Daytona - Speed, Piquet et les autres à l'assaut de Ken Block

C’est un gros week-end de rallycross qui s’annonce avec, outre le cinquième rendez-vous du FIA World Rallycross à Estering en Allemagne, les deuxième et troisième manches du Global Rallycross américain dans un écrin de choix : le Daytona Speedway!

Vainqueur de la première manche en Floride avant une prestation décevante pour lui lors des X Games d’Austin, Ken Block essaiera de consolider son avantage sur celui qui pourrait être l’épouvantail de cette cinquième saison du GRC : Scott Speed.

Quand on a une avance comme la nôtre en performance, on a tendance à jouer défensivement. Ce ne sera pas différent ce week-end.

Scott Speed (Andretti Rallycross, VW Beetle)

Comme il y a deux courses [dans le même week-end, samedi et dimanche], les erreurs coûteront davantage, c’est sûr,” explique l’ex-pilote de F1. “Mais on aura aussi plus de temps en piste, ce qui ne sera pas forcément un avantage pour nous car nous sentons qu’apprendre une piste rapidement et trouver le bon rythme tout aussi rapidement est une de nos forces. Alors, nous verrons bien...”

Deuxième à Fort Lauderdale puis vainqueur des X Games hors championnat, Speed dispose cette année de la voiture dans laquelle certains voient déjà l’arme absolue : la Volkswagen Beetle d’Andretti Rallycross (émanation de l’équipe d’IndyCar et de Formule E Andretti Autosport).

Celle-ci, avec son moteur 2.0 litres en lieu et place du 1.6 litre, a remplacé avantageusement la Polo depuis la fin de saison dernière.

À chaque fois que la voiture a pris la piste, on a fait la pole pour au moins deux dixièmes. En général, c’est même trois ou quatre. Alors, quand on a une avance comme celle-là, on a tendance à jouer défensivement. Ce ne sera pas autrement ce week-end,” prévient Speed, qui semble avoir pris depuis quelque temps la mesure de son double champion de coéquipier, l’expérimenté et rapide Tanner Foust. Même si, n’en doutons pas, celui-ci a de la ressource...

Les Fiesta veulent être de la fête

Les Ford Fiesta ST, toujours en tête du point de vue des effectifs avec huit voitures dont cinq préparées par M Sport – représentant officiel du constructeur en rallyes et de Bentley en courses GT – vendront toutefois chèrement leur peau.

Outre Block pour sa propre écurie Hoonigan Racing, Nelson Piquet Jr. (HS Racing), qui retrouve le GRC après son escapade en Indy Lights à Toronto et avant de terminer (victorieusement ?) sa saison de Formule E à Londres à la fin du mois, a montré en Floride (3e) être reparti sur de bonnes bases après sa difficile fin de saison 2014.

Du côté de l’équipe Olsbergs, titrée chaque année depuis 2011, on espère que le vent va également tourner. Si le rookie suédois Sebastian Eriksson a fait un début de saison impressionnant, le surprenant champion en titre, Joni Wiman (pourtant encore plus jeune que son équipier puisque lui n’a pas 21 ans!) a enchaîné les galères : pilote blessé et non autorisé à courir en Floride, voiture trop endommagée pour disputer la finale à Austin. Qualifié en pole et vainqueur de deux manches l’an dernier à Daytona, le Finlandais a soif de revanche.

Toujours chez Ford, changement de pilote au sein du Chip Ganassi Racing (autre émanation d’une célèbre équipe de monoplaces et de voitures de sport), qui monte en puissance cette année : Steve Arpin, vainqueur d’une manche et d’une demi-finale à Fort Lauderdale, sera associé ce week-end à Jeff Ward, ancienne star du motocross et vieille connaissance de l’écurie pour laquelle il a couru (et gagné) dans le passé en IndyCar.

Le décor est planté, place au spectacle! Ce sera pour samedi et dimanche soir en France, avec une pleine attribution de points au terme de chacune des deux journées.

A propos de cet article
Séries Global Rallycross , World Rallycross
Type d'article Preview
Tags block, daytona, piquet