L'E-Prix du Cap se courra autour du stade de la Coupe du monde

Pour la première fois depuis 1993, l'Afrique du Sud va voir des monoplaces rouler dans le cadre d'un championnat du monde sur son sol, avec l'introduction d'une manche de Formule E dans la ville du Cap.

L'E-Prix du Cap se courra autour du stade de la Coupe du monde

Le premier E-Prix du Cap, qui répond à toutes les exigences de la Formule E, se déroulera autour du stade de la Coupe du monde de la FIFA 2010, entre Robben Island et Table Mountain.

La capitale législative sud-africaine fera ses débuts dans le championnat le 26 février 2022, sous réserve de la situation liée au COVID-19 dans le pays, qui connaît actuellement une quatrième vague. La candidature à une intégration au calendrier de Formule E a été menée par le consortium E-Movement, qui a obtenu le soutien de Jaguar of South Africa, et a déclaré pour la première fois son intention d'accueillir une course en mars 2020.

Dans le cadre de ce qui semble être un accord de cinq ans en partenariat avec l'office du tourisme sud-africain, Le Cap sera l'hôte exclusif, sauf dans le cas extrêmement improbable où le pays et le promoteur accepteraient d'y organiser une deuxième manche.

À la question de savoir pourquoi la Formule E a ajouté Le Cap à son calendrier, Alberto Longo, cofondateur de la série et responsable du championnat, a répondu : "L'Afrique du Sud est un choix idéal : elle remplit toutes les conditions nécessaires pour accueillir une course. Nous voulons aller sur des sites emblématiques que l'on peut identifier très rapidement, en une seule prise de vue à la télévision. [Le Cap] nous offre vraiment l'un des meilleurs et des plus étonnants sites où nous pourrons jamais organiser une course."

"Ensuite, il y a l'héritage de la passion sud-africaine pour le sport automobile : ils adorent le sport automobile. C'est un endroit où toutes les séries sérieuses et professionnelles de sport automobile doivent faire une étape", poursuit celui qui sait néanmoins qu'aucun autre championnat badgé FIA n'y fait escale.

Lire aussi :

Le président d'E-Movement, Iain Banner, a rencontré Longo pour la première fois il y a deux ans pour proposer la candidature, en présentant l'idée que "nous ne sommes peut-être pas la ville la plus riche du monde, mais nous sommes déterminés à organiser de nombreux événements internationaux. Nous serions ravis d'accueillir la Formule E sur nos côtes et nous ferions en sorte de présenter une course de très, très haut niveau."

Le drapeau de l'Afrique du Sud

Une première sur le sol sud-africain depuis 1993

La course se déroulera parallèlement à une "E-Fest" de cinq jours qui comprendra une conférence de deux jours sur l'e-mobilité, un sommet sur le changement climatique et un tournoi de golf ouvert aux pilotes de Formule E et aux directeurs d'équipe. Le tracé du circuit devrait être dévoilé prochainement, mais il ne passera pas par le Cape Town Stadium, d'une capacité de 55'000 places, comme prévu initialement.

Banner a expliqué que le lieu d'accueil de la Coupe du monde de la FIFA 2010 dispose d'une porte d'accès de 5,3 mètres dans le stade, mais qu'un espace de sept mètres était nécessaire pour faire y passer une section de la piste, comme ce qui a été vu récemment dans l'Excel Center, à Londres. "Nous ne sommes pas en mesure de le faire. Nous y réfléchirons à l'avenir. Mais c'est un gros problème structurel. Nous allons courir autour du stade, et entre Table Mountain et Robben Island. C'est un tracé de course passionnant, qui embrasse l'océan."

Le E-Prix du Cap sera la première épreuve de monoplace d'un Championnat du monde FIA organisée dans le pays depuis le Grand Prix d'Afrique du Sud de Formule 1 de 1993 à Kyalami, remporté par Alain Prost depuis la pole position. Le World Rallycross a également organisé sa finale pendant trois ans − de 2017 à 2019 − sur le site de Killarney, au nord du Cap.

partages
commentaires
La faille du règlement ayant profité à di Grassi va être modifiée

Article précédent

La faille du règlement ayant profité à di Grassi va être modifiée

Article suivant

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire
Charger les commentaires