La FIA craint une manipulation de son élection présidentielle

Les candidats à la présidence de la FIA ont été avertis face à l'éventualité d'une manipulation de l'élection du mois prochain, alors que certaines personnes haut placées pourraient faire pression sur les votants en faveur d'un candidat ou de l'autre.

La FIA craint une manipulation de son élection présidentielle

Les clubs membres de la Fédération Internationale de l'Automobile vont élire un successeur au président Jean Todt le 17 décembre, les deux candidats étant Graham Stoker et Mohammed Ben Sulayem. Tous deux finalisent la composition de leur équipe, puisqu'ils sont censés faire savoir qui occupera les rôles de vice-président.

Alors que la campagne devrait s'accélérer dans les semaines à venir, une lettre intrigante a été envoyée à tous les membres de la FIA par le président du Comité éthique de la FIA, François Bellanger. Dans cette lettre publiée sur le site de la FIA, Bellanger souligne à quel point il est essentiel que cette élection présidentielle atteigne les "plus hauts niveaux de gouvernance, d'intégrité et de démocratie établis par nos Statuts". Il ajoute : "À cet égard, notre devoir est d'assurer que toute personne impliquée dans la campagne électorale et dans la procédure de vote respecte le code de conduite présenté par le Code d'éthique de la FIA."

Dans cette optique, Bellanger a mis en garde contre d'éventuelles pressions mises sur les clubs automobiles de la FIA, provenant de tiers comme des gouvernements étrangers voire de membres de la FIA elle-même. Il laisse notamment entendre qu'il pourrait avoir été demandé à certains votants de prouver qu'ils avaient soutenu un candidat en particulier en envoyant des photos de leur bulletin.

"Le lobbying et le soutien officiel à un candidat sont des pratiques légitimes mais potentiellement controversées", écrit Bellanger. "Exercer une pression politique ou toute autre forme de pression sur un membre de la FIA afin d'influencer son vote à l'élection présidentielle constituerait une infraction aux principes fondamentaux de la FIA."

"Ce serait une infraction plus grave si une telle pression incluait le fait de demander à un membre de la FIA une preuve photographique du bulletin qu'il ou elle a choisi. Il est rapporté que cela pourrait se produire à la FIA, et cela serait source de grande inquiétude pour toute la communauté de la FIA." La letter ajoute que les clubs de la FIA devraient pouvoir voter librement et confidentiellement sans aucune influence indue.

D'après Bellanger, trois actes seront considérés comme une infraction au règlement de l'élection : menacer les votants qui ne soutiennent pas un certain candidat, proposer des récompenses aux votants qui soutiennent un certain candidat, et demander aux votants de photographier leur bulletin rempli au moment du vote. Le Comité éthique de la FIA a demandé à tout membre de la fédération qui serait conscient d'une telle infraction d'en informer l'instance dirigeante. Tout doute mènera à l'ouverture d'une enquête.

Lire aussi :

partages
commentaires
NASCAR 21 Ignition est disponible dès maintenant
Article précédent

NASCAR 21 Ignition est disponible dès maintenant

Article suivant

Le sport auto est très bankable, selon la légende du Mans Tom Kristensen

Le sport auto est très bankable, selon la légende du Mans Tom Kristensen
Charger les commentaires