#ThinkingForward
Dossier

#ThinkingForward

Le sport auto est très bankable, selon la légende du Mans Tom Kristensen

Tom Kristensen est le pilote le plus victorieux de l’Histoire des 24 Heures du Mans avec neuf succès. Depuis son retrait des courses, il est président de la Commission des pilotes à la FIA. Aujourd’hui, il est candidat à l’élection de décembre pour devenir vice-président du Sport à la FIA aux côtés de l’actuel titulaire de ce poste, Graham Stoker, qui candidate au poste de président.

C’est la première fois qu’un pilote de son calibre candidate à l'un des principaux postes de la FIA, alors pourquoi Kristensen a décidé de se présenter ?

"Le sport automobile a été ma vie, il m’a beaucoup apporté", déclare le Danois. "Je pense qu’il est temps pour moi de donner en retour. J’aime l’idée que le sport doive être dirigé par des personnes qui ont de l’expérience dans ce domaine. J’aimerais partager toutes mes connaissances et mon expérience pour encourager les nouvelles générations à s’impliquer. Cela fait quelques temps que je suis à la FIA maintenant, à la Commission des pilotes et de tout ce qu’elle implique. J’aimerais continuer à participer à son développement et à celui du sport que j’aime tant."

 

Kristensen s’appuie sur son rôle de leader au sein de la Commission des pilotes à la FIA pour lancer une carrière politique plus large dans le sport. Bien que son travail ne soit pas forcément connu du public du sport automobile, la commission intervient dans de multiples domaines de la gestion du sport, notamment en fournissant des commissaires-pilotes lors des Grand Prix, en soutenant des programmes comme "Women in Motorsport" et "Girls on Track". De plus, elle est une voix puissante dans les groupes d’enquête sur la sécurité et les accidents, sur les réglementations des championnats et les catégories de pilotes en GT et en Endurance (Or, Argent et Bronze).

"Nous avons un groupe de bonnes personnes, beaucoup d’entre nous ont couru en rallye, en off-road, en karting, en monoplace, en Endurance. Il y a beaucoup d’expérience", affirme Kristensen. "Nous ne prenons pas de décisions concrètes mais nous apportons des choses au Conseil Mondial et supportons les autres commissions. Par exemple, Emanuele Pirro figure dans la Commission circuits, Derek Warwick dans la Commission monoplace et moi-même dans les Commissions Endurance et sécurité."

Dans les cinq à dix prochaines années, le sport automobile connaîtra certains des plus importants et rapides changements de son Histoire à mesure que des forces extérieures telles que le changement climatique, les jeux vidéo, le streaming et les médias sociaux le remodèlent. Il y aura des gagnants et des perdants parmi les catégories du sport automobile. Les deux candidats à la présidence de la FIA et leurs équipes voient la protection du sport et ses moyens de développement, de la base à la F1, comme une priorité essentielle.

 

"Dans notre vision, le plus grand défi est probablement de rendre le sport automobile durable à l’avenir", explique Kristensen. "En établissant une nouvelle approche budgétaire, une manière de revivifier notre communauté de fan, d'attirer davantage de compétiteurs, de continuer à améliorer le niveau de sécurité, de renforcer les différentes disciplines. L’accessibilité, la durabilité et la diversité sont certainement les éléments clés."

"Il s'agit peut-être d'encourager un peu plus le karting de loisir, en ayant quelques compétitions de karting dans les différents [fédérations nationales] avec le soutien de la FIA. Cela peut même commencer par la passion pour l'Sport. Les FIA eSports vont vraiment de l’avant, et avec la Commission ont de bonnes idées. De là, vous pouvez vous inscrire à un prix très bas, et nous pouvons faire en sorte que cela fonctionne. De même que les championnats de crosscar (discipline de rallye pour débutant), où vous n’avez pas besoin de circuit pour en faire. Il y a des endroits dans le monde où le crosscar peut être utile : en Asie, Amérique du Sud et Afrique. Ce genre de choses aide le rallye. Nous devons le soutenir davantage, nous devons être partenaires avec les clubs."

La technologie des unités de puissance sera au cœur de l'avenir, avec l'électrique fortement encouragé par les gouvernements alors que le sport propose des carburants 100% durables ou l’hydrogène comme alternative.

"Je suis ouvert à tout. Je pense que la réponse doit être une [version] différente de toutes ces technologies", prononce Kristensen. "Nous voyons de plus en plus de jeunes ingénieurs sortir des écoles avec des idées brillantes. Pour continuer à être un réel laboratoire au profit de tous, sur la piste ou sur la route, nous devons améliorer la performance, la durabilité environnementale et la technologie. Le sport automobile continuera d’être utile et pertinent pour l’industrie automobile. Il ne faut pas se laisser déconnecter. Si ensemble, nous allions la puissance des constructeurs avec la performance des meilleurs compétiteurs, nous avons une grande capacité de créativité et d’efficacité. Ce que Le Mans fait avec le programme hydrogène 24 est un bon exemple, il y en a beaucoup d'autres."

Le récent Sondage mondial des fans de F1 a montré un recoupement croissant entre le public du sport automobile et les gamers, 61% des fans de F1 âgés de 16 à 24 ans s’identifiant comme des joueurs. Donc quelle est l’importance des jeux vidéo dans le développement du sport automobile, mais également en tant que compétition à part entière ?

"Cela devient une réalité, l'eSport devient vraiment très bien. Pendant la pandémie, il y avait beaucoup de courses, particulièrement en 2020. Nous avons vu des personnes venant du monde de la compétition réelle contre des gamers qui étaient incroyablement efficaces et rapides. Ce mélange a créé quelque chose et aujourd'hui ça ne fait que croître, et la FIA soutient cela. Nous avons créé une nouvelle commission, sous la direction de la Suédoise Anna Norquist. Et dernièrement, nous avons publié le classement mondial FIA eSports. J’espère que la FIA pourra faire avancer les choses."

 

Malgré les défis, Kristensen est optimiste pour l'avenir du sport.

"Le sport automobile a toujours été une source de passion, d'intégrité et d'intérêt grâce aux concurrents, aux compétitions, aux constructeurs et aux fans, partout dans le monde, qui couvrent tant d'événements", déclare-t-il. "La manière de communiquer et de promouvoir notre sport est aussi une clé essentielle. Ce monde évolue rapidement, tout comme le monde des médias. Regardez l'incroyable impact sur la F1 de la série Netflix 'Drive to Survive'. C'est un bon exemple, tout comme le succès du film Le Mans 66 pour les 24 Heures du Mans. Le sport automobile est encore très bankable, et le sera pour un long moment."

partages
commentaires
La FIA craint une manipulation de son élection présidentielle
Article précédent

La FIA craint une manipulation de son élection présidentielle

Article suivant

Le Mans Virtual Series par Motorsport Games : troisième manche ce week-end

Le Mans Virtual Series par Motorsport Games : troisième manche ce week-end
Charger les commentaires