#ThinkingForward
Dossier

#ThinkingForward

Susie Wolff : "Un seul Wolff en F1 est suffisant !"

Pour la toute dernière interview #ThinkingForward avec des personnalités du sport automobile, voici Susie Wolff, directrice de l'équipe Venturi Formula E, qui s’apprête à courir à domicile pour l’E-Prix de Londres ce week-end. Elle se penche sur les grandes décisions à prendre concernant l'avenir de la Formule E, le progrès des femmes dans le sport automobile et ses propres projets pour l'avenir.

Susie Wolff sait ce que c'est pour un directeur d'équipe de voir son pilote mener le classement du Championnat du monde de Formule E, puis de dégringoler la minute suivante. Telles ont été les montagnes russes de la saison 7 pour toutes les équipes, en vertu des règles de qualifications qui pénalisent les leaders du championnat et rendent la régularité presque impossible.

 

"C'est ma première course à Londres, que j'attends avec impatience", dit-elle. "Et oui, j'ai un pilote en lice, ainsi que 12 autres qui le sont également ! Et c'est un énorme défi pour la Formule E. Il y a des variables, ce qui rend la régularité assez difficile. Nous avons eu un week-end compliqué à New York, donc nous devons essayer de rebondir. Il reste quatre courses et tout reste à jouer."

"Je pense qu'une part très importante de la Formule E réside dans le facteur divertissement. Et c'est quelque chose dont nous sommes très conscients ; nous voulons offrir des courses passionnantes. Et je pense que l'E-Prix de Monaco en a été un excellent exemple ; nous avons utilisé la piste du Grand Prix, nous avons eu de nombreux dépassements, le leader a changé dans le dernier tour."

"L'attack mode a tendance à rendre la course excitante en termes de stratégie, et permet d'avoir en permanence une hiérarchie changeante. Et il y a d'autres éléments, comme le fan boost, que nous pourrions probablement abandonner. Mais la saison a été très excitante, avec tant de vainqueurs différents. On pourrait dire que c'est un peu trop aléatoire et que ça ne va pas assez loin dans l'équité sportive. Mais c'est une question à laquelle nous réfléchissons".

Susie Wolff, Team Principal, Venturi during press conference
Susie Wolff, Team Principal, Venturi during press conference
1/4

Photo de: Simon Galloway / Motorsport Images

Susie Wolff, Williams FW37
Susie Wolff, Williams FW37
2/4

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

Susie Wolff, Team Principal, Venturi Formula E celebrates a podium in parc ferme
Susie Wolff, Team Principal, Venturi Formula E celebrates a podium in parc ferme
3/4

Photo de: Sam Bagnall / Motorsport Images

Susie Wolff, Team Principal, Venturi
Susie Wolff, Team Principal, Venturi
4/4

Photo de: Dan Bathie / Motorsport Images

La modification du format des qualifications, comme la question des autres étapes à venir pour la Formule E, doivent être traitées correctement : ce championnat n'en est plus à ses débuts. Il s'agit plutôt d'un adolescent qui doit faire face à des douleurs de croissance et prendre les bonnes décisions pour l'avenir, en particulier avec les récents retraits de certains constructeurs.

"Nous ne sommes plus cette jeune start-up avec tout le buzz autour de nous, nous arrivons maintenant à des changements où nous devons vraiment avoir une base solide et un plan à court, moyen et long terme sur la façon de développer la discipline", analyse Wolff. "Il y a de très bonnes personnes impliquées dans la gestion qui savent qu'il y a certains domaines qui doivent changer pour créer un meilleur spectacle et s'assurer qu'à long terme, nous soyons dans une meilleure situation. Le grand changement évident à venir est l'ère de la Gen3 [le nouveau modèle de monoplace], qui sera introduite à la fin de la saison prochaine. Il y a évidemment beaucoup de discussions pour s'assurer que le format soit le meilleur, avec la suralimentation et le changement probable du format de qualification pour permettre un peu plus d'équité sportive."

Lire aussi :

Malgré tout ce qu'elle a accompli en tant que directrice d'équipe, Susie Wolff est surtout connue pour être l'une des voix les plus fortes de la dernière décennie en matière de promotion de l'engagement des femmes dans le sport automobile. Pionnière du programme "Dare to be Different", elle l'a fusionné avec "Girls on Track", lancé par la FIA, qui a connu une croissance significative cette année avec son programme de détection des talents "Rising Stars", en partenariat avec Ferrari.

"Nous avons été considérablement aidés par le fait que la diversité est un sujet tellement important dans le monde en général, et pas seulement dans le sport automobile", dit-elle. "Les gens s'attendent désormais à voir des environnements diversifiés. Et ce n'est pas suffisant s'il n'y a pas de diversité. Le problème, c'est que c'est bien d'en parler, de créer un élan. Mais tout dépend des actions que nous entreprenons tous pour faire la différence. Nous voyons tellement de grandes opportunités mais pas assez de talents féminins pour les saisir. C'est pourquoi, dans le cadre de l'initiative 'Girls on Track', nous nous concentrons sur la base, en veillant à ouvrir le sport. Ensuite, nous prenons ces femmes très brillantes et talentueuses qui réussissent dans le sport aujourd'hui et nous créons davantage de modèles à partir d'elles."

 

Wolff a supervisé le développement d'un personnel inclusif chez Venturi, qui compte aujourd'hui un tiers de femmes, dont de nombreuses mères, comme elle-même. "Nous sommes les personnes les plus efficaces et les plus polyvalentes, parce que nous devons tout simplement l'être !" dit-elle en riant.

"Mais je dois aussi prouver que c'est une réussite, car au final, je suis responsable des performances de l'équipe. Et j'espère qu'avec les performances de cette année en Formule E, nous avons montré que cela fonctionne réellement."

Quant à ses propres ambitions pour l'avenir, Wolff exclut un passage au poste de directeur d'équipe en F1 : "Je pense qu'un seul Wolff en Formule 1 est suffisant ! Sinon, ce serait une meute", s'amuse-t-elle, faisant référence à son mari Toto, directeur d'équipe de l'écurie Mercedes F1.

 

"Lorsque j'ai rejoint Venturi, l’équipe était dans une situation complètement différente de celle d'aujourd'hui. Il y a des choses passionnantes à venir pour nous. Nous avons un nouveau propriétaire américain, qui est très ambitieux pour l'avenir. Quant à mon parcours personnel, je suis quelqu'un qui aime évoluer, j'aime me pousser et me mettre au défi de continuer à grandir. Donc, une fois la saison terminée, je pourrai faire le point, être fière de ce que nous avons accompli en tant qu'équipe et envisager ce qui nous attend à l'avenir."

partages
commentaires

Related video

Le présentateur Will Buxton rejoint Motorsport.tv

Article précédent

Le présentateur Will Buxton rejoint Motorsport.tv

Article suivant

Le Nürburgring mobilisé pour l'aide d'urgence après les inondations

Le Nürburgring mobilisé pour l'aide d'urgence après les inondations
Charger les commentaires