Formule E
17 janv.
-
18 janv.
Événement terminé
14 févr.
-
15 févr.
Événement terminé
C
E-Prix de Marrakesh
27 févr.
-
29 févr.
C
E-Prix de Rome
03 avr.
-
04 avr.
Prochain événement dans
36 jours
17 avr.
-
18 avr.
Prochain événement dans
50 jours
C
E-Prix de Séoul
02 mai
-
03 mai
Prochain événement dans
65 jours
C
E-Prix de Jakarta
05 juin
-
06 juin
Prochain événement dans
99 jours
C
E-Prix de Berlin
20 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
114 jours
C
E-Prix de New York
10 juil.
-
11 juil.
Prochain événement dans
134 jours
C
E-Prix de Londres I
25 juil.
-
25 juil.
Prochain événement dans
149 jours
C
E-prix de Londres II
26 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
150 jours

Vergne : L'incertitude en FE peut "faire peur" à des pilotes F1

partages
commentaires
Vergne : L'incertitude en FE peut "faire peur" à des pilotes F1
Par :
17 janv. 2020 à 16:00

Les stars de la F1 paraissent réticentes à porter un intérêt à la Formule E, et le double Champion en titre de la discipline a sa petite idée pour l'expliquer.

Double Champion en titre de Formule E, Jean-Éric Vergne est devenu l'un des pilotes vedettes du championnat où il s'est lancé après son passage en Formule 1. Le Français a une voix qui porte dans la discipline et, de par son statut, également au-delà, mais il n'est pas parvenu à convaincre Lewis Hamilton de s'essayer à la monoplace 100% électrique.

Il avait pourtant qualifié de "logique" une telle possibilité pour le sextuple Champion du monde F1, rappelant que le Britannique, très sensible aux questions entourant l'avenir de la planète, avait "conscience des problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant qu'êtres humains". Invité à tester une Formule E, Hamilton avait toutefois opposé une fin de non-recevoir : "Je n'ai aucun intérêt pour faire de la Formule E. Ce n'est pas quelque chose que j'ai l'intention de faire après [la F1]."

Lire aussi :

Cet épisode ne peut être interprété comme une unique vérité quant au regard porté par les pilotes de F1 sur la discipline électrique. En revanche, il confirme pour le moment la réticence qu'ont les plus grands noms de la catégorie reine à y accorder un intérêt, là où certains auraient également aimé voir le touche-à-tout Fernando Alonso venir s'y frotter. Pour Vergne, une des raisons peut résider dans le caractère sportivement très imprévisible de la Formule E.

"C'est sûr qu'en Formule E, il n'y a aucune équipe dans laquelle on peut aller et qui vous fera gagner chaque course", explique-t-il à Motorsport.com. "C'est impossible. Alors quand vous êtes habitué à tout gagner parce que vous êtes peut-être le meilleur, mais parce que vous avez aussi la meilleure voiture, ça peut faire un peu peur de rejoindre une discipline et d'être battu par de nombreux pilotes qui sont inconnus du grand public."

Néanmoins, le Français est confiant et optimiste pour l'avenir de son championnat, rappelant que celui-ci n'a que cinq ans d'existence mais qu'il "occupe déjà beaucoup d'espace en sport automobile", chiffres à l'appui. "Je pense que ça veut dire beaucoup de choses qu'il y ait dix constructeurs en Formule E et seulement quatre en Formule 1", fait-il remarquer. "Ça montre tout simplement à quel point le championnat est compétitif, c'est très dur d'être le meilleur parmi tous ces constructeurs. Je pense que c'est formidable d'avoir tous ces grands noms contre qui l'on court, que l'on essaie de battre. C'est une excellente chose."

Propos recueillis par Federico Faturos  

Article suivant
Sébastien Buemi en mode reconquête au Chili

Article précédent

Sébastien Buemi en mode reconquête au Chili

Article suivant

Intouchable, Evans signe la pole à Santiago

Intouchable, Evans signe la pole à Santiago
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , Formule E
Pilotes Jean-Éric Vergne
Auteur Basile Davoine