Porsche veut un développement des batteries plus libre en FE

Porsche est en discussion avec la Formule E pour que les batteries soient ouvertes au développement.

Porsche veut un développement des batteries plus libre en FE

Si la batterie est un élément plus qu'essentiel de tout véhicule électrique, elle a toujours été monotype en Formule E, afin de limiter les budgets et de maintenir un peloton serré. Lors des quatre premières saisons, c'est Williams Advanced Engineering qui la fournissait, avant que la monoplace de seconde génération n'utilise une batterie conçue par Atieva et exploitée par McLaren Applied Technologies. Celle de la Gen3, dans un an, sera à nouveau l'œuvre de Williams.

Cependant, Porsche souhaite que ce domaine soit ouvert au développement à l'avenir et a des idées pour que cela soit viable financièrement et compétitivement. "Pour des raisons de coûts, ils ne voulaient pas ouvrir la batterie [au développement] pour les constructeurs, ce que nous devons accepter", déclare Thomas Laudenbach, nouveau directeur de la compétition chez Porsche, qui est engagé dans le championnat pour les trois prochaines saisons. "En même temps, la batterie est quelque chose à envisager pour l'avenir. Nous avons déjà eu des discussions. Même de manière contrôlée, nous aimerions voir la batterie ouverte au développement des constructeurs, d'une manière ou d'une autre."

"Laisser ça libre n'est pas la bonne solution. Ce que nous ne voulons pas, c'est que quelqu'un dépense une fortune en ayant un partenaire automobile qui lui fait tout, car cela tuerait les petites équipes."

Laundenbach propose ainsi "une cellule standard, mais le reste est libre, sous certaines limites". Il ajoute : "Nous aimerions voir de manière contrôlée l'ouverture de la liberté de développement de la batterie. Je ne rejette pas la faute sur la Formule E, car c'est quelque chose de compliqué à faire. Nous leur parlons, et je pense que ça viendra."

Cette proposition arrive dans un contexte où la Formule E vient d'annoncer un plafond budgétaire qui entrera en vigueur le 1er octobre 2022. Les motoristes auront un budget de 25 millions d'euros sur deux saisons pour couvrir la recherche et le développement.

Le débat sur les batteries soulève la question de l'utilité de la Formule E au niveau des transferts de technologie pour les constructeurs. Mercedes (citant la Formule 1 comme alternative plus pertinente) et BMW notamment ont justifié leur départ de la discipline en citant ce facteur. L'efficience du groupe propulseur électrique étant déjà d'au moins 90%, la batterie est la principale source d'amélioration potentielle à l'avenir en Formule E.

Cofondateur du championnat, Alejandro Agag n'est toutefois pas optimiste quant à une réglementation technique moins restrictive : "La liberté est synonyme d'argent, malheureusement. Plus on donne de liberté, plus les équipes doivent dépenser d'argent, et elles finissent par être à court d'argent et par quitter le championnat."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le départ de Mercedes de la Formule E est incompréhensible pour Agag
Article précédent

Le départ de Mercedes de la Formule E est incompréhensible pour Agag

Article suivant

La Formule E n'exclut pas l'hydrogène pour la Gen4

La Formule E n'exclut pas l'hydrogène pour la Gen4
Charger les commentaires