Formule E - L'heure de vérité est arrivée

C'est ce samedi que le tout premier championnat du monde de Formule E va débuter sur un circuit inédit, comme ce sera toujours le cas, tracé dans les rues de Pékin

C'est ce samedi que le tout premier championnat du monde de Formule E va débuter sur un circuit inédit, comme ce sera toujours le cas, tracé dans les rues de Pékin. Cette journée sera le théâtre de deux séances d'essais libres, d'une séance de qualifications et d'une course d'une heure.

Comme l'a récemment déclaré Jean Todt, ce sera l'heure de vérité pour la première compétition automobile électrique. PDG de la discipline, Alejandro Agag corrobore les propos du président de la FIA, conscient des enjeux que représente ce premier meeting, mais confiant quant à son bon déroulement.

"Nous travaillons depuis deux longues années, ou deux courtes années, cela dépend de la vision des choses : deux ans est une période courte pour mettre un tel championnat sur pied", souligne Agag sur le site officiel de la Formule E. "Mais c'est maintenant l'heure de vérité. Nous l'attendons avec impatience et sommes prêts. Depuis le début de l'année, jusqu'au mois d'août, les voitures ont mené à bien cinq séances d'essais officielles et deux simulations de course à nos quartiers généraux de Donington Park. Nous n'avons rien laissé au hasard".

De l'interaction

Les singularités du championnat de Formule E sont nombreuses, à commencer par l'implication des fans dans le déroulement des courses, puisque chacun peut voter pour donner un boost à son pilote favori ! "Nous fusionnons les médias et le sport auto d'une façon inédite", confirme l'Espagnol, "ce qui fait de la Formule E la fusion entre une vraie course et un jeu vidéo. Les fans vont être capables de voter directement pour leur pilote favori, et potentiellement d'influencer le résultat de la course".

Le fait que de nombreux pilotes renommés prennent part au championnat ne peut qu'approuver cette stratégie. On retrouvera par exemple Jarno Trulli et Nick Heidfeld qui font partie des pilotes les plus expérimentés de l'Histoire de la F1, mais aussi de jeunes loups prometteurs comme Sam Bird et Antonio Félix da Costa. Quant au bruit des monoplaces électriques, souvent décrié, va-t-il ralentir la réussite de la discipline ?

"La Formule E a réellement un son unique, futuriste et divertissant", estime Agag. "C'est le son d'un moteur électrique. Je pense que c'est le son de l'avenir de la course. Je pense que le son est assez fort pour enthousiasmer les fans mais assez bas pour nous permettre de courir en centre-ville sans provoquer de nuisance sonore. C'est donc le niveau sonore idéal pour nous".

Un format inhabituel

Les monoplaces de Formule E ne sont toutefois pas encore capables de tenir la durée d'une course ; aussi les pilotes devront-ils changer de voiture au milieu de l'épreuve. Initialement, il était prévu de changer seulement la batterie de la monoplace ; qu'est-ce qui a motivé ce changement de réglementation ?

"Changer de voiture est une décision de la FIA pour la sécurité, et la sécurité prime, explique le natif de Madrid. "Il est également important de se rappeler que tandis que la Formule E est un championnat automobile, c'est aussi un terrain d'essai pour la technologie des véhicules électriques. Or, la technologie prend du temps à être développée. Les voitures électriques ont besoin de temps pour évoluer. À l'heure actuelle, nos batteries durent 25-30 minutes mais au fur et à mesure que la technologie va s'améliorer, notre objectif sera de courir la course entière avec une voiture et une batterie".

Quant à l'avenir de la discipline, les organisateurs ont bien l'intention de créer un calendrier de plus en plus fourni ; le championnat 2014-15 comporte dix épreuves ayant lieu en Asie, en Europe et dans les Amériques.

"Nous souhaiterions faire la course aux quatre coins du monde. Nous aimerions être en Afrique, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, nous aimerions nous étendre en Asie et en Europe. Nous prévoyons d'ajouter une ou deux courses par an jusqu'à obtenir un calendrier de 16-18 courses. En termes de nombre de courses, c'est l'objectif. Nous avons une grande demande venant de nombreuses villes", conclut le détenteur des droits F1 en Espagne.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes Jarno Trulli , Nick Heidfeld , Sam Bird , Jean Todt , António Félix da Costa
Équipes Trulli
Type d'article Actualités