<p>3. <img src="https://cdn-0.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/100/110/s3/japan-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Nirei Fukuzumi, ART Grand Prix</p>
8/10

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

3e, 134 points, 2 victoires

Fukuzumi n’a pas démérité pour sa deuxième campagne en GP3. Le protégé de Honda a donné le ton dès la première course, où son seul rival Jack Aitken a abandonné en fin d’épreuve à cause d’une panne, lui permettant de s’imposer avec sept secondes d’avance.

Après quatre manches au programme, Fukuzumi était en tête du championnat, mais un problème technique lors de la première course de Silverstone a gâché son week-end et lui a fait prendre un retard qu’il n’a jamais pu rattraper au championnat. Il y a aussi eu cette terrible occasion manquée à Monza, où Fukuzumi a hérité de la pole position suite à l’annulation des qualifications grâce à son meilleur temps en essais libres, mais n’a pas pu prendre le départ de la Course 1, laissant ses trois coéquipiers se livrer un duel épique pour la victoire.

Le reste du temps, les résultats étaient au rendez-vous. L’an prochain, on devrait retrouver Fukuzumi chez Arden en Formule 2.

2.  Jack Aitken, ART Grand Prix

<p>2. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Jack Aitken, ART Grand Prix</p>
9/10

Photo de: GP3 Series Media Service

2e, 141 points, 1 victoire

Si l’écart s’est creusé à la fin de la saison, Aitken a bel et bien été le principal rival de Russell pour le titre. Cependant, victime d’un problème de capteur lors de la première course de la saison alors qu’il jouait la victoire après avoir signé la pole, le poulain de Renault s’est retrouvé handicapé par un déficit difficile à surmonter face à un adversaire d’une telle constance.

Le temps fort de la saison d’Aitken aura été sa victoire aisée au Hungaroring, certes facilitée par… l’abandon du poleman Russell dans le tour de formation. Mais le lendemain, c’est l’Écossais-Coréen qui a été trahi par sa monoplace.

Dans l’ensemble, c’est une très bonne campagne pour Aitken, à qui on ne peut pas reprocher grand-chose en Course 1 : six arrivées dans le top 4, une 15e place à Abu Dhabi (au volant d’une monoplace endommagée par des débris, mais après des qualifications ratées) et ce coûteux abandon à Barcelone. Celui qui a récemment fait son premier test en F1 au volant de la Lotus E20 devrait découvrir la F2 l’an prochain, avec la même équipe.

1.  George Russell, ART Grand Prix

<p>1. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> George Russell, ART Grand Prix</p>
10/10

Photo de: GP3 Series Media Service

Champion, 220 points, 4 victoires

Nous avons tendance à considérer la campagne 2015 d’Esteban Ocon comme la plus aboutie jamais réalisée par un pilote en GP3, mais celle que vient de réaliser George Russell n’a pas grand-chose à lui envier.

En huit meetings, le jeune pilote Mercedes a signé quatre pole positions et autant de victoires en Course 1. Surtout, il a démontré une constance à toute épreuve en se classant dans le top 6 de toutes les courses, à l’exception de ce meeting hongrois où sa monoplace a défailli avant même le départ de la première manche.

Russell n’était pas seulement rapide, il était habile dans la bataille et serein sous la pression. Et dans ce qu’on peut considérer comme l’un des plus beaux moments de cette saison, c’est lui qui est sorti vainqueur d'une superbe bataille entre trois pilotes ART pour la première place à Monza.

On ne peut qu’avoir hâte de le voir évoluer à l’échelon supérieur où, n’en doutons pas, il sera de nouveau aux avant-postes.

Article suivant
Mazepin rejoint le GP3 chez ART Grand Prix

Article précédent

Mazepin rejoint le GP3 chez ART Grand Prix

Article suivant

Photos - L'incroyable domination du quatuor ART Grand Prix

Photos - L'incroyable domination du quatuor ART Grand Prix
Charger les commentaires