Prost - Le défi est d'expliquer au public pourquoi la Formule E existe

Ambassadeur pour Renault, qui est largement investi dans le projet de la Formule E, Alain Prost est également impliqué depuis plusieurs mois auprès de l’écurie Dams qui s’alignera dans ce tout nouveau championnat FIA avec des monoplaces 100%...

Ambassadeur pour Renault, qui est largement investi dans le projet de la Formule E, Alain Prost est également impliqué depuis plusieurs mois auprès de l’écurie Dams qui s’alignera dans ce tout nouveau championnat FIA avec des monoplaces 100% électriques.

Ce championnat débutera en septembre prochain et réunira dix équipes qui disposeront de la même voiture. Mais l’objectif futur n’est pas de rester sur une formule monotype, comme le précise Prost, qui croit beaucoup au développement à moyen terme de la Formule E.

« La première année nous avons des voitures identiques, et nous savons que ce système fonctionne bien dans certaines disciplines, mais si nous avions eu des voitures toutes identiques en F1, ce ne serait plus de la F1. Nous avons besoin de concurrence et de technologie, de quelque chose de nouveau », a expliqué le Français dans les colonnes d’Autosport.

« Après la première année, la Formule E va ouvrir sa technologie. Les gars vont ensuite faire du meilleur travail en développant la technologie pour placer leurs voitures devant. Cela fait partie de la course automobile. Nous aurons besoin d’un bon spectacle, bien sûr, mais nous devrons penser au pilotage de ces voitures et à gérer l’efficacité énergétique. »

Dans un premier temps, les meetings de Formule E se disputeront avec un format de deux courses de 30 minutes avec deux monoplaces par pilote en raison de l’autonomie relativement faible des batteries. Mais c’est notamment l’un des points clés qui devrait faire l’objet du travail le plus assidu des ingénieurs.

« C’est un nouveau monde du sport mécanique », insiste Prost. « Les courses vont être courtes au départ, mais je suis certain qu’elles seront de plus en plus longues au fil des années. Cela fait partie du défi. »

La difficulté essentielle pour cette nouvelle série sera de conquérir son public. En ce sens, Prost pense qu’il faut à la fois de la pédagogie et de la nouveauté, comme le fait d’organiser les courses uniquement dans des centres-villes de grandes métropoles.

« La Formule E, c’est un spectacle autant que de la technologie. Le plus gros challenge, c’est de faire comprendre au public et aux fans pourquoi nous l’avons créée. Nous devons faire quelque chose de différent, ne pas courir sur les mêmes circuits que la Formule 1, et attirer différents types de gens, et peut-être des plus jeunes aussi. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes Alain Prost
Type d'article Actualités