Sébastien Buemi
Dossier

Sébastien Buemi

Chronique Buemi - "La course au titre nous concerne tous !"

partages
commentaires
Chronique Buemi -
Sébastien Buemi
Par : Sébastien Buemi
30 janv. 2018 à 14:37

Le pilote originaire d'Aigle a raconté à Motorsport.com les trois premières manches du début de saison de F.E, analysant en détail les raisons des difficultés rencontrées. Sébastien se rendra à Santiago pour enfin y lancer sa saison.

Sebastien Buemi et Nicolas Prost, Renault eDAMS avec Alain Prost, Jean-Paul Driot, Cyril Abiteboul et Jerome Stoll, Renault
Sebastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sebastien Buemi, Renault e.Dams
Sebastien Buemi, Renault e.Dams
Lucas Di Grassi, Audi Sport ABT Schaeffler, Sebastien Buemi, Renault e.Dams, Nelson Piquet Jr., Jaguar Racing, et Luca Filippi, NIO Formula E Team
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, regarde les écrans
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, Dilbagh Singh, directeur, Mahindra
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, Alain Prost, cofondateur, Renault e.Dams
Le casque de Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, reçoit l'award Julius Bär pour la pole position.
Le vainqueur Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, le deuxième Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Podium : le vainqueur Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, le deuxième Sébastien Buemi, Renault e.Dams, et le troisième Sam Bird, DS Virgin Racing
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, fête sa deuxième place sur le podium
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, sur le podium
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, Sam Bird, DS Virgin Racing, sur le podium
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, au départ de la course
Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams

Chers amis et lecteurs de Motorsport.com,
Après une pause hivernale nécessaire, je suis de retour à l'écrit pour l'édition suisse.

Il y a beaucoup de sujets à aborder, mais je vais vous parler de la première partie de la saison en Formule E.

Le classement des pilotes est clair : la sixième place après les deux manches inaugurales à Hong Kong et la manche de Marrakech est représentative d'un début de saison compliqué, mais allons-y dans l'ordre.

 

À Hong Kong pour un nouveau départ

Je n'étais pas vraiment heureux avant le coup d'envoi de la saison. Intérieurement, j'avais toujours de la rancune mêlée de colère à cause du résultat plus qu'amer de la saison dernière. Mon envie de reprendre la piste au volant de la nouvelle Renault ZE 17 était immense. Le double ePrix de Hong Kong s'est donc présenté à mes yeux comme une formidable opportunité d'oublier enfin les deux courses de Montréal. 

 

Et pourtant, tout ce qui brille n'est pas d'or. Cette double manche asiatique m'a permis d'atteindre le onzième rang des deux courses, du moins sur la piste. Car la disqualification de Daniel Abt m'a fait atteindre la dixième place et j'ai pu gagner un petit point au championnat. Bref, je n'ai pas répondu aux attentes et aux ambitions affichées la veille. 

Dans l'autre course, j'étais quatrième mais un mystérieux problème m'a empêché d'ambitionner le podium. Malgré le résultat, il y avait de quoi être optimiste désormais, puisque nous avons démontré là que si la fiabilité était au rendez-vous, nous sommes toujours parmi les meilleurs.

Marrakech... une victoire manquée

Le week-end marocain avait lui commencé de la meilleure des façons. Dès la première séance d'essais libres, je me suis montré rapide et compétitif, obtenant ensuite une excellente pole position qui m'a permis d'aborder la course avec le plein d'optimisme. 

 

Mais si vous pensez que les équipes et les pilotes professionnels ne commettent pas d'erreurs, même stupides... eh bien, vous vous trompez. Quelques instants avant de partir sur la grille, ma Renault Z.E 17 a été victime d'une panne de pompe à eau, ce qui a obligé les mécaniciens à préparer rapidement la deuxième voiture. 

Leur travail fut incroyable. Dommage que nous ayons oublié un « petit » détail, pourtant fondamental: l'activation du FanBoost sur la deuxième voiture... 

Nous nous en sommes rendus compte seulement durant la course, lorsqu'en pleine ligne droite, j'ai tenté d'activer le bouton qui aurait dû me permettre de garder les poursuivants à une certaine distance.

