Di Grassi gardera pour toujours en mémoire son erreur de Londres

Lucas di Grassi, disqualifié dimanche lors de l'E-Prix de Londres, a déclaré que l'erreur qui lui a coûté la victoire sur cette avant-dernière manche de la saison lui resterait en mémoire "pour le reste de [sa] vie".

Di Grassi gardera pour toujours en mémoire son erreur de Londres

Lucas di Grassi a créé la surprise dimanche, en prenant la tête de la seconde course de Londres grâce à un arrêt au stand éclair observé sous régime de Safety Car, ce qui lui a permis de gagner sept places en prenant l'avantage sur les pilotes restés en piste où une limite de 50 km/h était imposée à cet instant. Cette manœuvre, malgré la polémique qu'elle a engendrée, était autorisée par le règlement sportif de la FIA, dont l'article 38.11 stipule : "L'entrée et la sortie de la pitlane restent ouvertes et les voitures sont libres de rentrer au stand à condition qu'elles s'arrêtent devant leur garage."

Di Grassi s'est toutefois vu infliger un drive-through pour cette manœuvre, la direction de course découvrant qu'il n'avait pas totalement stoppé son Audi e-tron FE07. Même si ses roues ne tournaient pas, la voiture n'est pas restée complètement immobile pour une durée suffisante. N'ayant pas été informé de sa pénalité, Di Grassi a ensuite reçu un drapeau noir dans le dernier tour pour ne pas avoir observé ce drive-through et, alors qu'il avait été initialement rétrogradé à la huitième place, il a donc finalement été disqualifié. Son équipe, elle, a écopé d'une amende de 50'000€, en partie avec sursis.

Lire aussi :

À l'issue de cette journée polémique, Lucas di Grassi a expliqué à Motorsport.com qu'il garderait longtemps des regrets à ce sujet. "Premièrement, je n'ai pas été informé de la pénalité avant la fin de la course. J'ai été heureux pendant peut-être dix secondes, puis à nouveau triste. C'est triste que nous n'ayons pas remporté cette course à cause d'un petit détail. Je garderai cela en tête pour le reste de ma vie", a-t-il expliqué.

Di Grassi a comparé sa manœuvre à la victoire de Michael Schumacher au Grand Prix de Grande-Bretagne 1998 de Formule 1, course lors de laquelle l'Allemand a purgé un drive-through dans le dernier tour alors que le stand Ferrari était placé au-delà de la ligne d'arrivée. Le pilote brésilien a également fait un parallèle avec la règle du hors-jeu au football.

"J'aurais pu perdre. Cela implique un risque", a-t-il admis, assumant cette stratégie. "Nous sommes autorisés à le faire, totalement. C'était une manœuvre très audacieuse, qui a fonctionné. [C'est] comme au football : il y a le hors-jeu et on joue avec les règles pour mettre les autres en position de hors-jeu. Ici, nous avons un règlement très complexe. Tout le monde essaie de trouver des marges, ou des failles pour essayer de prendre l'avantage. Nous avons tout fait dans les règles [dimanche]. Je suis très fier que l'équipe ait eu l'audace, ou le sentiment que nous pouvions gagner la course si nous faisions cela. Cela implique des risques, mais ça valait la peine de les prendre."

"Devant le stand, cela a été mon erreur de ne pas m'arrêter, parce que ça glisse beaucoup", a souligné Di Grassi. "Je glissais, les pneus étaient bloqués et, pour moi, la voiture était arrêtée parce que j'avais bloqué les pneus. Le fait que j'ai glissé a causé la pénalité. Cela fait partie du jeu de regarder les règles et d'essayer de trouver des façons de gagner un avantage et donc de courir. Le sport évolue, mais nous devons continuer à repousser les limites. Nous allons continuer à le faire dans le respect des règles, des limites légales."

partages
commentaires
Championnat - De Vries propulsé leader avant la finale

Article précédent

Championnat - De Vries propulsé leader avant la finale

Article suivant

La faille du règlement ayant profité à di Grassi va être modifiée

La faille du règlement ayant profité à di Grassi va être modifiée
Charger les commentaires