Le casse-tête de la gestion des week-ends de course en Formule E

Enormément d'enseignements humains tirés de la première saison.

Pour la première saison d'existence du championnat Formule E, les teams se lançaient dans l'inconnue et ont eu de nombreux paramètres particuliers à gérer, à commencer par la découverte du matériel et des procédures à mettre en place pour rendre celui-ci fiable et exploitable, sans même parler de performant.

Avec une logistique centralisée organisée par les promoteurs du championnat, les teams n'ont par ailleurs pas disposé de beaucoup de temps pour réellement manipuler les monoplaces Spark-Renault et ont en quelques sortes dû se lancer dans des scénarios d'improvisation accentués en arrivant sur des circuits par ailleurs inconnus!

 

 

Tout à apprendre niveau organisation

Autant d'ingrédients compliqués à gérer et pour lesquels toutes les équipes méritent un immense crédit après le lancement populaire de la série. Alors que se présente la saison 2, elle aussi chargée de défis avec l'ouverture du développement technologique par chaque équipe, les cadres de l'équipe Andretti reviennent sur les enseignements de la saison 1.

"Je pense que certaines choses avec lesquelles nous sommes revenus de notre première saison en Formule E concernent la compréhension réelle de l'importance de la régularité ; qu'il s'agisse de stabilité au niveau du line-up pilotes, ou des ingénieurs dans leur approche du week-end de course", estime ainsi Roger Griffiths, Directeur d'Equipe Amlin Andretti.

Les roulements entre pilotes n'ont en effet pas manqué chez Andretti, et le team compte cette année sur de la stabilité à tous les niveaux.

"Il s'agit de aussi voir comment l'on se prépare pour chaque manche", poursuit-il."Le défi unique de la Formule E est que vous faites tout sur une journée unique et vous ne disposez pas de temps pour beaucoup réfléchir à ce que vous allez faire sur la séance suivante ou comment réagir à un changement sur l'auto. Il faut donc bien avoir fait ses devoirs en arrivant en piste.

C'est pourquoi il faut une approche stable dans la planification et la structuration de votre weekend de course, de sorte qu'il n'y ait pas de surprises ; il s'agit probablement du plus grand enseignement de la saison 1".

 

Vous ne disposez pas de temps pour beaucoup réfléchir à ce que vous allez faire sur la séance suivante ou comment réagir à un changement sur l'auto

Roger Griffiths, Directeur d'Equipe Amlin Andretti

Propriétaire de l'équipe, Michael Andretti abonde dans le sens de son Directeur d'Equipe.

"Mon Dieu, on a tant appris! Il a fallu s'organiser pour monter une équipe, s'installer en Europe, apprendre à gérer et coordonner cela, et comment faire, comment communiquer, etc… Je pense que nous apprenons et progressons beaucoup. Nous avons aussi, je pense, beaucoup appris sur les autos en elles-mêmes; nous espérons maintenant capitaliser là-dessus pour la prochaine saison. On apprend des choses d'une année sur l'autre.

Le côté positif est qu'il y a beaucoup d'espace pour progresser; nous avons fait un assez bon boulot, mais je crois qu'avec toutes les choses que nous changeons, ça ira beaucoup mieux cette année".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes Michael Andretti , Simona De Silvestro
Équipes Andretti Autosport
Type d'article Actualités
Tags andretti, organisation, saison 2, team