Ce n'était donc pas le cas mais ce n'était pas la peine d'en faire un drame. L'erreur qui m'a conduit à perdre la course n'était pas celle-là, mais bien le fait que je n'ai pas pu créer l'espace nécessaire pour dépasser Felix Rosenqvist, que je ne peux que féliciter sincèrement pour cette très belle victoire. 

Il vincitore della gara Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, il secondo classificato Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Il vincitore della gara Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, il secondo classificato Sébastien Buemi, Renault e.Dams

Photo by: Alastair Staley / LAT Images

En F.E, tout le monde peut être compétitif

La Formule E, vous l'aurez peut-être remarqué, progresse à pas de géant. Sa réputation augmente et le niveau des écuries et des pilotes en fait de même.

L'absence de changements dans les règlements de la FIA a permis aux équipes auparavant « moins compétitives » de combler l'écart avec les écuries plus riches et plus puissantes. 

 

Ce n'est pas tant que Renault, Audi et compagnie se soient tenus par la main, mais avoir déjà atteint le sommet n'a pas été aussi simple pour progresser au début de la saison 2017-2018.

De toute évidence, il y a des avantages et des inconvénients. D'un point de vue général, il est bon qu'un équilibre substantiel règne. La saison quatre de la Formule E sera un «tous contre tous» jusqu'à la fin. Une petite erreur et vous vous trouvez loin des cinq premiers...

La course à la couronne de champion sera féroce et concernera également des pilotes qui ne sont généralement pas habitués à une telle lutte.

Ce ne sera pas un tête-à-tête entre moi et Lucas Di Grassi. Plusieurs autres pilotes sont prêts à relever le défi et à se frayer un chemin dans le combat. Edoardo Mortara, Nelson Piquet Jr, Daniel Abt et Jean-Éric Vergne, par exemples, mais surtout Felix Rosenqvist. Il a déjà montré de quoi il est capable et il possède les qualités pour conquérir le titre.

Müller et Delétraz, les Suisses sont là

Pendant le week-end de Marrakech, les essais de nouvelles recrues ont eu lieu. Nico Müller et Louis Delétraz y ont participé. Le premier a fait ses débuts en Formule E avec Audi, alors que Louis était mon invité le samedi. 

Je suis heureux pour Nico, qui a fait honneur à la Suisse en réalisant le record du circuit et en grimpant jusqu'à la première position. Une belle performance, qui ne devrait pas passer inaperçue... Il n'est pas facile pour les débutants de se tester en Formule E avec un seul jour d'essai. Certains veulent réaliser un temps, d'autres simulent une séance de qualification ou une course. Cela dépend aussi de l'impression que les équipes veulent donner.

Mais globalement, je trouve que c'est une méthode efficace pour donner la possibilité à ceux qui n'ont pas de licence Formule E d'essayer une monoplace électrique. 

Aider les pilotes à se rapprocher de la Formule E est essentiel. Tout le monde rêve de Formule 1, mais y arriver n'est pas facile et notre catégorie est une bonne alternative.

Delétraz, par exemple, a fait connaissance avec le monde des moteurs électriques, il a pu rencontrer des personnes importantes et a ainsi pu se créer un réseau de contacts qui pourront l'aider dans le futur.

Rendez-vous à Santiago

Le 3 février, je serai à Santiago pour le premier ePrix chilien de l'histoire. J'ai aperçu le tracé, il semble très intéressant car il mettra en avant les qualités de pilotage.

Au Chili, je vais arriver gonflé à bloc, déterminé à obtenir la première victoire de la saison. Ce serait bien d'être le premier vainqueur à Santiago. 

 

Dans l'espoir de vous raconter ensuite une course passionnante, je vous remercie pour le temps consacré à cette lecture et je vous donne rendez-vous dans quelques semaines en compagnie de Motorsport.com. 

Prochain article Formule E
Officiel - La nouvelle Formule E dévoilée

Previous article

Officiel - La nouvelle Formule E dévoilée

Next article

La nouvelle FE dépassera les 300 km/h, selon Di Grassi

La nouvelle FE dépassera les 300 km/h, selon Di Grassi
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule E
Événement E-Prix de Santiago
Catégorie Présentation
Lieu Santiago Street Circuit
Pilotes Sébastien Buemi
Équipes DAMS
Auteur Sébastien Buemi
Type d'article Blog