Haryanto fait son retour après plus d'un an d'inactivité

Rio Haryanto a piloté une voiture de course pour la première fois depuis le Grand Prix d'Allemagne 2016, soit sa dernière apparition en Formule 1, lors des essais de Formule E à Valence.

Haryanto a fait deux relais dans la monoplace privée de la FE lors de la pause déjeuner de cette deuxième journée de test de pré-saison. Il a parcouru environ 30 tours du Circuit Ricardo Tormo dans une version évoluée de la Spark SRT_01E, la voiture monotype du championnat depuis sa création, équipée d'un moteur McLaren et d'une boîte de vitesses Hewland à cinq rapports.

"Je n'ai pas couru dans d'autres championnats, mais je fais du karting pour maintenir le rythme", déclare Haryanto pour Motorsport.com. "Avec cette voiture, c'est difficile de faire fonctionner les freins. On se retrouve d'un coup à un point où l'arrière donne l'impression de commencer à surchauffer après trois ou quatre tours."

"C'était très intéressant de changer l'équilibre d'un tour sur l'autre, c'est vraiment difficile. Ce n'est pas la voiture de course, mais je comprends au moins comment elle fonctionne. Je suis vraiment satisfait du roulage que j'ai eu obtenu. C'étaient deux relais sans accroc, sans erreur, et j'ai pu réaliser autant de tours que voulu."

Lors de la saison 2013 de GP2 Series, Haryanto courait pour l'équipe Barwa Addax de l'actuel PDG de la Formule E Alejandro Agag. Il a été invité à tester la Spark par la FE. Il a pu faire l'expérience de la voiture à pleine puissance (200kW) et du système de récupération d'énergie au freinage, qu'il a comparé à l'utilisation du frein à main sur une voiture de route.

Il a qualifié la voiture de "complètement différente" de ce dont il a l'habitude et veut désormais organiser un test avec l'une des dix équipes pour essayer une "vraie voiture de course".

"Comme c'était une toute nouvelle voiture, la façon d'aborder le virage était très différente par rapport à la F1. Il faut énormément se focaliser sur le grip mécanique. L'appui est très bas et la façon de passer le virage est très différente, il faut garder beaucoup de vitesse. On n'a pas autant de puissance, donc il faut garder la vitesse minimale tout le temps."

Buemi domine les débats

La deuxième journée d'essais de pré-saison à Valence, avec une deuxième chicane installée dans la ligne droite des stands, a été dominée par Sébastien Buemi et Renault e.dams. Le Suisse a signé le meilleur temps de la matinée (et du jour) en 1'21"890, devançant Felix Rosenqvist (Mahindra) en 1'21"934 et Sam Bird en 1'21"950.

Buemi s'est également montré plus rapide que ses rivaux cet après-midi, avec un chrono de 1'22"057, battant Lucas Di Grassi (Audi Abt) d'un dixième et demi. Ce dernier est sixième dans la hiérarchie du jour, également devancé par Oliver Turvey (NIO) et Nicolas Prost (Renault e.dams), qui ont tourné en 1'22"135 et 1'22"157 respectivement ce matin.

La journée a été marquée par le gros accident de James Rossiter au volant de la Venturi dans la première chicane, alors que Jean-Éric Vergne (Techeetah) a fait une nouvelle excursion dans les graviers au virage 7, comme hier.

De façon générale, c'est une journée inquiétante pour Venturi, dont les pilotes n'ont parcouru que 62 tours au total, contre 99 à 164 pour les autres équipes, et se classent en fond de tableau.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Événement Essais d'octobre à Valence
Circuit Valencia
Pilotes Sébastien Buemi , Rio Haryanto
Type d'article Actualités