McLaren pense à engager son écurie en Formule E

McLaren est toujours intéressé par un éventuel engagement en Formule E ou en WEC dans les années à venir.

McLaren pense à engager son écurie en Formule E

McLaren évalue la possibilité d'un engagement en Formule E à l'horizon 2022, année lors de laquelle la troisième ère de réglementation de la discipline, baptisée Gen3, verra le jour. Le constructeur britannique est actuellement impliqué dans le championnat puisque sa filiale McLaren Applied Technologies fournit les batteries depuis 2018. Ce contrat prendra fin à l'aube de la saison 2022-23 et il pourrait alors être temps pour l'entreprise de songer à une nouvelle forme d'implication, puisque l'appel d'offres concernant les batteries à cet horizon a été remporté par Williams Advanced Engineering.

Lire aussi :

Si la Formule 1 demeure le programme sportif essentiel et primordial de McLaren, la firme de Woking est aussi impliquée en IndyCar et garde un œil sur l'Endurance. La Formule E pourrait donc constituer une corde supplémentaire à son arc, en fonction des opportunités.

"Nous avons été empêchés de courir en Formule E car nous étions le fournisseur de batteries, sous appel d'offres de la FIA, et cela ne nous permettait pas de courir avec une équipe", précise Zak Brown, PDG de McLaren Racing. "Avec la nouvelle génération de voitures qui arrive en 2023, et en n'étant plus le fournisseur exclusif de batteries, c'est un championnat que nous trouvons intéressant. Nous commençons à l'étudier de plus près."

La Formule E vient de traverser un début de mois de décembre difficile, marquée par l'annonce du retrait futur de deux constructeurs, Audi et BMW, nécessitant une évidente remise en question. Dans l'immédiat, Zak Brown y voit tout autant un signal alarmant qu'encourageant.

"Il n'y avait pas de place disponible, donc ça crée une opportunité et c'est positif", constate-t-il. "À chaque fois que des équipes ou des constructeurs quittent un championnat, il faut se demander pourquoi. Audi a annoncé un projet LMDh, et ils sont dans le même groupe que Porsche, qui est en Formule E, donc peut-être que leur stratégie est que Porsche fasse ça et qu'Audi aille ailleurs. Avec le plafonnement budgétaire qui arrive en Formule E, ça devient moins coûteux. Avec dix écuries, le plateau est encore solide. Je vois davantage cela comme une opportunité. Il y a encore un gros soutien des constructeurs, donc je ne suis pas inquiet. Mais il faut comprendre pourquoi certains sont partis."

Si le WEC et la Formule E attisent l'intérêt de McLaren pour les années à venir, la condition avant de s'y engager est toujours la même que celle qui a mené la marque à s'investir en IndyCar : en aucun cas un programme supplémentaire ne doit avoir un effet négatif sur le programme F1.

"Ces deux championnats attirent notre attention et nous voulons d'abord finir cette saison, nous voulons être certains que rien dans ce que nous faisons ne soit une distraction pour la Formule 1", insiste Zak Brown. "C'est le même critère que celui que nous avons en IndyCar : pensons-nous pouvoir être compétitifs ? Pensons-nous que c'est commercialement et économiquement viable ? Pensons-nous que c'est fait pour notre marque ? Je pense que ces deux championnats cochent toutes ces cases, donc il s'agit d'en poser les bases avec le bon timing si nous faisons l'un ou l'autre."

partages
commentaires
Lucas di Grassi très intéressé par le projet LMDh d'Audi

Article précédent

Lucas di Grassi très intéressé par le projet LMDh d'Audi

Article suivant

Porsche se sépare de plusieurs pilotes pour 2021

Porsche se sépare de plusieurs pilotes pour 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , WEC , Formule E
Équipes McLaren
Auteur Basile Davoine