Todt : Des "surprises" à attendre sur la Formule E 2018-19

Le président de la FIA indique à Motorsport.com que la prochaine génération de la voiture de Formule E réservera des "surprises" quand le design en sera dévoilé plus tard dans l'année en cours.

Todt : Des "surprises" à attendre sur la Formule E 2018-19

Le programme de conception de la Formule E, qui débutera lors de la cinquième saison du championnat, en 2018/2019, a été supervisé par la FIA. C'était la première fois que celle-ci avait une influence directe sur le design et le management de la fourniture d'une monoplace à une discipline.

Todt n'a donné aucun détail sur les spécificités de la voiture, qui a été montrée pour la première fois à des partenaires clés de la Formule E, à Montréal le mois dernier, mais d'après les informations de Motorsport.com, le look futuriste de celle-ci pourrait marquer un changement radical par rapport au design classique de la précédente, en particulier pour la partie arrière. Elle serait assez loin également du concept présenté plus tôt dans l'année par Spark Technologies (photo ci-dessus).

Plutôt qu'un aileron arrière traditionnel, un venturi serait en effet adopté, de même que le Halo de cockpit qui sera utilisé par la F1 en 2018.

"Nous aimons faire quelques bonnes surprises et la voiture [de la saison 5] sera une bonne surprise avec plus de sécurité et une nouvelle technologie", a déclaré Todt à Motorsport.com. "Le gros changement sera de n'avoir qu'une voiture [par pilote et par course] et pour moi, la Formule E est une catégorie visionnaire du sport automobile."

La voiture de la saison 5 devrait effectuer discrètement ses premiers tours de roue au mois d'octobre prochain, avant qu'un exemplaire ne soit fourni à chaque constructeur début 2018 pour ses essais privés. Les constructeurs devraient ensuite disposer de huit jours de test supplémentaires en plus des 15 accordés initialement pour préparer la saison 5.

La Formule E "en avance" pour 2040

Todt estime également que la Formule E est très bien positionnée après les annonces récentes des gouvernements français et britannique sur l'interdiction des véhicules à moteur essence ou diesel à partir de 2040.

"Il faut bien voir que d'ici 2040, le Royaume-Uni et la France auront banni toute voiture qui ne sera pas une hybride", a rappelé Todt. "Ils veulent encourager l'introduction des voitures électriques, donc, ce ce point de vue, la Formule E est en avance."

L'intérêt des constructeurs démontré

L'ancien homme de Peugeot et Ferrari a ajouté que les annonces récentes par Porsche, BMW et Mercedes de leur arrivée en Formule E dans les années à venir avaient dissipé les doutes initiaux sur la popularité de celle-ci auprès des constructeurs.

"Nous ne savions pas qui viendrait", a-t-il admis. "C'est comme un restaurant, on l'ouvre, on fait de son mieux et on ne sait pas qui va venir pour y manger. C'était pareil pour la Formule E."

"Nous faisons un nouveau championnat et avec le promoteur et la FIA, nous y croyons vraiment. Nous savons maintenant que les constructeurs se battent pour venir, et c'est exactement ce que nous voulons." 

partages
commentaires
La Formule E veut maintenant attirer des constructeurs américains et japonais

Article précédent

La Formule E veut maintenant attirer des constructeurs américains et japonais

Article suivant

Buemi critique le format des qualifications

Buemi critique le format des qualifications
Charger les commentaires