Interview Pascal Couasnon - Pari 18 pouces en passe d'être réussi pour Michelin

Alors que la saison inaugurale de la Formula électrique vient d'entrer dans sa seconde partie, Motorsport.com a rencontré le directeur du service Compétition de Michelin, Pascal Couasnon. Fournisseur unique de la discipline, le manufacturier de pneumatiques entend promouvoir par ce biais ses solutions pour la mobilité durable.

Michelin propose ainsi aux différentes équipes engagées en Formula E des pneus 18 pouces, rainurés, capables d'évoluer aussi bien sur piste sèche qu'humide. Des dimensions et des sculptures permettant d'envisager plus facilement  des transferts de technologies par la suite sur les voitures de série.

Un défi aussi pour la maison clermontoise : "Nous avons fait un véritable pari avec les 18 pouces", confie Pascal Couasnon, "La principale difficulté en début de saison a résidé dans leur mise en température. En effet, nous n'avions pas suffisamment anticipé la nécessité pour les gommes d'atteindre très rapidement leur fenêtre d'exploitation."

Un besoin particulièrement prégnant, notamment lors des qualifications, ou bien encore lors des re-starts après les régimes sous safety car.

Nous avons fait un pari avec les pneumatiques 18 pouces

Pascal Couasnon, directeur du service Compétition de Michelin

Mais le manufacturier français a remis l'ouvrage sur le métier, et aujourd'hui les retours des pilotes se font dithyrambiques. L'ex-pilote de F1 Jean-Eric Vergne a même confié sa satisfaction, trop content de pouvoir exprimer tout son potentiel sans devoir se préoccuper de la gestion de ses enveloppes.

Les pneus Michelin satisfont aussi les équipes. Avec leur très faible degré d'usure, les teams peuvent ainsi travailler plus sereinement sur les réglages des monoplaces. "La faible dégradation de nos gommes est un élément primordial dans notre relation de confiance avec les écuries", poursuit Pascal Couasnon, "La bonne tenue de nos produits leur permet de détenir une référence stable, sur laquelle ils peuvent ensuite affiner plus facilement les set-up des voitures."

Des feedbacks positifs, alors que Michelin conditionne son retour en F1 à des modifications du règlement technique, en réclamant notamment une meilleure durée de vie des pneumatiques.

Cette durée de vie, le groupe français compte encore l'améliorer en Formula E. Chaque voiture dispose actuellement de dix enveloppes par weekend de course - cinq pour le train avant et cinq pour le train arrière. Une allocation que Michelin souhaite faire perdurer sur deux weekends de course consécutifs la saison prochaine. "On y travaille. Notre objectif en Formule électrique est de fabriquer des pneumatiques aux performances constantes, et ce sur de toujours plus longues distances", reprend Pascal Couasnon.

Démarche responsable

Au-delà de l'énergie électrique, Michelin se reconnait donc dans la démarche responsable globale proposée par la Formula E. Une démarche qui fait la part belle au développement durable, dans laquelle les pneumatiques détiennent, eux aussi, un rôle important à jouer.

Cependant, la refonte des suspensions pour la prochaine saison pourrait contraindre Michelin à revoir sa copie. Les suspensions se sont avérées être le talon d'Achille des monoplaces cette année, car trop fragiles pour affronter les vibreurs, imposants sur certains circuits urbains dotés de chicanes.

Dans le même ordre d'idée, les systèmes de freins devraient faire l'objet eux aussi d'importantes modifications. Le dispositif en carbone se révèle en effet trop efficace cette saison, à telle enseigne que les pilotes éprouvent les pires difficultés à maintenir les freins à bonne température. Un écueil bien souvent source de blocages des roues. "Tous ces changements ne devraient pas trop nous impacter", assure Pascal Couasnon, "Nous avons fabriqué un pneu très polyvalent cette saison. Le cas échéant, nous ne devrions pas avoir trop de difficultés pour l'adapter."

A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes Jean-Éric Vergne
Type d'article Interview
Tags formula e, formule électrique, michelin, pascal couasnon