Lotterer craint des accidents dans les stands "à chaque course"

L'E-Prix de Mexico était la deuxième course de Formule E sans temps minimal d'arrêt au stand, et cette fois, un incident s'est produit.

Lotterer craint des accidents dans les stands "à chaque course"
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, Felix Rosenqvist, Mahindra Racing, sortent des stands
Andre Lotterer, Techeetah, Oliver Turvey, NIO Formula E Team, Luca Filippi, NIO Formula E Team
Andre Lotterer, Techeetah
Andre Lotterer, Techeetah, fait un arrêt au stand
Andre Lotterer, Techeetah
Andre Lotterer, Techeetah
Daniel Abt, Audi Sport ABT Schaeffler et Jose Maria Lopez, Dragon Racing dans les stands
Andre Lotterer, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah, attend dans les stands pendant un drapeau rouge
Andre Lotterer, Techeetah
Daniel Abt, Audi Sport ABT Schaeffler

Les changements de monoplace demeurent partie intégrante des épreuves du championnat électrique jusqu'à la fin de la saison 2017-18, mais un accident a eu lieu dans le garage Techeetah lorsqu'André Lotterer a percuté la jambe d'un de ses mécaniciens en repartant au volant de sa deuxième monoplace. L'Allemand a reçu un drive through sanctionnant cette situation dangereuse, où le mécanicien a été blessé aux ligaments.

Lorsqu'il lui est demandé si l'accident est une conséquence de l'absence de temps minimal, Lotterer répond : "Oui, je pense que ces incidents vont se répéter, peut-être à chaque course, mais dans un autre garage. Tout le monde repousse les limites et les voitures sont très serrées, il n'y a pas beaucoup de place pour que le mécanicien s'écarte une fois le harnais attaché. Mais c'est pareil que les autres arrêts au stand dans d'autres catégories : les mécaniciens changent les pneus et ça arrive de temps en temps. C'est le sport auto."

Lotterer est forcément déçu, lui qui occupait la septième place avant de purger sa pénalité. Il avait ainsi l'occasion de continuer sur la lancée de son podium de Santiago.

"Je suis reparti comme d'habitude mais c'était vraiment une fraction de seconde, peut-être un tout petit peu trop tôt", ajoute-t-il. "Je ne sais pas ce qui s'est passé. Il va bien, c'est important aussi. Mais c'est dommage pour le résultat car j'aurais fini septième, donc dans les points, et à la place, je suis 13e."

Vainqueur de l'E-Prix grâce au troisième changement de monoplace le plus rapide du jour, Daniel Abt ne cache pas non plus que les arrêts au stand sont devenus "incroyablement stressants".

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

L'avis de Motorsport.com

Par Scott Mitchell, reporter Formule E

La disparition du temps minimal d'arrêt au stand est l'une des décisions les plus impopulaires que j'aie jamais vues en Formule E.

Il y a très peu de place dans les garages de Formule E, même sur un circuit permanent comme celui de Mexico. Par conséquent, il y a peu de marge d'erreur. Dès que la protection du temps minimal a été enlevée, un incident risquait de se produire, et c'est la première fois que quelqu'un est blessé de façon parfaitement évitable.

Il n'y a pas besoin de cet élément de compétition dans les changements de voiture, qui n'auront plus lieu la saison prochaine de toute façon. C'est simplement question de sécurité, et c'est un domaine où il ne devrait pas y avoir de compromis inutiles.

Rares sont les écuries ou les pilotes qui se plaindraient si le temps minimal faisait son retour pour le reste de la saison, et c'est exactement ce qu'il faudrait. Sinon, la prochaine fois – et comme le dit Lotterer, il y en aura probablement une – les conséquences pourraient être bien plus graves.

partages
commentaires
Jordá : La Formule E est plus facile que la F1 pour les femmes

Article précédent

Jordá : La Formule E est plus facile que la F1 pour les femmes

Article suivant

Nissan : Les fans de Formule E sont "bien plus jeunes" qu'en F1

Nissan : Les fans de Formule E sont "bien plus jeunes" qu'en F1
Charger les commentaires