Di Grassi veut que la prochaine Formule E se démarque de la F1

La Spark SRT01 utilisée lors des quatre premières saisons de Formule E demeure assez similaire à une monoplace classique, mais pour la prochaine génération (à partir de 2018-19), Lucas Di Grassi veut que la Formule E se démarque de la F1.

Di Grassi veut que la prochaine Formule E se démarque de la F1

Jean Todt a indiqué que le design de la monoplace à venir réservait des "surprises", alors que Spark avait donné le ton en publiant les images d'un premier concept à l'apparence plutôt révolutionnaire en janvier dernier.

Lucas Di Grassi y est particulièrement favorable, espérant que l'absence des contraintes liées à un moteur thermique permettra des idées qui feront la singularité de la Formule E.

"Fermer la monocoque, protéger le pilote, ça n'en fait pas une monoplace", estime Di Grassi pour Motorsport.com. "En fait, c'est bien plus efficient de fermer la roue, et la voiture a davantage l'air futuriste."

"Pour moi, ce que nous n'avons pas accompli avec la voiture actuelle, c'est surtout qu'avec une voiture électrique, on peut trouver des designs et des concepts inconcevables avec un moteur à combustion interne. On peut intégrer la batterie au diffuseur, avoir beaucoup de refroidissement par l'air qui passe en dessous de la voiture, avoir des moteurs dans les roues, n'importe quelle idée."

"Ce qui est important, c'est de ne pas reproduire les vieilles idées du sport auto pour un championnat qui pourrait trouver quelque chose de complètement futuriste grâce à sa technologie. Je comprends parfaitement qu'ils ont dû trouver un compromis pour la voiture actuelle, mais pas à l'avenir."

Un Halo sur la FE ?

La nouvelle monoplace sera de nouveau l'œuvre du constructeur Spark et a été dévoilée à quelques partenaires privilégiés de la Formule E le mois dernier, à Montréal. Elle pourrait se démarquer radicalement des monoplaces classiques, notamment à l'arrière, et devrait être équipée du même Halo que sur les prochaines F1.

Des essais privés devraient avoir lieu en octobre, avant qu'une voiture ne soit fournie à chaque constructeur début 2018 pour qu'ils fassent leurs propres tests.

"La voiture sera complètement différente, elle aura l'air très cool", poursuit Di Grassi. "La voiture ne peut pas être plus grande [pour assurer que le spectacle soit au rendez-vous], il faut qu'elle fasse à peu près la même taille. Il faut que la structure soit un peu plus solide que ce que nous avons maintenant pour que nous nous touchions davantage et que nous nous battions davantage."

"Le design est beau, il n'interfère pas trop avec l'aéro – nous n'avons pas besoin de beaucoup d'aéro, on se moque qu'elle soit une seconde plus rapide ou plus lente si les voitures sont identiques."

"Il faut que l'aéro soit basique et n'interfère pas dans les batailles, et que la voiture soit efficiente, solide et sûre. S'ils trouvent quelque chose comme ça, mais que la voiture ressemble un peu à Roborace – différente, moderne, sans suivre les idées préconçues de la F1 –, ce sera un succès."

partages
commentaires
Les équipes craignent une "course à l'armement" des constructeurs

Article précédent

Les équipes craignent une "course à l'armement" des constructeurs

Article suivant

Neel Jani rejoint la Formule E chez Faraday Future Dragon Racing

Neel Jani rejoint la Formule E chez Faraday Future Dragon Racing
Charger les commentaires