Dix-huit pilotes pour un seul Champion du monde à Berlin

La première saison de la Formule E en tant que Championnat du monde va se conclure ce week-end à Berlin, avec un dénouement inédit : 18 pilotes sont encore en lice pour le titre.

Dix-huit pilotes pour un seul Champion du monde à Berlin

On le sait, la Formule E est un championnat très disputé, mais on n'avait jamais vu un tel scénario auparavant. Dix-neuf pilotes sont montés sur le podium lors des treize premières courses de la saison, dont Nico Müller, qui a cédé son baquet chez Dragon à Joel Eriksson à la mi-saison. Les dix-huit autres sont mathématiquement en lice pour le titre avant l'ultime rendez-vous, l'E-Prix de Berlin – y compris André Lotterer et Alexander Sims, qui ont marqué moins de 50 points lors de ces 13 épreuves.

Deux victoires pourraient propulser de tels concurrents devant le leader Nyck de Vries, qui a 95 unités au compteur. Le pilote Mercedes, vainqueur de deux des cinq premières courses de la saison avant de n'inscrire que deux petits points lors des six épreuves suivantes, est clairement mécontent de ce scénario.

"Je ne veux pas rejeter la faute sur le championnat, car j'ai déjà été critique par le passé en disant que c'est un championnat un peu artificiel", déclare De Vries à Motorsport.com. "Et je continue de croire que ce commentaire n'est pas injuste. Mais je reconnais aussi mes propres erreurs et les situations ou occasions où, en équipe, nous n'avons pas été assez compétitifs, par exemple à New York. Cependant, il faut voir la vérité en face. Si 18 pilotes se battent pour le titre, ce n'est pas entièrement naturel."

Lire aussi :

Le Néerlandais, qui ne s'est classé dans le top 8 que quatre fois sur treize, fait référence au format de qualifications, qui répartit les pilotes en quatre groupes selon le classement du championnat et contraint les leaders à s'élancer en premier, lorsque les conditions de piste sont les pires. Statistiquement, depuis le début de la saison, un pilote placé dans le Groupe 1 n'a que 7,7% de chances d'atteindre la Super Pole. Or, cette poule, De Vries y était lors de dix des treize épreuves déjà disputées. Il est difficile de tirer son épingle du jeu dans ces conditions.

Nyck De Vries, Mercedes Benz EQ, Robin Frijns, Virgin Racing

Les pilotes néerlandais Nyck de Vries (Mercedes) et Robin Frijns (Envision Virgin), qui sont en tête du championnat

Lors d'un week-end de Berlin qui s'annonce d'autant plus intéressant que le sens de la piste de l'aéroport de Tempelhof sera inversé en moins de quinze heures du samedi au dimanche (entraînant un départ à 14h pour la première course mais à 15h30 pour la seconde), la stratégie pourrait jouer un rôle crucial, et certains pilotes pourraient même décider de perdre des places lors de la première manche afin de ne pas se retrouver dans le premier groupe qualificatif le lendemain.

"Je pense que cela va arriver", prédit De Vries. "Et cela s'est déjà un peu produit. Je sais que certains pilotes ont parfois échangé leurs places ou perdu une place afin d'être dans un groupe qualificatif différent le lendemain, mais en fin de compte, tout cela est hors de notre contrôle. Je pense que vu notre position actuelle, tout ce que nous devons faire, c'est marquer autant de points que possible à chaque fois."

En effet, Oliver Rowland avait laissé passer son coéquipier Sébastien Buemi à New York afin d'être dans le Groupe 2 le lendemain, mais cela s'était avéré infructueux. Nul doute que dans chaque écurie – sauf Dragon et NIO, qui ne sont plus concernés par la course au titre – la question va se poser.

Tous les cas de figure sont différents : Envision Virgin et Jaguar ont leurs deux pilotes à moins de 20 points du leader, ce dernier appartenant à l'écurie Mercedes tandis que la Flèche d'Argent de Stoffel Vandoorne, avec 32 longueurs de retard, est 13e et sera donc dans le troisième groupe qualificatif samedi. Un scénario pourrait même voir Mitch Evans couronné sans avoir fini la moindre course premier ou deuxième, et ne sous-estimons pas DS Techeetah, dont les pilotes Jean-Éric Vergne et António Félix da Costa ont remporté les trois derniers titres en date. Ils n'ont peut-être gagné qu'une course chacun cette saison, mais leur déficit sur De Vries est de 27 et 15 points respectivement. Bien malin qui peut prédire l'identité du champion !

Antonio Felix Da Costa, DS Techeetah, DS E-Tense FE21, Nyck de Vries, Mercedes-Benz EQ, EQ Silver Arrow 02

António Félix da Costa mène devant Nyck de Vries à Valence

Pour Félix da Costa, l'E-Prix de Valence a marqué un tournant avec ce fameux dernier tour où toutes les monoplaces étaient au ralenti, en manque d'énergie. Le Portugais avait mené la course depuis le départ mais avait été disqualifié pour avoir trop consommé ; un De Vries plus économe s'était finalement imposé après avoir pris la tête sur la piste à quelques kilomètres du but.

"Je n'enlève rien à Nyck", déclare AFDC à Motorsport.com. "Ce gars-là, il mérite de mener, il a fait du travail fantastique. Mais s'il remporte le championnat, c'est là [à Valence] qu'il l'a gagné. Nous aurions marqué des points importants ce jour-là." Le circuit de l'aéroport de Tempelhof est également plutôt vorace en énergie, mais la FIA s'est assurée que le fiasco espagnol ne se reproduise pas : en cas de neutralisation, la quantité d'énergie n'est plus réduite dans les cinq dernières minutes.

L'E-Prix de Berlin marquera également l'ultime participation en Formule E pour deux constructeurs allemands, BMW et Audi. L'écurie Audi Sport Abt Schaeffler est celle qui a marqué le plus de points (1349) et signé le plus de podiums (46) dans l'Histoire du championnat tout électrique ; elle ne va pas subsister au-delà de cette saison, Abt ayant échoué à trouver un accord commercial avec la Formule E pour s'engager la saison prochaine.

BMW i Andretti Motorsport, en revanche, va être repris par sa structure américaine, Andretti Autosport. Malgré sept victoires en trois ans, la marque à l'hélice n'aura pas atteint ses objectifs en Formule E… à moins, évidemment, que le rookie Jake Dennis (quatrième) ou bien Maximilian Günther (quinzième) crée la surprise en arrachant le titre ce week-end. Ce serait une sacrée manière de tirer sa révérence !

Propos recueillis par Khodr Rawi et Matt Kew

partages
commentaires
Jake Dennis prolonge avec Andretti pour la saison 2021-22

Article précédent

Jake Dennis prolonge avec Andretti pour la saison 2021-22

Article suivant

Vergne en pole à Berlin, Félix da Costa idéalement placé

Vergne en pole à Berlin, Félix da Costa idéalement placé
Charger les commentaires