L'avenir de Porsche en Formule E lié à son éventuelle arrivée en F1

Porsche décidera l'année prochaine si son engagement en Formule E se poursuivra après la saison 2023-2024. La décision sera "influencée" par une possible arrivée en Formule 1.

L'avenir de Porsche en Formule E lié à son éventuelle arrivée en F1

Porsche a rejoint le championnat 100% électrique en 2019-2020 et n'a toujours pas gagné la moindre course dans la discipline, Pascal Wehrlein ayant perdu le bénéfice de sa victoire à Puebla la saison dernière en raison d'une erreur administrative autour de ses pneumatiques. À titre de comparaison, Mercedes a fait son arrivée en Formule E à la même période et reste sur un doublé au championnat.

Fraîchement nommé vice-président de Porsche Motorsport après le départ Pascal Zurlinden, Thomas Laudenbach ne cache pas que le constructeur allemand n'a pour le moment pas répondu aux attentes en Formule E, après s'être classé huitième en 2020-2021. "Le succès n'a pas été aussi bon qu'attendu, ou que ce que nous voulions. C'est un fait", tranche-t-il. "L'objectif est de gagner des courses en Formule E, et d'ensuite nous battre pour un titre."

Aujourd'hui, l'engagement de Porsche dans la discipline est acté jusqu'au terme de la saison 2023-2024 puisque la marque participera au prochain cycle réglementaire Gen3. Un choix différent de ses concurrents allemands, car BMW et Audi se sont d'ores et déjà retirés, tandis que Mercedes s'en ira à l'issue de la saison qui va débuter en janvier prochain.

Au-delà de l'horizon 2024, tout est ouvert pour l'avenir de Porsche en Formule E et la réflexion va débuter, avec évidemment le poids important d'un éventuel programme F1 dans la balance : le groupe Volkswagen songe sérieusement à intégrer la catégorie reine lorsque la nouvelle réglementation moteur entrera en vigueur, en 2026. Rappelons également que Porsche fera son retour au plus haut niveau de l'Endurance à partir de 2023, avec un programme LMDh en collaboration avec Penske.

"Pour nous, il est clair que nous déciderons à un moment donné de l'avenir de notre engagement en Formule E", poursuit Thomas Laudenbach. "Au cours de l'année prochaine, nous déciderons si nous voulons le prolonger. […] Lorsque nous avons décidé de nos engagements, dont la saison 10 en Formule E, je ne crois pas que nous avions quelque chose avec la Formule 1 en tête. Il s'agissait de deux choses complètement distinctes l'une de l'autre. Et oui, il est certain que si entretemps une décision est prise pour la Formule 1, ce qui est extrêmement ouvert, cela aura une influence sur ce que nous faisons dans tous les autres programmes. C'est clair."

Propos recueillis par Matt Kew

Lire aussi :

partages
commentaires
Vergne : "En karting, les gamins roulent plus proprement que nous"
Article précédent

Vergne : "En karting, les gamins roulent plus proprement que nous"

Article suivant

Pourquoi gagner en Formule E est plus dur qu'en F2

Pourquoi gagner en Formule E est plus dur qu'en F2
Charger les commentaires