La FIA donne des recommandations après l'accident de Mortara

La FIA a demandé à toutes les équipes de Formule E de passer en revue les causes et les effets possibles en cas de défaillance de leur système de freinage. Une conséquence de l'accident d'Edoardo Mortara à l'E-Prix de Diriyah.

La FIA donne des recommandations après l'accident de Mortara

Lors de l'E-Prix de Diriyah, Edoardo Mortara avait subi une défaillance du système de freinage brake-by-wire (BBW) sur sa Venturi, entraînant un gros accident après un essai de départ. Alors que le pilote suisse avait été hospitalisé par précaution, les monoplaces utilisant le groupe motopropulseur Mercedes avaient été privées de qualifications, le temps d'enquêter sur les raisons du crash.

Lire aussi :

Avant le double E-Prix de Rome qui a lieu ce week-end, la FIA a demandé à toutes les équipes de vérifier les procédures mises en place en cas de défaillance du système de freinage, appelées FMEA. Pour homologuer leur monoplace, les constructeurs doivent fournir une liste qui envisage tous les scénarios liés à un problème de freinage. "Si le pilote perd les freins avant pour une raison quelconque (fuite, problème d'étrier), le système doit pouvoir le détecter et activer les freins arrière", souligne un bulletin du délégué technique Laurent Arnaud.

Lors de l'accident de Mortara, la pédale de freins était totalement enfoncée mais il n'y avait aucune pression raccordée aux freins avant, probablement en raison d'une fuite. Le bulletin technique de la FIA rappelle que les monoplaces sont toutes équipées de capteurs qui doivent détecter la moindre fuite au niveau du système de freinage.

 

La FIA a précisé que la cause exacte de l'accident de Mortara en Arabie saoudite n'avait pas encore été totalement identifiée, mais que "pour le moment, il n'y a pas d'inquiétudes concernant les pièces de châssis communes [à toutes les équipes]". L'instance internationale laisse donc entendre que l'incident qui a touché le pilote Venturi était isolé, même si Nyck de Vries a lui aussi connu un ennui similaire l'an dernier lors de l'E-Prix de Mexico. On peut également ajouter la défaillance de BBW qu'avait rencontré Daniel Abt en essais libres, également au Mexique. 

Pour renforcer les mesures de sécurité, la FIA a suggéré aux équipes d'installer une palette que les pilotes pourraient activer afin de ralentir la voiture en cas de problème au niveau de la pédale de freins. Un système que la plupart des écuries ont d'ores et déjà mis en place.

"En plus du mode d'analyse de défaillance (FMEA), la FIA recommande d'avoir un mode qui permet aux pilotes de ralentir la voiture en utilisant une palette", confirme à Motorsport.com Thomas Chevaucher, directeur de DS Performance. "Dans le cas d'une très grave défaillance multiple, le pilote a l'opportunité de ralentir la voiture en utilisant la palette de régénération. Je dirais que c'est une sécurité supplémentaire par rapport à une voiture normale [à combustion]. Nous avons le moteur qui peut ralentir la voiture si les freins ne fonctionnent pas."

partages
commentaires
Mercedes : décision finale pour la Gen3 "dans les prochaines semaines"

Article précédent

Mercedes : décision finale pour la Gen3 "dans les prochaines semaines"

Article suivant

Un accident inattendu et une frayeur pour Vergne à Rome

Un accident inattendu et une frayeur pour Vergne à Rome
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Événement E-Prix de Rome I
Auteur Matt Kew