Agag - La Formule E au sommet de sa propre pyramide

En dépit du fait d'être un championnat extrêmement poussé politiquement par la FIA, la Formule E n'a pas été retenue dans la liste rédigée par la Fédération, qui établit un barème permettant l'accès à la F1

En dépit du fait d'être un championnat extrêmement poussé politiquement par la FIA, la Formule E n'a pas été retenue dans la liste rédigée par la Fédération, qui établit un barème permettant l'accès à la F1.

Perçu aujourd'hui comme un championnat dans lequel se dirigent des pilotes professionnels ayant trouvé portes closes en F1, la Formule E n'est encore qu'un championnat ayant besoin de faire ses preuves et il était difficile pour la FIA de l'intégrer à la pyramide d'expérience jugée pertinente pour un accès au pinacle du sport automobile.

Directeur de la série, Alejandro Agag entretient d'excellentes relations avec le Président de la FIA, Jean Todt, qui s'est une nouvelle fois rendu en personne sur l'ePrix de Buenos Aires, le weekend dernier. Pour l'Espagnol, l'absence de la Formule E du barème n'est pas à prendre comme une exclusion, car la discipline entretient son propre positionnement.

"{La superlicence est une licence dont les pilotes ont besoin pour courir dans un seul championnat, qui est la F1. La F1 est le top de la pyramide. Les formules junior sont en-dessous. Il y a du sens dans le fait que ces championnats donnent des points.

La Formule E ne se trouve pas dans cette pyramide. Nous sommes au sommet de notre propre pyramide. Peut-être que dans le futur, il y aura des championnats qui donneront des points pour courir dans cette discipline}".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes Jean Todt
Type d'article Actualités