Sébastien Buemi

Chronique Buemi - "Le plan de courir à New York le samedi s'est évanoui"

Lors du deuxième rendez-vous écrit pour Motorsport.com Suisse, le champion "full electric" recompte l'amertume des 6 Heures du Nürburgring et dévoile les sentiments en vue du rush final au Canada.

Comme annoncé dans mon premier écrit pour Motorsport.com Suisse, je ne suis pas descendu sur la piste dans le double ePrix de New York, avant-dernier rendez-vous de Formule E.

A cause de la concomitance d'évènements avec le FIA WEC, j'ai couru les 6 Heures du Nürburgring, puisque, selon le contrat, le Championnat du Monde d'Endurance avec la Toyota représente la priorité dans la saison en cours.

Vous devez savoir qu'il existait un plan B, qui m'aurait permis de disputer au moins une des deux courses dans la "Grosse Pomme". J'aurais pu voler en Amérique de l'Allemagne pour disputer la course du samedi, pour rentrer ensuite au Nürburgring deux heures avant le départ.

 

Naturellement j'ai parlé de cela avec la Toyota, qui m'a souligné à nouveau l'importance de rester totalement concentré sur la course de six heures. Donc, j'ai accepté la décision du team sans objecter, en me concentrant au cent pour cent sur la compétition qui aurait dû nous faire oublier le Mans. 

En qualification nous avons rencontré quelques problèmes de trafic avec les LMP2 et, surtout, une lente adaptation aux nouveaux pneus, en plaçant ainsi notre TS050 Hybrid à la quatrième place derrière la Porsche 919 Hybrid numéro 1. 

La course a commencé avec quelques problèmes, qui en ont compromis le resultat final. Pendant le tour de formation, notre voiture, la numéro 8, a subi une panne à la pompe à essence, en nous obligeant à nous arrêter aux box pendant quelques minutes.

Une fois rentrés sur la piste, nous avons mené à bonne fin la course sans aucun type de problème et avec une vitesse de pointe enviable. Malheureusement, nos efforts ont été vains. Nous n'avons pas reussi à diminuer la différence de cinq tours par rapport à la voiture qui nous précédait, en devant nous contenter de la quatrième place.

Il ne devrait pas y avoir le double score

La Toyota et notre team sortent vaincus du rendez-vous sur le ring. En effet, tout comme aux 24 Heures du Mans, c'est le trio de la Porsche composé d'Earl Bamber, Timo Bernhard et Brendon Hartley qui a regardé tous de haut en bas. Au terme du quatrième rendez-vous, Kazuki, Anthony et moi nous restons à la deuxième place, mais l'écart du groupe en tête est devenu considérable.

Dans ce cas, il y a seulement un problème. Avec quatre voitures LMP1, le score du Mans fait la différence. Personnellement, je ne crois pas qu'il soit juste de doubler les points pour une course de 24 heures, qui a déjà une visibilité et une importance extraordinaires.

 

Naturellement, la course d'un jour entier française ne peut pas être comparée à aucune autre en circulation, mais pour ceux qui rencontrent des problèmes pendant la compétition cela devient un gros ennui.

En pratique, tu es pénalisé deux fois : pour la même course et pour le reste du championnat. Depuis l'année 2012, dans laquelle l'ACO a introduit la réglementation du double score, le team qui vainc le Mans obtient la licence de champion à la fin de l'année, sauf pour l'édition 2014.

Toutefois, rien n'est encore écrit. Le monde de l'automobilisme nous a enseigné que l'imprévu est toujours sur le point d'arriver, et les exemples sont innombrables. Nous avons le devoir et le droit de tenter de dire notre mot dans les cinq prochaines étapes après la pause d'été.

Totalement plongé dans le rush final de Formule E

Ce n'a pas été facile d'observer de loin, à travers une télé, ce qui se passait dans le double ePrix de New York. Heureusement, le résultat final me fait un clin d'œil, mais maintenant il est temps de consacrer corps et âme aux deux dernières courses au Canada, qui pourraient me délivrer le titre de champion du monde, même si l'avantage par rapport à mon adversaire direct est seulement de 10 points.

Je ne suis pas particulièrement préoccupé parce que je suis très conscient des potentialités de la voiture et de tout le team. Jusqu'à présent j'ai vaincu six courses avec la Renault e.dams, par conséquent je suis sûr qu'à Montréal il pourra y avoir la fin heureuse méritée. Mon voyage en direction du Québec sera un voyage serein.

Je consacre vraiment beaucoup d'attention au rush final. Comme pour chaque course, je me prépare au simulateur. Le lundi et le mardi je vais au Mans avec l'e.dams pour me préparer au mieux sur les aspects qu'on ne reussit pas à préparer pendant un week-end de course.

 

Le travail au simulateur représente la plupart de la préparation. Là, on peut déjà se faire une idée du setup qu'on décidera de porter avec soi en qualification et successivement dans la course.

Sur la base de ce que j'ai pu voir à travers les vidéos et quelques on-board, le circuit préparé à Montréal sera vraiment un spectacle pour le public. Celui du Canada sera un tracé qui mettra le pilote à l'épreuve, vu qu'il y a 14 virages, au contraire des trois lentes du New Jersey.

Couronne ou pas, je jouis de chaque succès

Je ne sais pas quel verdict réservera pour moi le double ePrix du Canada, mais une chose est certaine. Je donnerai le maximum pour pouvoir me reconfirmer champion du monde. Si je vaincrai ce sera magnifique, si cela se passera mal, eh bien... la vie continue.

Récemment, j'ai prolongé le contrat qui me lie à la Renault e.dams pendant deux autres années. Ce qui me permet de regarder à l'avenir avec sérénité et ainsi, si cela se passe mal, eh bien, nous irons réessayer la saison prochaine.

Le "mondial" FIA de Formule E est un championnat merveilleux et de haut niveau. Ici et là j'entends des opinions contrastantes, mais la croissance de la catégorie est sous les yeux de tous. Je suis très orgueilleux de rivaliser dans ce contexte et avec un team très préparé.

 

Dans l'avenir il y aura des nouveaux pilotes, ressources, constructeurs et tant d'autre encore. Pour cette raison, je cherche à jouir au maximum de chaque moment de succès sur la piste et dehors.

A vous, chers amis de Motorsport.com Suisse, un immense merci pour avoir lu mes émotions à peu de jours d'un rendez-vous très important. Soutenez-moi et… on espère de se recontacter après le Canada pour fêter ensemble.

 

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E , WEC
Événement ePrix de Montréal
Sous-évènement Vendredi
Circuit Rues de Montréal
Pilotes Sébastien Buemi
Équipes DAMS , Toyota Racing
Type d'article Blog
Tags suisse
Topic Sébastien Buemi