La Formule E promet une "grande différence" entre les deux modes course

partages
commentaires
La Formule E promet une
Par : Alex Kalinauckas
2 avr. 2018 à 11:03

PDG de la Formule E, Alejandro Agag confirme que le mode course de base sera fixé à une puissance de 200 kW pour la saison 5, avec un deuxième mode disponible à un degré supérieur.

En raison d'une batterie à la durée de vie fortement accrue, les concurrents n'auront plus besoin de rentrer au stand pour changer de monoplace à mi-course. Cependant, la FIA souhaitait maintenir un élément stratégique pour la prochaine ère de la Formule E, et c'est pour cette raison que deux modes moteur différents seront disponibles en course.

"La FIA est encore en train de peaufiner le système et publiera les informations sur son fonctionnement, mais je pense que le mode course sera de 200 kW et que l'autre mode sera plus élevé que ça", déclare Alejandro Agag pour Motorsport.com. "Nous devons faire des essais avec les voitures pour définir ce que sera le mode supérieur, est-ce que ce sera 220, 230, 240, 250, etc. Mais il sera beaucoup plus élevé. Il y aura une grande différence."

Lorsque nous lui demandons si cette décision dépend des performances de la batterie fournie par McLaren Applied Technologies, Agag répond : "Nous savons très bien quelles seront la densité d'énergie et la température, et à quel point nous pouvons les pousser."

Quant au FanBoost, qui apporte un bonus de 100 kJ pendant cinq secondes, il représentera donc un niveau de puissance encore supérieur.

"[Ce sera] sûrement un cran de puissance supplémentaire", confirme Agag. "Mais encore une fois, ce n'est pas encore décidé à 100%. Si je demande à mes enfants ce qu'ils préfèrent, soit des courses plus longues, soit de la même durée avec plus de puissance, ils disent 'plus de puissance, évidemment !'"

DS E-TENSE FE 19

Un point pour la meilleure gestion d'énergie

La FIA a également annoncé que le point du meilleur tour en course n'allait plus être attribué selon ce critère, revenant au pilote le plus efficient dans sa gestion d'énergie. Cela pourrait-il inciter des concurrents à ralentir en fin de course pour grappiller cette unité supplémentaire ?

"Je ne sais pas exactement comment ça va fonctionner, mais je pense que c'est un bon concept", affirme Agag. "Nous voulons récompenser la gestion d'énergie, donc c'est une bonne initiative. Je pense que ce sera mesuré via la télémétrie."

"C'est intéressant. Cela me rappelle quand nous étions en GP2 [Agag était propriétaire de l'écurie Barwa Addax de 2009 à 2013, ndlr] : si l'on finissait huitième de la première course, on partait en pole le lendemain. Donc il y avait des gens qui étaient septièmes et qui essayaient de se faire dépasser, mais l'autre gars ne voulait pas dépasser, et tout d'un coup, un autre gars arrivait de derrière pour essayer d'en profiter. C'est difficile de prévoir toutes les conséquences, et il y a quelques risques, mais c'est marginal."

"En fin de compte, le vainqueur marque le plus de points et ça, ça ne représente qu'un point, donc il y a une différence claire."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas et Stuart Codling 

Prochain article Formule E
La Formule E va donner une deuxième vie à ses batteries

Previous article

La Formule E va donner une deuxième vie à ses batteries

Next article

Electrosuisse devient partenaire de Swiss E-Prix Operations AG

Electrosuisse devient partenaire de Swiss E-Prix Operations AG

À propos de cet article

Séries Formule E
Auteur Alex Kalinauckas
Type d'article Actualités