FR3.5 - Beitske Visser veut engranger de l'expérience

Débutante en Formule Renault 3

Débutante en Formule Renault 3.5, Beitske Visser est la première femme à courir dans l'antichambre de la Formule 1 depuis 2008. ToileF1 l'a rencontrée samedi, juste après la première séance qualificative du meeting spadois de World Series by Renault, quelques heures avant son tout premier top 10 dans la discipline. Avec elle, nous avons discuté des saisons passées et du grand saut qu'elle a fait cette année.

ToileF1 : Il y a deux ans, vous avez réalisé une première saison convaincante en monoplace : deux victoires en ADAC Formel Masters. Vous attendiez-vous à de tels résultats ?

B.V. : Pour ma première année, je n'avais aucune idée de ce à quoi je devais m'attendre. Je pense que la première année était une bonne année, compte tenu du fait que je n'ai pas fait toutes les courses à cause de ma blessure, donc c'était une bonne année.

Comment avez-vous intégré le Red Bull Junior Team ? Vous ont-ils contactée ?

Au début de l'année dernière, je suis entrée en contact avec le Dr. Marko, j'ai fait des essais sur le simulateur, et ils m'ont fait signer.

Que s'est-il passé en 2013 ? C'était une saison évidemment décevante... [1 victoire, 8e du championnat, et Red Bull l'a écartée, ndlr]

C'était une saison très difficile. Au début de l'année, nous avions des problèmes sur la voiture. Après quelques courses, nous avons changé la voiture, et c'était beaucoup mieux par la suite. Nous étions déjà loin au championnat, et c'était difficile de remonter.

Pourquoi avez-vous décidé de courir en Formule Renault 3.5 cette année ? Vous avez fait des essais très convaincants en Formule Renault 2.0 et l'écart est énorme entre la FR3.5 et l'ADAC Formel Masters, donc pourquoi avoir fait ce choix ?

J'ai testé cette voiture pour la première fois et je l'ai adorée. J'ai fait les essais collectifs, nous avons parlé avec Adrian [Valles] et mes sponsors et après ça, nous avons décidé de signer. C'est une marche énorme, et nous savions qu'au début, je serais en fond de grille, mais c'est juste important pour moi de finir les courses et d'engranger beaucoup d'expérience pour être prête l'an prochain.

Êtes-vous confiante quant à votre capacité à marquer des points d'ici la fin de la saison ?

Je pense, car le peloton est très serré. Là, en qualifications, j'étais encore 18e, mais je n'étais qu'à une seconde. Je pense que je ne vais que m'améliorer pendant la saison, donc j'espère que d'ici la fin de la saison, je vais marquer des points.

Enfin, en revenant quelques années en arrière probablement, comment avez-vous décidé que vous vouliez être pilote de course ?

Mon père courait en voitures de tourisme, et quand j'avais cinq ans, il m'a acheté un kart. J'ai commencé, et j'ai continué.

Comme vous pouvez le constater, Beitske Visser ne parle pas pour ne rien dire : elle va droit au but. Elle pensait marquer des points cette année, à raison : la première course de Spa, chaotique, lui a permis de marquer son premier point à la faveur d'une belle performance et notamment d'un dépassement sur Roman Mavlanov pour la 10e place. Il est difficile de savoir si elle sera la prochaine femme en Formule 1, mais l'évolution de ses performances en FR3.5 sera intéressante à observer, surtout si elle est encore présente la saison prochaine.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule Renault
Pilotes Roman Mavlanov , Beitske Visser
Type d'article Actualités